Une œuvre usinée chez Terreal

C’est une grande première pour le spécialiste des matériaux de construction en terre cuite TERREAL et c’était le 16 mai dernier : l’inauguration d’une œuvre artistique sur le site industriel de Bavent (Normandie) ! « Terre et Art », c’est le nom du projet collaboratif entre Blandine Brière, artiste plasticienne et les salariés de l’entreprise TERREAL du site.

La créatrice s’est imprégnée des lieux et entourée des collaborateurs qui ont partagé leur savoir-faire et leur passion pour l’argile, sans oublier les clients couvreurs qui ont apporté leur expertise pour la mise en œuvre des produits. Baptisée « Dessous », l’œuvre est une sculpture prenant la forme d’une immense vague de terre cuite (6 mètres de long et 2,50 mètres de haut). Elle est composée de 850 tuiles émaillées bleues et de 1900 tuiles Grand Cru rouges. « Dessous », c’est aussi un objet sonore. Inspirée des sons des nombreuses machines de l’usine, Blandine Brière a composé une partition qui a ensuite été interprétée par des salariés volontaires impliqués dans le projet. Ces sons sont diffusés depuis des enceintes installées au creux de la vague.

« TERREAL m’a accueilli en résidence artistique et m’a donné carte blanche : la seule condition était d’en faire un projet participatif. L’œuvre a ainsi pu se nourrir des rencontres et des échanges, sans contraintes de départ ni idées préconçues. » Blandine Brière, artiste plasticienne.

L’art contemporain qui s’invite en usine, c’est une belle avancée qui a enthousiasmé tout le monde. La sculpture est exposée sur le site de Bavent et accessible aux partenaires et clients de TERREAL lors des visites de l’usine ainsi qu’au grand public à l’occasion de journées portes ouvertes.

Wellcominspire arbore le monde du bâtiment démontable avec Spaciotempo

Spaciotempo conçoit, fabrique et construit des bâtiments démontables temporaires et permanents destinés aux secteurs de l’industrie, de la distribution, du sport et de l’événementiel. Depuis plus de 30 ans, cette entreprise 100% française dont l’usine de production est basée dans la région des Hauts-de-France met tout en œuvre pour proposer des solutions sur mesure et innovantes à ses clients.

Acteur majeur sur le marché, Spaciotempo fait confiance à wellcominspire pour l’accompagner dans la conception de son univers graphique ainsi que l’élaboration de sa charte graphique et de ses outils commerciaux.

Les équipes de wellcominspire ont imaginé un concept fort : placer l’Homme au cœur de l’univers graphique de l’entreprise pour redonner de la vie à ses territoires. Cette idée trouve sa traduction via des photographies esthétisantes de scènes de vie se déroulant à l’intérieur des bâtiments conçus, fabriqués et construits par Spaciotempo. Cette communication est soutenue par des messages commerciaux simples et efficaces – Spaciotempo fait le choix de l’expérience et de la compétence.

Happy birthday Wellcom !

A l’occasion des 36 printemps de Wellcom, l’agence soufflera ses bougies dans une ambiance musicale le 13 juin prochain.

Ça se passera au New Morning et c’est entourée de ses collaborateurs, clients et partenaires que Wellcom souhaite passer ce cap. On a également pensé aux lecteurs assidus de notre Wellnews. Vous avez envie de jouer et de gagner une ou deux places ? Facile, à vous de trouver qui sera en tête d’affiche le 13 juin prochain, spécialement pour Wellcom ! Un indice : voix suave jazz et québécoise… Un autre indice ? La vidéo de présentation de l’artiste qui se cache dans cette lettre.

Vous avez trouvé ? alors envoyez un mail à cette adresse pour vous inscrire.

Viendrez-vous le 13 juin ?

La santé à vue d’œil

6 Français sur 10 déclarent passer plus de 5 heures par jour sur un écran. Un sujet de société à ne pas prendre à la légère… Ordinateur professionnel, smartphone, tablette ou encore télévision… il est difficile d’échapper aux écrans pour plus de la majorité d’entre nous. Essilor France, fort de son expertise autour de la santé visuelle, s’empare naturellement du sujet et propose quelques conseils simples à adapter au quotidien pour profiter pleinement de la vie connectée tout en préservant ses yeux.

Mouvements d’assouplissement de l’œil, la technique du toutes les 20 minutes, faire 20 secondes de pause en regardant quelque chose à 20 pieds (environ 6 mètres de soi) ou encore muscler son cristallin en tenant un crayon devant soi, en l’observant 5 secondes, puis regarder au loin. Autant de techniques que vous retrouverez dans l’application EYEZEN, disponible prochainement gratuitement.

Gardez l’œil ! Pour plus d’informations, visitez le site www.essilor.fr ou la salle de presse.

Authenticité

Authenticité et spontanéité, ce sont les nouveaux codes, la nouvelle tendance. Depuis le digital et l’interactivité, les marques et les consommateurs ont – finalement – envie de « vrai ». Quelque chose de plus intime dans la relation à l’autre… Nous avons dégoté quelques exemples de cette nouvelle tendance « vérité ».

Les millénials en sont les précurseurs. Sur Instagram ils sont désormais des millions à poster des images sous le hashtag #Nofilter. L’instagramer Jennywanderlust a été un des premiers à revendiquer la mouvance en 2015 dans ce court métrage criant de vérité : une mise en scène qui montre l’envers du décor : au lieu de la jeune baroudeuse que l’on imagine au vu de ses photos, on découvre un homme qui effectue des photomontages ciseaux à la main sur sa table.

Et si c’était ça la réalité ? Sans filtres.

Instagram recense aujourd’hui pas moins de 178 millions d’images #Nofilter.

Eloignons nous un instant des réseaux sociaux pour nous pencher sur cette nouveauté pour le moins innovante: la montre en bois. DWYT, acronyme de « Do Waste Your Time » c’est le nom anglais de cette jeune start-up française, qui nous propose la tendance de l’été 2017. Un pari osé ? En tous les cas ces deux jeunes entrepreneurs (Alexandre Humbert et Damien Mercier) osent ce nouveau produit, qui symbolise selon eux le monde d’aujourd’hui, sorte de synthèse entre tendance, simplicité, naturalité et valeurs.

Arrêtons-nous un instant sur cet autre phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur : la vidéo. Format majeur de la consommation de contenus, ce média évolue et répond lui aussi à cette dimension d’authenticité, de réalisme et d’immersion. Chez Getty Images, l’équipe de Recherche Créative regroupe des « anthropologues visuels ». Leur boulot ? Combiner les analyses du milliard de requêtes photo et vidéo réalisées chaque année sur les moteurs de recherche avec des analyses de comportement d’achat. Ce sont des boules de cristal, elles peuvent prédire les prochaines tendances visuelles qui « résonneront le plus auprès des audiences ». Et voici ce qu’ils en disent : « Instagram a nourri notre appétit de contenu instantané conjugué à la première personne. L’engouement pour Snapchat et Instagram Stories nous permet d’aller encore plus loin. Brut, impulsif et surtout spontané, ce courant semble avoir supprimé les filtres. Il nous offre un échange beaucoup plus authentique et nous permet de vivre de nouvelles expériences par procuration.
La tendance « Virtuel réel » trouve ses racines dans cette esthétique. Nous ne regardons plus seulement la vidéo, nous faisons partie de la vidéo. Nous ne nous contentons plus de voir, nous expérimentons ».

Selon Dawn Airey, Directrice Générale de Getty Images, l’importance du réalisme et de l’authenticité garantissent l’efficacité des contenus : « de façon plus générale, que nous parlions de contenus vidéo ou de photos, le constat est le même : un besoin lié au développement de contenus vidéo plus humains qui, à l’image des selfies, permettent de véhiculer un sentiment d’authenticité, d’immersion et de vérité favorisant l’expérience client. Pour être réellement engageant, ce contenu doit être en mesure de créer un sentiment de réalisme et d’aventure, comme pourrait le faire une vidéo tournée à l’aide d’une GoPro ».

Ce besoin d’authenticité décelé de façon grandissante chez les consommateurs, bien évidemment les marques y répondent et redoublent de créativité, ou de vérité pourrions nous dire. On assiste à une mise à nu de l’esthétisme qui va mettre en valeur l’aura de chacun et qui fait écho à cette quête de transparence. Ce n’est plus « je pense donc je suis », mais plutôt « je ressens donc c’est vrai ». Les marketeurs affirment qu’il faut mobiliser les ressources de traçabilité pour rassurer le consommateur. En Australie par exemple, The Road affiche le prix « réel » des vêtements éthiques en expliquant point par point au consommateur la réalité derrière l’investissement.

Une autre preuve de vérité qui sort de la bouche des marques, lors du Super Bowl en février dernier : plusieurs publicités diffusées pendant le championnat ont pris des tournures politiques, pour dénoncer ou aborder les thèmes du programme de Donald Trump, comme l’immigration. Palme d’or pour Airbnb, qui a frappé fort avec cette vidéo de 30 secondes qui lance le #weaccept. Une charte éthique criante de vérité, que je vous laisse découvrir.

Ce ne sont que quelques exemples de la traduction de l’authenticité. Alors si 80% de nos décisions sont basées sur nos émotions, le message est clair, choisissez l’authenticité et la spontanéité. Laissez tomber l’artifice.

Un nouveau traitement dans la douleur aiguë

Menarini

Wellcom a assuré avec succès le lancement média de SKUDEXUM®, nouvelle alternative thérapeutique au traitement des douleurs aigües d’intensité modérée à sévère. Mise à disposition par les laboratoires MENARINI, SKUDEXUM® est la première et seule association fixe de tramadol et d’un AINS*, le dexkétoprofène, commercialisée en France.

Les douleurs aiguës modérées à sévères, quelle que soit leur origine (post-traumatiques, post-chirurgicales, dentaires, gynécologiques…), sont un motif de consultation très courant en médecine générale. On estime en moyenne ce nombre à 144 patients par mois par médecin. L’offre thérapeutique en antalgiques de palier II étant réduite, SKUDEXUM® répond aux attentes à la fois des professionnels de santé et des patients concernés.

*Anti-inflammatoire non stéroïdien

-

« Le record n’est pas une fin en soi »

« Le record n’est pas une fin en soi »

Thomas Coville
Skipper de Sodebo Ultim’

Il a marqué 2016 et fait voyager des milliers de personnes. Thomas Coville, le skipper de Sodebo Ultim’ passe la ligne d’arrivée de son tour du monde en solitaire à la voile à 17h57 le 25 décembre 2016. Il établit un nouveau record et devient le marin le plus rapide du monde. Quelques mois après, au calme, Wellnews rencontre le skipper parrainé par Sodebo, aventurier opiniâtre qui n’en est pas à son dernier rêve.

1/ Vous avez marqué la fin 2016 et fait voyager des milliers de personnes qui ont suivi votre tour du monde.  « Thomas Coville Roi du Monde » c’est ainsi que le Figaro vous a propulsé dans la cour des grands. Quelle vie avez-vous après tout ce brouhaha médiatique ?

« J’ai la lucidité et l’honnêteté personnelle de valoriser ce que j’ai fait en fin d’année. Je suis conscient que cela m’a nourri et que ce record a rempli chez moi une place importante que j’attendais depuis longtemps.

Cela me permet d’avoir plus de sérénité car j’ai répondu à des questionnements qui font partie des doutes d’un athlète.

J’ai la sensation de faire partie de la catégorie des gens qui découvrent après des années de recherches que leur hypothèse de départ est la bonne. J’ai l’impression d’avoir trouvé une représentation de ce que je suis à un instant T aligné avec le petit garçon que j’étais et l’homme que je tente de devenir. C’est rare et précieux dans une vie. Ma chance, c’est qu’on m’ait laissé le temps et que Sodebo m’ait accompagné toutes ces années. Je suis tellement heureux que cela rayonne sur toute l’équipe. J’ai adoré prendre le recul de les regarder heureux. 

2/ De retour sur terre après cet exploit incroyable, on vous a vu et entendu partout ou presque. Vous maîtrisez l’interview au moins aussi bien que les manœuvres au ras des flots. Quel message cherchiez-vous à faire passer à travers cet exercice de style ?

« J’ai vite compris que des choses ne m’appartenaient plus. Je n’avais pas la notion de ce qui allait se passer et du nombre de gens qui allaient être présent à l’arrivée à Brest. Je me suis laissé submerger et j’ai accepté de me laisser porter par l’émotion après avoir tout calculé pendant le tour du monde. »

3/ Est ce que vous avez réalisé votre rêve ?

« J’avais ça en moi, ça résonnait. Je me sens légitime dans mon discours. J’ai cette conviction que la techno, c’est juste génial. La technologie ne va pas nous asservir mais nous aider à progresser. Cela fait voir la vie sous un autre prisme ! On nous montre depuis 30 ans que l’écologie est une contrainte alors que c’est une opportunité. Quand on rendra une ville, une rue, un bâtiment autonome, ça va tout changer. J’ai réalisé un rêve mais j’en ai plusieurs chaque nuit ! Le record n’est pas une fin en soi. C’est un projet extrêmement engagé qui me convenait bien et je ne me suis pas trompé. Le manteau était à ma taille ! A la troisième tentative, je savais que je pouvais le faire. A la quatrième, je savais que je le battrais. 

La cinquième lui a donné raison. »

4/ Une fois qu’on est recordman du monde et quelques mois plus tard, on a envie de quoi ?

« Je regrette de ne pas avoir pris le temps de me poser. Quand tu gagnes et que tu es dans la spirale positive, tu as envie de concrétiser l’énergie pour qu’elle soit productive et tu as peur qu’elle t’échappe. C’est ma manière de réagir. L’énergie que te donne une victoire est nucléaire. Tu emmènes les gens, ça rayonne. J’aime cette complexité de la vie. J’ai une capacité de travail et de concentration qui s’alimente quand ça gagne. C’est jubilatoire et difficilement explicable.»

Un top 5 bien mérité

Elles étaient 58 en lice pour intégrer le palmarès Great Place to Work 2017 des entreprises de plus de 500 salariés « où il fait bon travailler ». Parmi ces entreprises, le nouveau cabinet de conseil Wavestone, créé il y a moins d’un an intègre directement le Top 5 du classement. Pour Patrick Dumoulin, directeur général de l’Institut Great Place to Work® France, « Wavestone est un remarquable exemple de transformation réussie puisque, un an après avoir réalisé un rapprochement important et créé un nouveau cabinet, il accède au sommet des Great Place to Work® ». Une opinion partagée par les collaborateurs du cabinet puisque 81% d’entre eux considèrent Wavestone comme une entreprise où il fait bon travailler.

« Nous avons placé l’humain au cœur de la construction de notre nouveau cabinet avec l’ambition d’en faire une Great Place to Work® sur la durée. Une volonté inscrite dans le plan Wavestone 2021 qui doit faire du cabinet une entreprise de référence en matière de RSE » conclut Fanny Rouhet, directrice du développement RH.

- -

B&B HOTELS, le concept qui dépasse les frontières

Fabrice Collet
Directeur général du Groupe B&B HOTELS

Générosité, convivialité, modernité, simplicité : ces 4 valeurs fortes posent les fondamentaux de la marque B&B HOTELS. Fabrice Collet, Directeur général du Groupe B&B HOTELS nous explique dans cette vidéo de présentation pourquoi cette nouvelle manière de vivre l’hôtellerie économique séduit et rencontre un large succès en France mais aussi en Europe. Econochic® et sans complexe, un concept qui fait recette et qui est régulièrement salué par la profession hôtelière…. Portrait !

La paix chez soi

Ce n’est pas nouveau, le marché de la location oppose trop souvent loueurs et locataires. Le nerf de cette guerre quasi systématique : les loyers impayés. Pour cause, en France on estime que 3% à 5% des locations sont confrontées à des impayés de loyers. Ce chiffre a augmenté de 30% entre 2010 et 2015. Un risque qui vient durcir la relation loueur-locataire. D’un côté le loueur augmente de plus en plus ses exigences de garanties vis-à-vis du locataire et de l’autre, le locataire doit montrer patte blanche avec des garants et un niveau de revenus de plus en plus élevé. MorningCroissant.fr, site de locations meublées d’une nuit à un an dont Wellcomconvince gère les relations média prend le taureau par les cornes : la start-up  a développé une GLI innovante (Garantie des Loyers Impayés) qui vient restaurer la confiance brisée : gratuite, elle protège tous les loueurs et impose des conditions très allégées aux locataires !

« Il est crucial de remettre de la confiance entre loueurs et locataires dans l’expérience de la location. Il faut d’une part protéger les loueurs et d’autre part faciliter l’accès à la location à des tas de gens qui en sont exclus aujourd’hui sur la base de critères qui ne correspondent plus à la réalité. Cette GLI innovante est une étape importante vers une expérience de location plus simple, plus juste et plus sécurisée », explique Alix Tafflé, président-fondateur de MorningCroissant.