-

Louis Schweitzer, Président de France Initiative


Son parcours
Louis Schweitzer, 68 ans, est titulaire d’une licence en droit, diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et ancien élève de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA).
Inspecteur des Finances dès 1970, il a été chargé de mission à la Direction du Budget puis Directeur de cabinet de Laurent Fabius, de 1981 à 1986 avant de rejoindre Renault en mai 1986. Il en devient Directeur Financier et du Plan en 1988, puis Directeur Général Adjoint en 1989 et Directeur Général en décembre 1990. Il occupe ensuite les fonctions de Président du Conseil d’administration de Renault dès 2005 après avoir été Président Directeur Général de mai 1992 à avril 2005. Au cours de son mandat, Renault a été privatisé, a noué l’Alliance Renault Nissan, a acquis Dacia et Samsung et a conclu un accord avec Volvo dont il est devenu le principal actionnaire.
En 2005, Louis Schweitzer est nommé Président de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) par décret du Président de la République et depuis le 3 mai 2011, il a pris la succession de Jean-Pierre Worms au poste de Président de France Initiative.
Avec un rythme de travail intense qui occupe entre 70 et 80h de son temps par semaine, Louis Schweitzer a su préserver sa vie de famille en appliquant un principe absolu de séparation entre vie professionnelle et privée, et en dehors du bureau, on ne parle pas de travail. Son temps libre se partage alors entre sa famille, qui est sa 1ère priorité, le théâtre, l’Opéra et l’art. Il est d’ailleurs Président du Festival d’Avignon, de la Maison de la Culture de Bobigny et de la Société des amis du musée du quai Branly. Avec un minimum de 100 spectacles vus chaque année, on ne s’étonnera pas que M. Schweitzer ne regarde pas la télévision et ne joue pas au golf.

Présentation de France Initiative
France Initiative est le premier mouvement associatif d’appui et de financement à la création et à la reprise d’entreprises. Ce réseau décentralisé réunit 244 associations locales ou départementales, appelées plateformes France Initiative, qui interviennent auprès des créateurs ou repreneurs d’entreprises sous la forme d’un prêt d’honneur à taux zéro, destiné à renforcer leurs fonds propres et à faciliter l’accès aux financements bancaires, et d’un accompagnement personnalisé qui peut comporter le parrainage des nouveaux entrepreneurs.
Ce prêt d’honneur, attribué par des comités d’agrément, facilite ensuite l’accès du créateur à un financement bancaire complémentaire, les banques s’appuyant sur l’expertise des plateformes et sur leur travail approfondi mené en amont. Les nouveaux entrepreneurs sont ensuite accompagnés pendant toute la durée de remboursement du prêt, notamment par des parrains issus du monde de l’entreprise.
L’efficacité de ce modèle d’appui à la création d’entreprises repose pour beaucoup dans l’engagement bénévole de chefs d’entreprises, cadres, experts-comptables, avocats qui apportent leur concours aux nouveaux entrepreneurs.
En 2010, l’action de France Initiative a permis de créer ou de reprendre près de 17 000 petites entreprises, représentant plus 37 000 emplois créés ou maintenus. Elle a également permis de mobiliser plus d’1 milliard d’euros qui ont profité à l’économie des territoires : plus de 166 M€ de prêts à taux zéro et 965 M€ de prêts bancaires accordés en complément. Ce mouvement a fêté ses 25 ans en 2010.

Sa vision et ses ambitions pour France Initiative
Si Louis Schweitzer ne connaissait pas France Initiative avant qu’on lui en propose la présidence, il a cependant très vite su trouver l’intérêt de ce mouvement « Lorsque j’étais à la HALDE j’ai pu constater que la création d’entreprise apporte une solution concrète aux discriminations, que ce soit pour les jeunes sans expériences, les plus de 40 ans, etc. Pour toutes les personnes exclues du salariat la création d’entreprise est souvent un recours. » nous explique Monsieur Schweitzer en apportant toutefois une nuance « mais ce n’est pas seulement d’avoir un métier ou une idée, c’est un savoir-faire technique, des compétences juridique, comptables et administratives et c’est ce savoir-faire qu’apporte France Initiative aux créateurs d’entreprises »Mais au delà de l’intérêt de la démarche, ce qui a décidé Louis Schweitzer à accepter ce poste c’est sa visite à Versant Nord-Est Initiative, la plateforme de Roubaix « J’y ai trouvé des gens avec qui je voulais travailler, des gens sympathiques, engagés, pragmatiques et volontaires. »
Après deux mois à ce poste Louis Schweitzer est encore en phase d’apprentissage mais a déjà des idées pour le mouvement, à commencer par le manque de notoriété auquel il faut remédier « ce qui est frappant c’est le déséquilibre entre les 17 000 entreprises que France Initiative a aidé en 2010 et le fait que les gens ne connaissent pas cette action or plus France Initiative sera connu, plus les gens pourront s’adresser à nous. » précise le Président de France Initiative, et de continuer « c’est un groupe solide et dynamique il n’est donc pas nécessaire de tout changer ou d’infléchir sa direction. Il se trouve que les entreprises créées avec l’aide de France Initiative ont un taux de survie à 3 ans de plus de 80% et certaines plateformes ont des taux de survie allant jusqu’à 90%, alors qu’en principe le taux est de 60%, nous pourrions améliorer les process de partage de connaissances et de savoir-faire entre les différentes entités du mouvement afin que les entreprises que nous aidons aient le maximum de chance de réussir. »

MOBILBOX s’implante au cœur de la cité phocéenne

MOBILBOX poursuit son développement et propose désormais ses services à Marseille ! Déjà présent à Nice, MOBILBOX, premier opérateur français de self-stockage mobile dont wellcom assure le développement média, ouvre un nouveau centre en région PACA. Situé dans Marseille intramuros, MOBILBOX répond ainsi aux attentes des habitants des départements des Bouches-du-Rhône, du Gard et du Vaucluse. Livraison / restitution, stockage et protection des biens, MOBILBOX est la solution idéale pour tout besoin de stockage et de mobilité des professionnels comme des particuliers.

«Pour notre centre Marseillais, nous avons choisi la plateforme d’ARENC située au cœur de la ville. Ce lieu central permet une vraie efficience pour la livraison de nos box, peu importe le lieu de remise. Elle est embranchée fer, ce qui nous permettra à l’avenir d’utiliser ce mode de transport pour notre service transport entre villes. De plus, la plateforme logistique s’inscrit dans une démarche environnementale, notamment grâce à l’installation de membranes de cellules photovoltaïques sur les entrepôts. Cette nouvelle implantation nous permet d’être présent sur le principal axe Nord-Sud français qui concentre 70% des flux de transports en France » explique Sandrine Boillot – Gérante de MOBILBOX.

Plus d’informations sur mobilbox.fr

Benjamin Bruniau – Manager du centre MOBILBOX de Marseille explique : « La population et le nombre d’entreprises dans le Sud-Est de la France ne cessent d’augmenter. Tourisme, études, retraite, vie active, notre région accueille de nouveaux habitants à chaque étape de leur vie. Mais à chaque âge, un besoin de stockage se pose : déménagement, projet d’étude à l’étranger, travaux de rénovation… Ce constat est le même pour les entreprises d’ailleurs. Grâce à MOBILBOX, ces évènements sont facilités ! Je suis fier de participer au développement d’une entreprise innovante et de relever le challenge d’une zone où les besoins sont importants. »

Legoupil Industrie


Communication corporate Legoupil Communication corporate Legoupil
Communication corporate Legoupil

Depuis plus de 30 ans, Legoupil Industrie développe pour ses clients des solutions de bâtiments modulaires temporaires. Leader sur le marché des bâtiments démontables, Legoupil a fait appel à Wellcom dans l’optique de structurer son discours et le positionner comme un acteur de référence sur son marché. Avec la création d’un positionnement fort et différenciant « Faites des économies sur tout, sauf sur la sécurité ! », Wellcom a développé une nouvelle identité graphique. Une nouvelle identité déclinée en annonce presse BtoB, plaquette et fiche et sur le nouveau site Internet : www.legoupil-industrie.com.

Google lance son Facebook

Il y a eu Google Buzz, Orkut ou Google Wave, à chaque fois des tentatives échouées pour concurrencer Facebook. Mais Mercredi 29 Juin Google a lancé son nouveau réseau social nommé Google Plus une nouvelle plateforme sociale de partage d’informations en concurrence directe avec le réseau à 700 millions de membres.

S’ils sont nombreux à s’être frottés à Facebook, cette fois-ci « Google Plus » a de vrais atouts et se présente comme un réseau social à fort potentiel et prometteur. Il intègre des améliorations avec par exemple :

  • des options de partage beaucoup plus pointues que les autres plateformes sociales avec la possibilité de sélectionner ses options de partage, et d’avoir la main sur les informations privées (meilleur contrôle) ;
  • une messagerie plus complète : il sera possible de chatter en groupe et en vidéo-conférence;
  • un réseau social idéal pour le mobile : bientôt sur Androïd et IOS, en plus des options web présentes sur les mobiles, des options particulières pour les smartphones sont en vue.

Pour s’inscrire, il suffit d’avoir un compte Gmail ou d’être invité par des membres !

Plus d’information sur Google Plus : https://plus.google.com

Planète PME 2011 : Une 9ème édition réussie

Planète PME, le rendez-vous incontournable des patrons de PME créé par la CGPME, confirme son succès !

Jeudi 16 juin dernier, la 9ème édition a réuni :

  • 11 300 visiteurs
  • 1/3 des membres du Gouvernement emmenés par François Fillon : Christine Lagarde, Xavier Bertrand, Luc Chatel, François Baroin, Nadine Morano, Marie Luce Penchard, Pierre Lellouche, Frédéric Lefebvre.

La délégation du G20 avec Christine LAGARDE, Jean-François ROUBAUD, Grégoire SENTILHES :

Tous les partenaires des PME étaient présents, entre autres : CDC Entreprises, UBIFRANCE, AFPA, Pôle emploi, BPCE…

1 500 rendez-vous d’affaires se sont tenus…

Le rôle social et économique des PME a été réaffirmé par tous. Sécuriser l’environnement des PME, les accompagner au quotidien et épauler les salariés sont des axes de réflexion et d’action qui ont été partagés toute la journée.

On a vu aussi dans les allées de Planète PME : Jean-Louis Borloo, Hervé de Charrette, Christian Sautter, Guillaume Bachelay…

Plus d’informations www.planetepme.org

Canibal remporte la 6ème édition de BFM Académie

Dans un environnement en pleine mutation où les déchets s’accumulent – seulement 20% des déchets sont recyclés – et où les industries françaises manquent de matières premières – Canibal, dont Wellcom gère les relations média a développé un concept innovant et ludique avec une machine qui trie, compacte et collecte les déchets boissons de types canettes, bouteilles plastiques et gobelet dans les entreprises et les lieux publics. Pour nous inciter à l’utiliser Cannibal a développé une approche très ludique de « jackpot » : chacun peut, à chaque déchet, gagner des offres partenaires ou faire un don à une grande cause. Par ailleurs Cannibal développe une démarche de A à Z pour la revalorisation de ces déchets et revend aux industriels français des matières premières de seconde génération

Face à 55 créateurs d’entreprise et plus de 175 000 auditeurs qui ont voté lors de 28 émissions, Canibal est lauréate du concours BFM Académie saison 6. Destiné aux créateurs d’entreprise, ce concours est une réelle opportunité pour se lancer sur le marché et développer leur notoriété face à des dirigeants d’entreprises et des décideurs.

« Convaincus par notre solution, nous avons donc participé au concours BFM Académie pour porter notre projet qui s’inscrit dans une démarche durable. Aujourd’hui après les différentes sélections, nous sommes très heureux d’avoir remporté ce concours et d’avoir persuadé les acteurs économiques du marché français de l’utilité de Canibal. » explique Stéphane MARRAPODI co-fondateur de Canibal.

En savoir plus www.canibal.fr

Bilan d’activité de Santiane.fr : +115% de croissance en 2010

Si le marché du courtage d’assurance connaît une croissance mesurée de 6% en 2010, il est néanmoins caractérisé par des marges de plus en plus réduites. Avec +115% de croissance en 2010, Santiane.fr fait donc figure d’exception. Ce courtier en ligne spécialisé dans la santé dont Wellcom gère les relations média connaît la plus forte croissance du secteur pour la seconde année consécutive (+208% en 2009) : avec +271% de croissance moyenne depuis sa création en 2006, Santiane.fr confirme un modèle gagnant.

A la clôture de son exercice 2010, Santiane.fr connaît ainsi un chiffre d’affaires de 6.47 millions d’€ et un résultat net avant impôts d’1.54 million d’€.

« Les objectifs fixés dans notre business plan établi en 2007 (soit une prévision de 3.5 millions d’€ pour 2010) sont largement atteints. Avec 40 000 clients en 2010 et une prévision de 70 000 polices souscrites d’ici fin 2011, nous avons dû embaucher et nous prévoyons d’ailleurs un recrutement massif d’une soixantaine de salariés pour 2011. Nous avons ainsi intégré de nouveaux locaux (2 200m² à Nice), afin d’accueillir les 200 personnes qui vont nous rejoindre d’ici 2 ans », commente Christophe Courtin, Président de Santiane.fr.

Expertise, qualité et différenciation : les raisons du succès
Sur un marché très bataillé (8 000 courtiers d’assurance en France), il est nécessaire de se démarquer. Santiane.fr l’a bien compris, et a su montrer sa valeur ajoutée dès sa création en observant en amont une nouvelle tendance de consommation avec l’explosion des demandes sur Internet. Santiane.fr bénéficie d’un très bon positionnement et d’une grande expertise du secteur de l’assurance en ligne, ce qui lui permet de se positionner sur ce marché.

Santiane.fr propose également un service téléphonique de grande qualité, personnalisé et gratuit. La plateforme commerciale est située en France à Nice, un atout majeur.
Face à la concurrence ardue sur ce secteur, Santiane.fr a misé sur la spécialisation, se démarquant ainsi de la concurrence : Santiane.fr est ainsi devenu le leader des courtiers sur Internet en Santé.

Les prochains enjeux de Santiane.fr : négocier de nouveaux partenariats et développer une offre BtoB. « Nous allons accélérer le développement de notre activité de co-courtage avec notre réseau BtoB et devenir une plateforme de distribution vers des courtiers partenaires. Notre rythme de croissance est très élevé, et nous ne pouvons gérer toutes les demandes de devis en interne. Dans l’attente de renforcer nos équipes nous avons fait le choix d’alimenter les autres courtiers en prospects qualifiés. A ce jour, nous avons déjà 600 partenaires. Cette activité de grossiste prendra progressivement une part de plus en plus importante de notre activité. Nous n’en sommes qu’au début » explique Christophe Courtin.

BiTWiiN.com favorise la création du lien social par la reprise d’activité des seniors

Il y a 3 ans, à la veille de la crise économique, lancer une initiative en faveur de l’emploi des seniors passait pour une idée décalée. L’objectif de BiTWiiN.com, dont Wellcom gère les relations presse, était alors de valoriser l’expérience des seniors, tout en apportant une solution aux difficultés de recrutement rencontrées par les employeurs tant dans le domaine des services à la personne qu’en entreprise.

Aujourd’hui, 3 ans après son lancement, BiTWiiN.com rassemble près de 8 000 seniors et a réussi à séduire les employeurs, particuliers comme entreprises…

Le concept de BiTWiiN.com nait en 2008, avec un constat : aux Etats-Unis, alors que Bertrand Favre travaille pour un fond d’investissement, il observe que les seniors sont parfaitement intégrés dans la vie active : « A partir de ce constat, nous avons décidé de développer ce modèle en France, afin d’y valoriser les atouts de l’emploi des seniors. L’idée était de mettre en relation des employeurs – particuliers et entreprises – avec des seniors actifs. BiTWiiN.com repose sur un concept simple : la géosocialisation, ou l’art de créer du lien social en employant des seniors près de chez soi. »

Contrairement aux idées reçues, si le 4ème âge est souvent lié aux notions de dépendance et de services à la personne, le 3ème âge concerne le début de la vie à la retraite et les activités qui en découlent (emploi, bénévolat, loisirs…). La transition entre la vie active et la retraite est un moment particulièrement sensible et les seniors sont de plus en nombreux à souhaiter reprendre une activité ponctuelle, pour 2 raisons : la reprise d’activité favorise l’intégration sociale et la transition vie active/retraite, et permet de compenser la baisse de revenu issue de la liquidation des trimestres.

En 2011, les efforts commencent à payer : les particuliers ont rapidement adopté le concept d’emploi des seniors pour leurs services à domicile, tandis que les entreprises commencent à prendre conscience des attraits de cette catégorie de population pour certains de leurs postes.

« L’orientation de BiTWiiN.com vers les entreprises est encore récente et les premiers retours sont très encourageants : les seniors ne sont pas « difficiles à recruter », ils sont nombreux, disponibles, dignes de confiance, expérimentés et appréciés des employeurs qui les sollicitent. Recruter un senior ne coûte pas beaucoup plus cher à une entreprise (8% d’écart en coût direct). Ils ont tout d’abord peu d’attentes en termes de carrière. Ensuite, leur expérience les rend compétents pour des postes ayant des dimensions liées à la transmission du savoir et à l’encadrement. Enfin, ils souhaitent travailler ponctuellement ou à temps partiel… Il faut donc simplement penser à eux » commente Bertrand Favre, Président de BiTWiiN.com

Plus d’information sur www.bitwiin.com

Apéro-Style(s) « Fait-maison » : découvrez la tendance de l’apéritif « fait maison »

Toujours à la recherche d’idées originales et gourmandes à partager lors du moment apéritif, la Collective des Apéritifs à Croquer, dont Wellcom gère les relations presse continue de faire évoluer l’Apéro-Style(s) en 2011 pour la 3ème année consécutive.

Après un guide déco et un livret de recettes consacré aux moments apéritifs, la Collective des Apéritifs à Croquer présente cette année un livret de recettes fait-maison.

L’apéritif est un moment convivial et festif que les Français aiment partager et préparer en y mettant leur «personnal touch’ ».
La Collective des Apéritifs à Croquer a voulu en savoir plus sur les adeptes du « fait-maison », autour des produits apéritifs, en menant une étude avec l’institut BVA, qui a révélé deux profils de consommateurs « addicts » du fait-maison : les Pragmatiques et les Puristes.

Que vous soyez Pragmatique ou Puriste, créez les recettes qui vous ressemblent avec le livret Apéro-Style(s) « fait maison » : des recettes 100% originales à déguster pendant tous vos moments apéritifs.

La collective regroupe les principaux fabricants d’apéritifs à croquer et leurs marques : Boehli, General Mills Landes, Intersnack, Locmaria, Lu France, Millcrepes, Pepsico France, United Biscuits France.
La vocation de la Collective des Apéritifs à Croquer est de fournir des informations sur l’apéritif, un moment privilégié des Français et les apéritifs à croquer traditionnellement présents lors de ce moment.

l’Apéro-Style(s) depuis 2009


-

L’Express(.fr) : du lectorat à une communauté


Né le 25 janvier 1967 en Haute-Savoie, Christophe Barbier est un ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm.

Journaliste politique, il est passé par le Point (1990) et Europe 1 (1995) avant de rejoindre L’Express en 1996 pour diriger le service politique. Il est nommé directeur adjoint de la rédaction en 2001 puis directeur de la rédaction en 2006, poste qu’il occupe aujourd’hui. Christophe Barbier, outre ses fonctions au sein de L’Express, est un habitué des plateaux avec notamment l’animation de chroniques pour C dans l’air, sur la Cinq, et sur LCI.

Rencontre avec le patron d’un media qui se porte plutôt bien, que ce soit sur sa version papier ou son site éponyme…

Parlons un peu de L’Express : quelle stratégie entre le papier et les versions digitales ?

Notre stratégie repose sur deux fondamentaux : Il y a une véritable complémentarité entre les canaux et de fait une véritable convergence entre les deux rédactions. Le net est un atout, il ne phagocyte pas le media papier. Pour un hebdo comme nous, ça nous permet de sortir des news chaudes sur L’Express.fr et via twitter par exemple que nous ne pourrions jamais passer dans la version papier. Nous pouvons aller plus en profondeur et plus vite dans l’interaction avec nos lecteurs. Au final, nous passons d’un lectorat à une communauté. Notre audience dépasse notamment les frontières (L’Express.fr est par exemple très lu en Afrique). Pour nous, le net est une bonne chose pour la version papier.

Deuxième table de la loi, c’est que le net est l’empire du gratuit, c’est un media d’audience et le seul modèle possible est publicitaire. C’est comme ça qu’on le pense depuis les origines du site Lexpress.fr est c’est peut-être pour ça qu’il marche bien. Le modèle payant n’est à mon sens valable que pour les sites d’infos très professionnels, là où la rétention de l’information a encore un sens. Sur un média généraliste comme le nôtre, si on ne diffuse pas l’information massivement, elle a toutes les chances de sortir ailleurs rapidement.

Les précédents invités de la Wellnews considèrent que la campagne électorale – qui a déjà débuté – sera particulièrement féroce, partagez-vous cette impression ?

Toutes les campagnes ont été violentes (souvenez-vous Balladur / Chirac ou encore Mitterrand / Giscard) mais les affaires soulevées à ces époques ne paraissaient que dans la presse écrite, la TV en parlait peu. Aujourd’hui avec le net et les interactions du net avec les autres médias particulièrement TV, ce n’est plus du tout pareil. Se rajoute à ce contexte des éléments qui vont probablement exacerber la violence de la campagne. C’est un peu une campagne « à la vie, à la mort », si la gauche perd encore les élections présidentielles, ce serait la 4ème fois d’affilée et le parti socialiste explosera. A cela et en amont se rajoute le duel Hollande / Aubry et ses conséquences…
A droite, si ça ne passe pas, particulièrement en cas de 21 avril à l’envers, de nombreux députés UMP auront peur de perdre les législatives dans la foulée et auront la tentation de faire des alliances avec le FN, risque d’implosion aussi. Sachant que côté personnalité, si Sarkozy n’a pas la côte, personne de crédible ne sort du bois pour l’instant pour contester réellement son leadership…

 

Depuis le début de l’année et en moins de 6 mois nous venons de vivre – notamment – l’épilogue de la crise ivoirienne, Fukushima, la suite de la crise européenne, les révolutions arabes et la guerre en Lybie, l’affaire DSK, bref  une actualité internationale qui a quelque chose d’hallucinant. Votre sentiment ?

On a incontestablement le sentiment de vivre une accélération de l’histoire sur ce premier semestre 2011. Il est vrai que l’année 2008 était dense également avec coup sur coup l’élection d’Obama, la crise Russo-géorgienne, les JO à Pékin et la crise financière. 2009 et 2010 ont été des années plus plates, des années de crise, avec une sorte de chape de plomb. Pour moi ces deux années ont été comme la petite période de calme entre un séisme et le tsunami qui parfois en découle. Le séisme c’était la crise financière, puis nous avons vécu deux années de frustrations, de souffrances sociales, de tensions sur les prix et les matières premières, le tsunami arrive aujourd’hui avec cette très forte actualité. Il y a certes peu de points communs entre certains faits d’actualité mais ils font tous échos à des enjeux internationaux : Fukushima relance le débat du nucléaire (que les allemands viennent de trancher) en pleine crise de l’énergie au niveau mondial. De la même façon, l’affaire DSK n’est pas celle d’un obscur fonctionnaire du FMI mais bien celle d’un politicien brillant, potentiel présidentiable en France et surtout patron d’un organisme qui a depuis la crise financière un rôle prépondérant notamment dans les pays européens les plus touchés.
A titre personnel, je pense que l’actualité la plus marquante ce sont les révolutions arabes, que ça se termine mal ou bien, les répercussions sont de long terme et vont conditionner les 25 prochaines années.