Philippe Lucas
EditoPar Philippe Lucas

21 Copains ?

La COP 21 est la conférence des Nations Unies sur le climat qui aura lieu pendant 15 jours à Paris dès la fin de ce mois. Elle va réunir 195 états qui vont tenter ensemble de trouver le 1er accord international universel sur le climat. Le 1er week-end  (29 et 30 novembre) l’ensemble des chefs d’état devraient être présents et il n’est pas inenvisageable que l’on arrive à un accord contrairement à la réunion de 2009 à Copenhague. D’une part grâce à l’accord trouvé sur le climat entre les deux grands producteurs de CO2 que sont les USA et la Chine. D’autre part parce que les énergies renouvelables sont de plus en plus abordables et bientôt moins chères que les énergies fossiles.

Mais tout cela sous réserve. Sous réserve d’abord que d’autres grands pays tels que l’Arabie Saoudite, la Russie ou le Canada n’y apportent pas d’opposition et d’influence trop définitive. Sous réserve, aussi, que le contenu de cet accord soit assez solide pour limiter l’augmentation de la température moyenne à maximum 2°C. Sous réserve, également, qu’en complément de l’engagement des états, les engagements des institutions, des collectivités locales et des acteurs économiques dans le contexte de cette manifestation, soient aussi suffisamment consistants. Sous réserve enfin que les économies « avancées » n’oublient pas les enjeux de la fourniture d’électricité dans les pays en voie de développement comme l’ont rappelé récemment Jean-Louis Borloo ainsi que Christian Gerondeau (« Climat : j’accuse » aux éditions du Toucan).

Pour accompagner cet important événement et uniquement durant ce laps de temps, Wellcom a mis en œuvre, pour le compte de plusieurs de ses clients, une newsletter spécialement dédiée à la COP 21 adressée aux journalistes et influenceurs directement concernés par le sujet. Wellnews donne en outre la parole à Gilles Berhault, Président du Comité 21. Une Wellnews exclusive donc dans laquelle vous découvrirez également 21 personnalités qui entourent la réalisation de cette COP 21. 21 COPAINS de la COP 21 en somme, qu’il n’est pas inutile de connaître.

Mais si pour l’instant vous pensez que tout va mal, il est sans doute temps pour vous de lire le nouvel ouvrage de Philippe Bloch, « Tout va mal …. Je vais bien ! » (Editions Ventana) qui s’est hissé en quelques jours dans le top 50 des ventes en librairie ou de vous réjouir des entreprises où il fait bon travailler avec Patrick Dumoulin, Directeur général de l’institut Great Place to Work.

Enfin, s’il vous reste encore un peu de temps, ne passez pas à côté de l’étude exclusive Wellcom menée avec Opinion Way sur la communication des ETI (les Entreprises de Taille Intermédiaire) qu’elles jugent essentielle dans leur stratégie. Bonne nouvelle pour les professionnels de la communication et pour les enjeux qu’elles se fixent.

Bonne lecture !

-

Gilles Berhault : « la France est face à un triple enjeu »

Gilles Berhault : « la France est face à un triple enjeu »

Gilles Berhault
Président du Comité 21

Partageant son temps entre la présidence du Comité 21, Comité français pour le développement durable, et plusieurs autres activités à titre bénévole, Gilles Berhault est fortement impliqué dans la cause du développement durable et de l’environnement. A l’approche de la COP21, rencontre avec un acteur clé qui nous donne sa vision des enjeux et des opportunités que représente cet événement qui nous concerne tous,

Vous présidez depuis 2010 le Comité 21, Comité français pour le développement durable, et initiez en 2014 « Solutions COP21 ». A l’approche de ce grand événement, quel est le rôle de la France et quels en sont les principaux enjeux ?

La France est face à un triple enjeu. Le premier est de présider une réunion où 195 pays doivent se mettre d’accord à l’unanimité et à la virgule près. La seconde est l’accueil de 40 000 personnes à Paris dans les meilleures conditions. Le troisième est de profiter de cet événement considérable pour accélérer la transformation des territoires français et de l’économie, face aux enjeux climatiques. Il faut souligner l’implication forte de l’État français, et du président de la République, mais également la mobilisation des organisations non étatiques, associations, entreprises, collectivités, chercheurs… très engagées sur la recherche de solutions. C’est toute l’ambition de Solutions COP21 au Grand Palais du 4 au 10 décembre : donner à voir la faisabilité d’une société post carbone, montrer qu’elle est séduisante.

La question climatique est selon vous, à la fois une responsabilité mais aussi une opportunité pour les entreprises. Pouvez-vous nous expliquer ?

Toutes les entreprises doivent diminuer leurs impacts sur la planète. C’est par une analyse précise de toutes les actions, et la mise en œuvre de mesures ambitieuses que l’économie pourra continuer de se développer. Mais une nouvelle responsabilité est de créer des solutions, d’innover au service du climat dans tous les domaines. Il ne s’agit pas seulement d’innovation technologique face aux grandes disruptions nécessaires, car il est également question de trouver de nouveaux modèles économiques, de former, d’attirer les talents… Et c’est sans doute en cela que la question climatique constitue une opportunité. Les entreprises doivent prendre toute leur part à la transformation profonde de la société.

Selon une récente étude menée par « Solutions COP21 », 55 % des Français estiment qu’il est déjà trop tard pour agir et sauver l’environnement. Quels sont les principaux leviers pour changer cette triste perception ?

La question aujourd’hui n’est pas le climatoscepticisme mais la capacité à  croire que l’on peut maîtriser les dérèglements climatiques. Oui nous sommes en capacité d’agir efficacement. Mais bien évidemment, il faut une grande ambition, un travail de coopération, des financements… Il faut aussi sortir de toute urgence d’une vision simpliste avec d’une part les gentils, et de l’autre les méchants. Tout le monde a une part de responsabilité dans la situation actuelle… et tout le monde peut et doit agir à son échelle.

Vous cumulez plusieurs fonctions*. Comment gérez-vous les priorités et avez-vous un Leitmotiv au quotidien ?

En parallèle de mon activité professionnelle, j’ai toujours eu une activité bénévole très intense. Cette fin d’année est particulièrement dense et passionnante. Je me suis libéré de mes activités professionnelles pour me consacrer pleinement à SolutionsCOP21. Le dispositif a été conçu par le Comité 21, c’est à ce titre que j’assume, au nom de nos 500 membres, le pilotage global du projet, pour ne pas qu’il gagne chaque jour en sens et en valeur. Mon leitmotiv ? Répondre toujours à l’affirmation « ce n’est pas possible de » par « Oui il est possible de préserver le climat, c’est parce que je ne savais pas que c’était impossible (cf. Mark Twain), que j’ai su le faire ».

* Président du Comité 21, délégué général d’ACIDD, conseiller développement durable de la direction scientifique de l’Institut Télécom, animateur de débats, conférencier, rédacteur …

www.solutioncop21.orgwww.comite21.org twitter

Tout va mal… je vais bien !

Comment vivre heureux dans un « monde de merde » ? « La cause est entendue. Tout va mal, partout, tout le temps ». Ce constat ne manque pas d’accrocher l’intérêt d’un public qui se sentira malheureusement souvent concerné… C’est aussi le point de départ du nouvel ouvrage de Philippe Bloch, déterminé à redonner de l’espoir aux Français qui en ont « marre d’en avoir marre ». Convaincu qu’un changement est possible en portant un nouveau regard sur les choses, l’auteur de Ne me dites plus jamais bon courage ! invite ses lecteurs, dans un contexte de dépression collective, à relativiser et croire au pouvoir de l’optimisme, du courage et de l’action. A travers neuf principes simples à appliquer pour mieux vivre au quotidien, ce livre prône la possibilité d’un miracle collectif. 

« Une encyclopédie ne suffirait pas à lister tous les maux – réels ou perçus – qui semblent accabler le plus beau pays du monde. La France n’est pas amoureuse de son présent, elle est angoissée par son avenir et se réfugie dans son passé. Et si nous faisions fausse route en pensant n’avoir aucune prise sur nos vies et sur le monde, au lieu d’accepter l’idée que seule la multiplication à l’infini de nos actions individuelles, même minimes, peut modifier le cours des choses ? », s’interroge Philippe Bloch.

A découvrir d’urgence en cette fin d’année pour que tous les Français puissent à nouveau se dire « C’est ici que ça se passe !»

Plus d’informations sur www.philippebloch.com et www.toutvamal.philippebloch.com

- -

Great Place to Work®,
une entreprise où il fait bon travailler !

Patrick Dumoulin
Directeur général de Great Place to Work France

Patrick Dumoulin, Directeur général de l’institut Great Place to Work® France nous dresse le portrait chinois d’une entreprise dont la volonté est d’être la « référence lorsqu’il s’agit de qualité de vie et de bien-être au travail ». Cabinet d’études et de conseil en management et ressources humaines, Great Place to Work® se positionne comme l’observatoire privilégié des bonnes pratiques en entreprise, et publie en mars de chaque année le palmarès annuel des « entreprises où il faut bon travailler » Best Workplaces France. Présentation d’une entreprise ambitieuse qui se permet encore de rêver !

 

Valoriser les initiatives
porteuses de solutions !

Initiative portée par Reporters d’espoirs qui soutient le journalisme d’impact et l’information qui donne envie d’agir, la France des Solutions, dont Wellcom est partenaire, a permis de mobiliser médias et personnalités durant toute une semaine, pour mettre en avant des initiatives porteuses de solutions.

Le 12 octobre, dans l’hémicycle du Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), Reporters d’Espoirs a laissé la parole à ceux qui sont porteurs de solutions concrètes : journalistes, écrivains, entrepreneurs, politiques…

C’est parce que Wellcom estime que les communicants ont un rôle à jouer pour mettre en avant les solutions concrètes portées par différents acteurs qu’elle a décidé de soutenir Reporters d’Espoirs et de devenir, dans le cadre de la France des Solutions, son partenaire. Une initiative qui va également dans le sens de sa politique RSE mais aussi dans sa volonté de mettre son expertise au profit de causes nobles, qui donnent envie d’agir.

Durant plusieurs semaines, l’accompagnement de Reporters d’Espoirs pour donner de la visibilité et fédérer les publics autour de la France des Solutions s’est traduit par :

  • la prise en main des réseaux sociaux
  • la définition de la ligne éditoriale
  • la production de contenus adaptés aux différents réseaux
  • le community management
  • le live tweet de l’événement

Le dispositif mis en place par Wellcom le 12 octobre, et la pertinence des sujets abordés durant l’événement ont fait de #FRSOL l’un des sujets les plus commentés sur Twitter. Les contenus produits ont fédéré les publics et permis d’accroître l’audience des réseaux de Reporters d’Espoirs.

Plus d ‘informations sur : http://bienvenue.francedessolutions.fr/

ETI : 80% d’entre elles jugent
la communication comme essentielle pour la stratégie de l’entreprise

Parce qu’elles représentent près d’un tiers du chiffre d’affaires national et 3 millions de salariés, le développement des Entreprises de Tailles Intermédiaire (ETI), constitue un enjeu essentiel à l’échelle de l’économie française.

Comment pour cela les ETI anticipent et mènent-elles leurs actions de communication ? Comment l’esprit collaboratif s’invite-t-il dans leurs réflexions ? Quels sont les rapports avec les agences ? Comment intègrent-elles les stratégies digitales dans leur transformation ? Voici les questions que s’est posé Wellcom, dans le cadre d’une étude menée avec OpinionWay.

3 grands enseignements de l’étude :

  • La communication est jugée comme un élément fondamental de la vie et la progression des ETI
  • La tendance est à la co-construction et au participatif entre les ETI et leurs agences de communication
  • Enfin, les ETI sont convaincues de l’incontournable transformation digitale de leur communication

« Nous observons que les ETI engagent actuellement une véritable phase de transformation digitale, et pas seulement sur le terrain de la communication. Elles pensent ‘global’ et adoptent de plus en plus une démarche multi-supports et intégrant l’ensemble des facettes de leur expertise. Ainsi, même s’il n’est pas encore suffisamment mis en pratique, le travail sur l’image et l’influence est davantage imbriqué. Même les réflexions prennent une dimension plus grande, avec ce que l’on pourrait baptiser le ‘Crowd-thinking’», explique François Belz, Directeur associé de Wellcom. 

ROCKFON lance BLANKA avec Wellcom

Créer une dalle de plafond extra-blanche, qui réfléchit parfaitement la lumière, facile à installer, résistante à la saleté et à la poussière… tel est le tour de force réalisé par ROCKFON®.

Avec ROCKFON® BLANKATM présenté lors du salon BATIMAT, ROCKFON répond aux attentes des installateurs, architectes et designers.

Et pour lancer ce produit à l’échelle mondiale, ROCKFON®, leader mondial des plafonds acoustiques en laine de roche, a fait appel à Wellcom.

Première étape : baptiser ce produit révolutionnaire. Un nom évocateur, facile à retenir et à comprendre pour l’ensemble des cibles de ROCKFON®, à Londres comme à Rome, Singapour ou Moscou. Blanka s’est imposé comme une évidence.

Seconde étape : préparer le lancement du produit à l’échelle mondiale.

Autour d’un concept de communication fort If only everything white was this bright (Si seulement tout ce qui est blanc était aussi brillant) Wellcom présente cette nouvelle dalle comme l’idée la plus brillante et lumineuse de ces dernières années. S’inspirant des codes classiques du blanc (lait, cygne…), l’idée est de démontrer que jamais rien n’a été aussi blanc que ROCKFON® BLANKATM .

Un concept décliné à l’échelle mondiale en print (brochure, fiches techniques), web (bannières), affiches, annonces presse, sample box et stand, qui capitalise sur les bénéfices produits : blanc, lisse, facile à installer et à entretenir.

 

European AluminiumEuropean Aluminium RockfonEuropean Aluminium

 

Pour en savoir plus sur ROCKFON® BLANKATM, rendez-vous sur le stand ROCKFON® lors de BATIMAT ou sur www.rockfon.fr

Une nouvelle identité
et une nouvelle campagne

A l’occasion de ses 25 ans, Cadremploi, premier site emploi des cadres et dirigeants français, se renouvelle et dévoile son nouveau logo. Réaffirmant son engagement envers le cadre, avec le « C », la nouvelle identité de marque se traduit également par un nouveau site web au design modernisé et à l’ergonomie optimisée pour l’expérience utilisateur. Avec une technologie en « responsive design » pour s’adapter aux différents écrans (ordinateur, tablette, mobile etc.), mais également de nouvelles fonctionnalités pour faciliter les recherches, Cadremploi améliore son niveau de service et réaffirme son positionnement sur le marché des cadres et dirigeants. Parallèlement, son nouveau plan média, décliné en 2 spots de 20 secondes et 10 secondes diffusés sur 9 grandes chaînes nationales et sur plus de 50 écrans à la Défense, replace le cadre au cœur de sa communication.

« Sur un marché arrivé à maturité et très concurrentiel, nous devons incarner la vision contemporaine de l’emploi. Chaque jour, Cadremploi propose des milliers d’offres qualifiées, des contacts avec près de 15 000 recruteurs et des contenus éditoriaux adaptés. Notre volonté d’insuffler la mobilité aux cadres et d’affirmer notre positionnement sur les cadres et dirigeants passe aussi par notre identité, notre nouveau design, ainsi que notre plan média. L’ensemble doit refléter nos atouts depuis 25 ans : le sérieux, l’expertise, autant que le dynamisme et l’innovation », déclare Thibaut Gemignani, Directeur Général de Cadremploi.

Plus d’informations sur www.cadremploi.fr

21 COPAINS de la COP 21

Paris accueille cette année la 21ème Conférence des partis de la Convention cadre des nations unies sur les changements climatiques, abrégée sous le nom de Cop 21. Cette conférence se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015. Les représentants de 195 pays, chefs d’états, s’y sont donné rendez-vous pour négocier l’adoption d’un accord universel de lutte contre le dérèglement climatique, en présence de responsables d’ONG, d’entreprises et de collectivités territoriales. Il s’agit d’un sommet hautement diplomatique et politique mais les chercheurs, entrepreneurs, et acteurs de tous horizons ont  aussi leur mot à dire.

Voici un aperçu de 21 des acteurs français contribuant à l’élaboration, l’organisation et la réflexion autour de la Cop21.

Comité de pilotage et porte-paroles :

  1. Laurent Fabius, président de la Cop 21
  2. Ségolène Royal, ministère de l’Ecologiedu Développement durable et de l’Energie.
  3. Annick Girardin secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie
  4. Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations sur les changements climatiques, représentante spéciale pour la conférence Paris 2015 ;
  5. Henri Guignard, diplomate, secrétaire général en charge de la préparation de la COP 21
  6. Marie-Hélène Aubert, conseillère pour les négociations internationales climat et environnement
  7. Ronan Dantec, porte-parole mondial climat de CGLU (Cités et Gouvernements Locaux Unis), principale organisation mondiale de villes
  8. Anne Hidalgo, maire de Paris, envoyée spéciale des Nations Unies pour les villes et le changement climatique

Conseillers :

  1. Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président pour la protection de la planète
  2. Stéphanie Thiébault, directrice de l’Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS
  3. Teresa Ribeira, directrice de l’Iddri (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales).
  4. Brice Lalonde, conseiller spécial du Global Compact, et Conseiller spécial pour le développement durable (ONU) et ex-Coordonnateur exécutif de la COP20 de Rio.
  5. Nicolas Beriot, secrétaire général de l’Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique (Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie).

Scientifiques et experts :

  1. Bettina Laville, fondatrice du Comité 21, conseillère d’Etat
  2. Jean Jouzel, climatologue et glaciologue vice-président du groupe  du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)
  3. Christian de Perthuis, philosophe et économiste, professeur d’économie à l’université Paris Dauphine, fondateur de la Chaire économie du climat à l’université Paris-Dauphine.

Société non étatique et médiateurs :

  1. Gilles Berhault, président du Comité 21, et du Club France développement durable, organisateur de Solutions COP 21
  2. Sylvianne Villaudière, directrice du cabinet Alliantis, coordinatrice de Solution Cop21 (Grand Palais pendant la COP21), organisé  par le Comité 21)
  3. Bruno Latour,   sociologue et philosophe des sciences, professeurs à Science Po Paris, a initié le projet « Paris Climat 2015 : Make it work » pour sensibiliser la communauté de Sciences Po, étudiants, enseignants et chercheurs, autour  des négociations climatiques.
  4. Pierre Cannet, coordinateur des politiques climats à WWF France

Acteurs financiers :

  1. Gérard Mestrallet,  PDG Engie (GDF Suez), et président de Paris Europlace, représentant des entreprises dans le cadre du « Business dialogue » organisé par le gouvernement français en amont de la COP 21.

L’encadrement du lobbying

Les pratiques d’affaires publiques et de lobbying sont désormais pleinement intégrées à la production normative française et européenne. Source d’informations permettant aux acteurs institutionnels de bénéficier de précieux retours d’expériences, l’influence s’est professionnalisée et normalisée.

Depuis plusieurs années, le Parlement européen et la Commission européenne ont mis en place un registre commun devant permettre une plus grande transparence. Il présente les thématiques
de travail, et les budgets associés, des différents acteurs de l’influence.

Inspirée par la pratique européenne, la France déploie progressivement ses propres procédures.

Début octobre, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale a proposé que le registre des représentants d’intérêts du Palais-Bourbon puisse également couvrir les contacts entre lobbyistes et membres des cabinets ministériels et des administrations. Concernant les « clubs parlementaires », il souhaite solliciter un avis de la Haute Autorité de transparence de la vie publique. Deux déontologues de l’Assemblée lui avaient déjà remis des préconisations sur le sujet

De la même façon, des initiatives sont prises au sein des instances européennes et vont parfois au-delà des métriques réglementaires. En attendant une décision du Parlement européen, les élus
du groupe S&D (Socialistes & Démocrates ) ont eux-mêmes décidé de ne plus accorder de rendez-vous aux représentants des entreprises qui ont refusé d’être auditionnés par la commission spéciale sur l’évasion et l’optimisation fiscales.

L’ACCES AUX MARCHES PUBLICS EN QUESTION

Le code des marchés publics est souvent, par sa complexité, une barrière dissuasive pour les petites entreprises. De récentes évolutions devraient en faciliter l’accès.

L’ordonnance relative aux marchés publics, publiée par Bercy cet été, a relevé le seuil de dispense de procédures dans les marchés publics de 15 000 à 25 000 euros HT. Les acheteurs publics pourront donc conclure des marchés sans procédures contraignantes en dessous de ce nouveau seuil.  Par ailleurs, Martial Bourquin (PS) a présenté fin octobre un rapport d’information préconisant notamment de relever le seuil des marchés à procédure adaptée de 25 000 à 40 000 euros.

Plus récemment, le service des achats de l’Etat (SAE) a lancé une bourse à la cotraitance. Gratuit, ce service permet aux PME de s’unir pour répondre plus efficacement aux appels d’offres de l’Etat.

EN BREF

  • Le coût du travail dans l’UE [UE].En France, une heure d’activité revient à 34,8 euros pour une entreprise, contre 3,4 en Bulgarie. C’est au Danemark qu’elle est le plus élevée, à 40,9 euros. La moyenne de l’UE se situe à 23,8 euros, mais si on prend l’Europe d’avant l’élargissement
    de 2004 à l’Est, elle est de 27,9. L’étude de l’INSEE.
  • La Commission européenne adopte son programme pour 2016 [UE]. Toujours le même leitmotiv : se concentrer sur quelques priorités. Parmi elles, le numérique, l’approfondissement du marché unique, l’Union de l’énergie et un paquet législatif sur la fiscalité des entreprises.

Ensemble pour promouvoir l’égalité des chances, le 18 novembre 2015

Créé en 2005 en partenariat avec le Ministère de l’Education nationale, l’Institut Télémaque, association loi 1901, accompagné par Wellcom dans ses relations média, agit pour promouvoir l’égalité des chances et contribuer à la relance de l’ascenseur social autour d’une initiative novatrice : le double tutorat.

A l’heure où un enfant d’ouvrier/d’employé a 7 fois moins de chances d’accéder aux études supérieures qu’un enfant de cadre supérieur ou enseignant, cet accompagnement individualisé permet aux filleuls de l’institut d’être suivis par deux tuteurs issus du monde professionnel et de l’enseignement scolaire pour enrichir son univers socio-culturel et l’aider à construire son projet personnel et professionnel.

Le mercredi 18 novembre, à l’occasion du 10ème anniversaire de l’Institut Télémaque, Henri Lachmann, Président et Fondateur de l’association, dressera le bilan de ses actions et de son programme d’accompagnement au Grand Amphithéâtre du Panthéon de la Sorbonne en présence de la Ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem.

Pour plus d’informations : http://www.institut-telemaque.org/

Start-up françaises : Las Vegas avant-première

tendances

Avec deux mois d’avance sur le grand rendez-vous de l’électronique de Las Vegas, le CES (Consumer Electronics show), Paris accueillait, le 21 octobre dernier, la 3éme édition du CES Unveiled. Une véritable répétition grandeur nature pour les start-up françaises qui feront le voyage aux Etats-Unis début janvier et qui représentent la première délégation.

https://www.youtube.com/watch?v=x5DhcBKl878

Des startups donc, mais également des grands groupes. Ainsi, le Groupe La Poste, partenaire de l’évènement parisien et déjà présent au CES l’année dernière, a présenté sa vision du digital et notamment sa place dans cette évolution. Une place charnière comme l’explique son Président, Philippe Wahl, ici : « Quelle que soit l’évolution technologique dans notre société, il restera toujours une frontière entre le numérique et l’humain. C’est sur cet espace commun entre l’humain et le digital que se trouve La Poste.» Ainsi, la transformation digitale du groupe passe par le développement de l’Internet des services. Des services centralisés dans son « Hub Numérique » et incarnés par ses facteurs connectés et pratiquement tous dotés d’un smartphone.

Le Groupe La Poste ne voyagera pas seul. Sur son stand ce n’est pas moins de 15 startups, toutes issues du concours French IoT, que le groupe emmène. La ville intelligente avec @ParkingFacile, la domotique avec @AirSerenity, la santé avec @medissimo, la silver economy avec @tlgrafik, l’énergie avec @SENSINGLABS et les loisirs avec @PlusshFR : voilà les secteurs sur lesquels le groupe sera présent.  Mais pour être au complet sur son stand, La Poste s’est également entourée de quatre grands comptes français – @Legrand, @MalakoffMederic, @BNPPRE_FR et @opticiensatol – qui présenteront chacun un cas d’usage innovant.

Ce CES Unveiled a été le moment choisi par Shawn DuBravac, chef économiste au sein du Consumer Electronics Association (CEA), de révéler 4 grandes tendances : Ambient sensing, Aggregated learning, Building ecosystems et Actuation. Plus de détails sur ces tendances ? C’est par ici !

Même si la particularité de cette édition était donc la présence de grands groupes, le CES Unveiled n’en est pas moins un évènement pour les startups innovantes. Petite sélection choisie de trois startups.

 

  • Leka : le robot au service de l’éducation des enfants exceptionnels

  • Romy-Paris : La cosmétique connectée et ultra-personnalisée

  • Digitsole : la semelle chauffante connectée

La start-up française Digitsole, élue parmi les dix meilleures innovations du CES 2015 et spécialiste du footwear connecté, a choisi WELLCOM pour la gestion des relations presse et du social media en France et à l’international. Le premier lancement prévu est la Warm Series. La semelle chauffante connectée et interactive sera distribuée à partir du mois de novembre 2015 dans 21 pays avec plus de 1 000 points de ventes en Europe, Amérique du Nord et Asie.

Voici un petit avant-goût du CES de cette année qui se jouera avec un accent so frenchie !