Logo : tendances 2019

Le textile n’a pas le monopole de la mode, cette dernière accompagne aussi chaque année graphistes et directeurs/ices artistiques dans leurs réalisations créatives, au centre desquelles on retrouve le logo. « Quelles sont les grandes tendances », « Y a-t-il une couleur à privilégier en 2019 ? », « La typo de cette année ? », « Assistons-nous au retour du baroque ? » : autant de questions qui animent les créatifs en ce début d’année. Alors, c’est quoi un logo stylé en 2019 ?

Le logo d’une entreprise, c’est la genèse de son identité visuelle, la vitrine par laquelle chaque consommateur ou client construira sa perception de votre marque. Sur des panneaux d’affichage, dans des magazines, en pre-roll d’une vidéo ou sur les réseaux sociaux, le logo, son style, ses couleurs, la typographie utilisée symbolisent votre entreprise, sur le fond comme sur la forme (ADN, histoire, missions, promesses, valeurs, engagement…). Bref, si l’importance d’une identité visuelle réfléchie, argumentée et assumée n’est plus à prouver, quels styles seront en vogue cette année ?

Les couleurs

A l’instar du Living Coral, élue couleur de l’année 2019, la vague des couleurs chaudes et éclatantes (jaune, orange, rouge) semble continuer de rouler. L’intensité et la saturation des couleurs (à l’image de Google ou de Spotify©) sont à appliquer de manière unie mais aussi graduée (Open).

A ce titre, et pour relativiser l’hégémonie des couleurs précédemment citées, le noir (grâce au secteur du luxe, notamment) demeure une valeur sûre. D’un point de vue général, c’est l’année des couleurs vibrantes, parfois difficiles à reproduire en version print (à l’image de l’artiste Romain Trystram).

La typographie

Concernant les différentes polices et styles d’écriture, l’année 2019 semble des plus créatives. Du XL au Serif, en passant par le vintage et la scripte pour atteindre les écritures à contraste ou contours, ne vous refusez rien tant que le résultat retranscrit l’identité même de l’entreprise. Mettons en valeur le paradoxe même des tendances typographiques 2019 : si le Sans Sérif minimal et épuré semble sortir du lot, une autre « école » privilégie une typographie Serif avec empattements. Un premier contraste auquel on peut ajouter l’exubérance des typos Brouillon et Originales, sans foi ni loi graphique ! Vous pouvez aussi trouver de très bons top 10 des tendances typographiques pour 2019, en guise d’inspiration !

Le style et la forme

La tendance artistique pour les logos en 2019 se partage entre la typographie, la pictographie et l’utilisation des initiales. Bref, la mode est à l’écriture simple, épurée avec un message clair, précis. Observez plutôt la simplicité de Netflix, référence visuelle en la matière, qui s’offre aussi le luxe d’exceller dans le domaine du « jingle », souvent sous-estimé par les entreprises de nos jours, à tort !

A noter le retour des logos ronds inspirés de grandes marques comme B&B HOTELS, Burger King ou Nivea, le succès de l’overlay (les éléments du logo sont superposés), mais aussi l’espace négatif (l’espace positif est l’objet, l’espace négatif le fond, l’arrière-plan. Jouer avec l’espace négatif, c’est créer des formes issues de ce contraste), avec l’exemple de Buzz Feeds News.

Par ailleurs, les logos ne peuvent être insensibles à l’actualité. Le désir de transparence est tel que les marques ont tout intérêt à faire preuve de sincérité, d’humilité et d’empathie : la promesse du logo doit correspondre aux valeurs et aux missions de l’entreprise. Par exemple, si le code couleur est le bleu, le blanc et le rouge mais que vos produits sont confectionnés partout sauf en France, le consommateur risque d’être pour le moins déçu.

Relativement à l’empreinte écologique enfin, le logo comme l’ensemble de l’identité visuelle devra, dans son exécution, être responsable et durable. Un logo peut-il être responsable ? Oui, si l’on en croit le professeur, graphiste et historien Philip B. Meggs et ses réflexions autour du « substainable graphic design » citées dans l’un des dossiers de recherche de l’ENsadLab : « les designers graphiques, en tant que metteurs en forme de messages et d’images, ont l’obligation de contribuer de façon significative à une compréhension globale des questions environnementales et sociales ».

Captown est une nouvelle société de conseil en stratégie immobilière de grands projets et en développement commercial. Sollicité pour la création du logo, de l’identité graphique et du site internet, Davy Clouet, Directeur Artistique de Wellcom, nous révèle les dessous du projet.

 

Davy Clouet, Directeur Artistique

Pouvez-vous nous expliquer la démarche créative qui a précédé sa réalisation ?

Le client avait dès le départ le souhait d’une identité singulière, qui se détache des codes souvent trop institutionnels habituellement utilisés dans l’univers des cabinets immobiliers. Dès lors, si les axes de création étaient plus étendus, notre mission était proportionnellement aussi complexe. Il fallait être moderne voire futuriste, visuellement captivant tout en laissant entrevoir les missions de l’entreprise.

Quelles sont les particularités de la nouvelle identité visuelle ?

La nouvelle identité proposée repose sur la création d’un lettrage qui évoque la dimension « design industriel », marquée par des ouvertures sur chaque lettre pour rendre l’ensemble plus léger et exprimer la circulation. Le logotype se compose de trois couleurs vives alternées desquelles émanent la diversité et l’innovation. Le résultat donne une autre image de l’immobilier (souvent perçue comme « statique »), la flexibilité et une certaine liberté.

Le logo est original et ne s’inscrit pas dans la tendance actuelle du style gras, 
noir et épuré, que l’on retrouve notamment dans le secteur du luxe. Pourquoi ce choix ?

Les codes du luxe sont effectivement présents dans les tendances actuelles sur leur aspect typographique et épuré, moins sur la couleur, qui reste un élément distinctif pour une marque. Suivre la tendance, c’est aussi prendre le risque de ne plus rien représenter. De nombreuses marques de luxe ont adopté le style des typographies linéales ainsi qu’une tendance à l’épure. Respecter la mode, dans ce contexte, peut engendrer une homogénéité dans un secteur où, pourtant, il est essentiel de sortir du lot. Parmi ces marques nous pouvons citer Calvin Klein, Thierry Mugler, Balenciaga… etc. A mes yeux, il faut parfois prendre des chemins de traverse pour se distinguer et ne pas toujours suivre la voie tracée.

Qu’est-ce qu’un bon logo en 2019 ?

Qu’importe que l’on soit en 1989 ou 2019, un bon logo reste un bon logo. Il doit mettre en relief ce que représente l’entreprise ou son produit, ses valeurs, son code génétique, être identifiable. Il arrive inévitablement qu’il vieillisse, c’est pourquoi il est nécessaire de le remettre au goût du jour (Apple est un bon exemple d’une identité forte qui a su se renouveler au gré des tendances, de l’arc-en-ciel au monochrome).