Opinion 2.0

Thierry Wellhoff, PrésidentLe constat est partagé par tous les spécialistes : les médias traditionnels sont confrontés à une érosion de leurs audiences et doivent désormais composer avec la fameuse convergence numérique.

Sur le principe de l’information à la carte et à emporter, le podcast morcelle les grilles de programmes et depuis peu l’hégémonie de la télévision est remise en cause par le succès incontestable des réseaux de vidéos en ligne. Le Français Dailymotion incarne cette nouvelle ère avec, à ce jour, 22 millions de visiteurs uniques à travers le monde, soit 782 millions de pages vues et 267 millions de vidéos visionnées !

Le web 2.0, c’est l’avènement du participatif : tout le monde peut faire entendre sa voix, chacun est invité à donner son opinion, la diffuser, la partager, la discuter.

Néanmoins, il est certain que le « phénomène blog » se structure. On observe déjà une consolidation d’un noyau dur de blogs dits « influents ». Ils installent leur notoriété, fidélisent leur lectorat et tendent à « professionnaliser » leurs lignes éditoriales, car sollicités et intégrés dans les plans médias des agences de communication et régies publicitaires spécialisées.

Dans le même temps, le grand public se dirige vers les plateformes communautaires – social networking – qui fleurissent sur la toile autour de thématiques de plus en plus pointues ou autour de marques, de produits, d’institutions politiques et associatives.

Un vaste débat en temps réel, animé de discussions permanentes qui a lieu dans la blogosphère ou sur ces réseaux communautaires qui prend également place dans des univers virtuels en trois dimensions à l’instar de Second Life. Ce monde parallèle tend à ressembler au nôtre, les marques tentant de prendre possession de ces lieux virtuels, tout comme les partis politiques qui y installent leurs bureaux de campagne.

La valeur de l’opinion est au centre des ces nouveaux enjeux. Quel crédit accorder à cette masse considérable d’informations ? C’est autour de ce thème passionnant que j’aurai l’occasion d’animer le débat « Nouveaux médias, nouvelles médiations : qui écouter ? qui croire ? » durant les Premières Assises de l’Opinion, organisées à l’initiative du Syntec Conseil en Relations Publiques, le mercredi 7 mars au Palais du Luxembourg.

En marge de cette croissance du participatif au sein du web 2.0, les medias traditionnels font de la résistance et s’adaptent, ainsi que nous le confirme Pierre Conte, Directeur Général Adjoint du Groupe Figaro et Président du figaro.fr, dans notre interview dédiée au lancement de deux nouveaux journaux en ligne par le Groupe Figaro. Et au-delà de sa vocation strictement informative ou business, Internet sert des intérêts plus intimes, à l’image de parship.fr, le pionnier des rencontres sérieuses sur Internet en Europe, objet de notre étude de cas ce mois-ci.

Pluraliste, participatif, informatif, protéiforme et sans frontière… Internet concentre toutes les attentions et les opinions dans une marche sans pause dont rares sont ceux qui peuvent prédire jusqu’où elle ira.

Bonne lecture.

Opinion 2.0

mars 8, 2007 11:03 Publié par

Thierry Wellhoff, PrésidentLe constat est partagé par tous les spécialistes : les médias traditionnels sont confrontés à une érosion de leurs audiences et doivent désormais composer avec la fameuse convergence numérique.

Sur le principe de l’information à la carte et à emporter, le podcast morcelle les grilles de programmes et depuis peu l’hégémonie de la télévision est remise en cause par le succès incontestable des réseaux de vidéos en ligne. Le Français Dailymotion incarne cette nouvelle ère avec, à ce jour, 22 millions de visiteurs uniques à travers le monde, soit 782 millions de pages vues et 267 millions de vidéos visionnées !

Le web 2.0, c’est l’avènement du participatif : tout le monde peut faire entendre sa voix, chacun est invité à donner son opinion, la diffuser, la partager, la discuter.

Néanmoins, il est certain que le « phénomène blog » se structure. On observe déjà une consolidation d’un noyau dur de blogs dits « influents ». Ils installent leur notoriété, fidélisent leur lectorat et tendent à « professionnaliser » leurs lignes éditoriales, car sollicités et intégrés dans les plans médias des agences de communication et régies publicitaires spécialisées.

Dans le même temps, le grand public se dirige vers les plateformes communautaires – social networking – qui fleurissent sur la toile autour de thématiques de plus en plus pointues ou autour de marques, de produits, d’institutions politiques et associatives.

Un vaste débat en temps réel, animé de discussions permanentes qui a lieu dans la blogosphère ou sur ces réseaux communautaires qui prend également place dans des univers virtuels en trois dimensions à l’instar de Second Life. Ce monde parallèle tend à ressembler au nôtre, les marques tentant de prendre possession de ces lieux virtuels, tout comme les partis politiques qui y installent leurs bureaux de campagne.

La valeur de l’opinion est au centre des ces nouveaux enjeux. Quel crédit accorder à cette masse considérable d’informations ? C’est autour de ce thème passionnant que j’aurai l’occasion d’animer le débat « Nouveaux médias, nouvelles médiations : qui écouter ? qui croire ? » durant les Premières Assises de l’Opinion, organisées à l’initiative du Syntec Conseil en Relations Publiques, le mercredi 7 mars au Palais du Luxembourg.

En marge de cette croissance du participatif au sein du web 2.0, les medias traditionnels font de la résistance et s’adaptent, ainsi que nous le confirme Pierre Conte, Directeur Général Adjoint du Groupe Figaro et Président du figaro.fr, dans notre interview dédiée au lancement de deux nouveaux journaux en ligne par le Groupe Figaro. Et au-delà de sa vocation strictement informative ou business, Internet sert des intérêts plus intimes, à l’image de parship.fr, le pionnier des rencontres sérieuses sur Internet en Europe, objet de notre étude de cas ce mois-ci.

Pluraliste, participatif, informatif, protéiforme et sans frontière… Internet concentre toutes les attentions et les opinions dans une marche sans pause dont rares sont ceux qui peuvent prédire jusqu’où elle ira.

Bonne lecture.

Classés dans :

Cet article a été écrit par wellcom

Les commentaires sont fermés.