Le gouvernement fait campagne

Thierry Wellhoff, PrésidentCela n’a sans doute échappé à personne : le gouvernement se lance dans la publicité ! Ni produit miracle, ni offre mirifique… l’objet de la campagne annoncée en fanfare ces derniers jours n’est autre que le bouquet de réformes visant à améliorer le pouvoir d’achat des Français. Résumons-nous : le gouvernement tient lieu de marque, son action devient le produit, et sa promesse : « C’est mois après mois que nous gagnerons la bataille du pouvoir d’achat ».

Cette campagne pourrait passer presque totalement inaperçue si son émetteur, et plus encore sa proposition, faisaient partie intégrante du monde de la consommation. Or, il n’en est rien. En clair, on assiste aujourd’hui à un glissement de la sphère politique vers l’univers consumériste. Pourquoi ? Il semble que la rupture entre les Français et le gouvernement soit si profonde que les pouvoirs publics n’aient trouvé d’autre recours que la publicité pure pour médiatiser leur action… C’est pratiquement une première dans l’histoire politique française ! Habituellement, le politique n’use de l’arsenal publicitaire qu’à des fins électorales, lorsque, cycliquement, au rythme lent des septennats et autres quinquennats, il lui faut séduire et convaincre le peuple. De là à assimiler la présente opération orchestrée ci-devant à une campagne électoraliste en modèle réduit, il n’y a qu’un pas… aisément franchi par une gouvernance manifestement séduite par la méthode anglo-saxonne, parfaitement versée dans l’exercice publicitaire de longue date.

Le procédé ne devrait pas étonner tant il est vrai que l’homme-orchestre de la campagne n’est autre qu’un homme de communication. Désormais aux commandes de la communication gouvernementale, Thierry Saussez pourrait bien infléchir le mode de gouvernance à la française de manière irréversible.

Alors, acte isolé ou méthodologie pérenne ? L’avenir nous le dira, et surtout, l’issue de cette campagne.

Bonne lecture et bon été à tous.

Le gouvernement fait campagne

juillet 10, 2008 10:36 Publié par

Thierry Wellhoff, PrésidentCela n’a sans doute échappé à personne : le gouvernement se lance dans la publicité ! Ni produit miracle, ni offre mirifique… l’objet de la campagne annoncée en fanfare ces derniers jours n’est autre que le bouquet de réformes visant à améliorer le pouvoir d’achat des Français. Résumons-nous : le gouvernement tient lieu de marque, son action devient le produit, et sa promesse : « C’est mois après mois que nous gagnerons la bataille du pouvoir d’achat ».

Cette campagne pourrait passer presque totalement inaperçue si son émetteur, et plus encore sa proposition, faisaient partie intégrante du monde de la consommation. Or, il n’en est rien. En clair, on assiste aujourd’hui à un glissement de la sphère politique vers l’univers consumériste. Pourquoi ? Il semble que la rupture entre les Français et le gouvernement soit si profonde que les pouvoirs publics n’aient trouvé d’autre recours que la publicité pure pour médiatiser leur action… C’est pratiquement une première dans l’histoire politique française ! Habituellement, le politique n’use de l’arsenal publicitaire qu’à des fins électorales, lorsque, cycliquement, au rythme lent des septennats et autres quinquennats, il lui faut séduire et convaincre le peuple. De là à assimiler la présente opération orchestrée ci-devant à une campagne électoraliste en modèle réduit, il n’y a qu’un pas… aisément franchi par une gouvernance manifestement séduite par la méthode anglo-saxonne, parfaitement versée dans l’exercice publicitaire de longue date.

Le procédé ne devrait pas étonner tant il est vrai que l’homme-orchestre de la campagne n’est autre qu’un homme de communication. Désormais aux commandes de la communication gouvernementale, Thierry Saussez pourrait bien infléchir le mode de gouvernance à la française de manière irréversible.

Alors, acte isolé ou méthodologie pérenne ? L’avenir nous le dira, et surtout, l’issue de cette campagne.

Bonne lecture et bon été à tous.

Classés dans :

Cet article a été écrit par wellcom

Les commentaires sont fermés.