Farid Djouad-Guibert, Directeur général du groupe Au nom de la rose

Son parcours
Farid Djouad-Guibert est diplômé de HEC (promotion 98). Il est également titulaire d’une licence d’histoire (Paris IV Sorbonne) et du DECF.
Après ses études il travaille pendant 2 ans pour le cabinet de conseil en stratégie Braxton Associés (devenu filiale stratégie du groupe Deloitte). Au sein de ce cabinet il participe à des missions dans le secteur de la grande distribution (en Argentine et au Brésil notamment) et à des projets d’accompagnements de start-up en phase de levée de fond.
Suite à cette expérience, il a collaboré avec l’institut d’étude économique et financière du Groupe Les Echos. Il a alors réalisé plusieurs études, portant en particulier sur le luxe sur Internet et sur les stratégies d’acquisition de clients dans le B2C. Dans le même temps, il co-fonde et devient directeur marketing de la start-up COSMOPLAZZA, spécialisée dans la fidélisation on-line.

C’est en 2001 que Farid Djouad-Guibert co-fonde et prend la direction de Finanet, filiale du Groupe au nom de la rose, société spécialisée dans la vente de fleurs on-line.
Il occupe ensuite la fonction de directeur de l’exploitation et du développement du groupe à partir de 2003. Il s’attache notamment à structurer les fonctions RH et Marketing et participe au doublement de la taille du réseau de boutique en France en 5 ans et à l’expansion internationale de la société (aujourd’hui 24 boutiques dans 8 pays).
En 2008 il prend la direction de l’entreprise en tant que Directeur général.

Ses perspectives pour Au nom de la rose
Au nom de la rose, fleuriste de roses, est une société atypique dans son secteur. Son concept mono-produit et son positionnement fondé sur le triptyque « esthétique, qualité, prix » en font une entreprise unique.

Au nom de la rose défend la dimension artisanale et artistique du métier de fleuriste et promeut les roses anciennes, les roses de jardin, les roses parfumées.

L’entreprise se singularise aussi par son modèle économique qui repose sur un réseau dual où les succursales et les franchises ont un poids équivalent. Cela assure la maîtrise du savoir-faire par l’entreprise et la pertinence de l’apport aux partenaires franchisés.

Au nom de la rose a été pionnier dans son secteur en ce qui concerne les dimensions sociétales de son activité : en travaillant avec les mêmes fournisseurs depuis plus de 10 ans, en exigeant le respect de normes sociétales élevées et la labellisation de ses approvisionnements, et en s’impliquant dans le financement d’une association qui nourrit chaque jour 1 000 élèves dans 3 écoles au Kenya.

Avec près de 60 boutiques en France à ce jour, l’enseigne a un potentiel de doublement de la taille de son réseau pour atteindre entre 110 et 120 boutiques d’ici 5 ans. En 2010, au nom de la rose prévoit l’ouverture de 6 succursales, 6 franchises en France et 6 à l’international. A l’étranger, les résultats actuels obtenus dans certains pays (Russie notamment avec 10 boutiques implantées à Moscou) laissent entrevoir la possibilité de reproduire le modèle de développement français.

Le très fort pouvoir évocateur de la rose, sa signification universelle, le charme du concept et son modèle économique singulier permettront à la marque de poursuivre un développement mesuré et qualitatif pour les années à venir.