UNI-APAD une nouvelle initiative dans le secteur de l’aide aux personnes âgées ou dépendantes

La situation démographique actuelle nous interroge sur la place des personnes âgées dans la société et plus particulièrement sur la politique publique mise en place pour faire face au vieillissement croissant. Quelle est la part de la solidarité nationale dans le financement de la dépendance ? Qu’en est-il des services à la personne ? Comment faire face aux dépenses sociales que cela engendre ? Autant de points qu’il sera nécessaire de soulever lors de la réforme de la dépendance prévue en 2011.
Face à cette situation préoccupante, une soixantaine d’entreprises et agences spécialistes du maintien à domicile des personnes âgées se sont rassemblées à l’initiative de Coviva, dont Wellcom gère les relations presse, afin de créer ensemble une union : L’UNI-APAD (L’Union des entreprises d’aide aux personnes âgées ou dépendantes) pour parler d’une seule et même voix et se faire entendre dans le cadre du projet de réforme du secteur de la dépendance inscrite à l’agenda 2011.

Cette nouvelle union à l’ambition de s’ouvrir à l’ensemble des sociétés privées du secteur du secteur du service à la personne aidant les personnes âgées ou dépendantes.

« La réforme de la dépendance prévue en 2011 nous concerne au plus haut point et les décisions qui vont être émises pèseront lourdement sur notre activité. Il est donc nécessaire, voir crucial de pouvoir participer activement aux discussions qui seront annoncées au niveau institutionnel, afin de faire entendre notre voix. Nous avons donc voulu créer une union à l’image de notre métier : l’aide aux personnes âgées et dépendantes » Explique François-Xavier Carpentier – Président de l’UNI-APAD et de Coviva n°3 sur le marché du service à la personne dépendante.

Partie prenante du secteur de la dépendance, l’UNI-APAD se réjouit de l’ouverture de la concertation prévue à l’agenda 2011 et souhaite vivement être associée aux groupes de travail qui seront mis en place afin de pouvoir activement contribuer aux discussions qui seront émises par les pouvoirs publics locaux et le tissu associatif.

En savoir plus www.coviva.fr