Réputation

Il y a seulement quelques décennies, le mot « réputation » fleurait bon la vieille France et le beau monde. Après s’être installé dans quelques laboratoires et observatoires de communication avancée, en Europe d’abord, outre-Atlantique ensuite, le concept de réputation, au delà des agences de communication corporate et de relations « publics » a aujourd’hui, crises de confiance oblige, essaimé dans toutes les sphères. Economiques d’abord, institutionnelles ensuite, politiques enfin.

Mais sans vouloir revenir sur « l’affaire » qui a submergé récemment nos médias (elle a été bien largement et suffisamment commentée), la compréhension de ce qu’est la réputation, c’est-à-dire sa nature et la façon dont elle se construit, se fait pour tous plus claire.

Nous voudrions reproduire ici quelques lignes de l’éditorial de Christophe Barbier dans l’Express du 18 mai dernier : « Les politiques doivent aussi (sic!), une bonne fois pour toutes, se défaire de l’ivresse des nuées sondagières et ne plus confondre popularité et réputation. La première s’enfle de ce que l’on paraît; la seconde s’édifie sur ce que l’on fait. Flatter l’une c’est s’embarquer dans un jeu de masques où le moindre faux pas tue; soigner l’autre c’est bâtir un lien de confiance avec les électeurs« . On ne saurait mieux dire.

Mais peut-être peut-on faire mieux. Comment ? En mettant en cohérence et en harmonie, popularité et réputation ou encore, car sur cela on peut agir directement : son image et les opinions que l’on génère. L’image est ce que le public perçoit, l’opinion ce qu’il en pense et ce qu’il en dit.

 » Image & Opinions  » : à l’heure du web 2.0 sont indissociables. C’est ce qui fait précisément la singularité et la spécificité de la démarche Wellcom (voir notre site web). Nous y croyons et c’est aussi ce que nous défendons chaque jour auprès de nos clients depuis 1981 (oui, l’agence fêtera ses 30 ans ce mois-ci). Ceci, nous l’espérons, aura contribué à construire notre réputation.

Nous sommes donc doublement heureux de retrouver Christophe Barbier dans ce numéro.

Très bonne lecture à vous !