Deux mois de trêve ?

Plus que sur l’année calendaire, nous sommes bien souvent restés calés sur l’année scolaire et cette année sans doute plus qu’une autre.

2011/2012 a été couvert par une année d’élection longue durée (depuis les primaires socialistes jusqu’aux législatives) s’est poursuivie par des négociations internationales de Berlin à Rio (presque à un examen de passage pour le gouvernement fraîchement élu), et se terminera bientôt par les jeux olympiques de Londres.

Dans un climat économique que l’on qualifie pudiquement d’incertain, au regard de faits divers qui vont de Bordeaux à Lille en passant par Toulouse et qui laissent sans voix et d’une actualité internationale de Damas au Caire que l’on aimerait voir s’apaiser enfin, on aurait presque envie de se réfugier (une fois n’est pas coutume) dans un été insouciant qui tarde d’ailleurs à se montrer. Et se plaire à imaginer, dans ce monde qui accélère sans cesse, une trêve de deux mois ou le seul souci serait de chasser la mouche qui interrompt la sieste et de se chercher une activité pour le lendemain.

Faisons le pari que tous ceux qui parcourent cette lettre et qui sont souvent amenés, volontairement ou à leur corps défendant, à être comptable de leur temps en ont une envie plus ou moins secrète. Cela ne serait d’ailleurs que le moyen de repartir en septembre du bon pied pour démarrer en forme la nouvelle année. Après vous avoir permis de consulter les réponses à nos questions de Jacques Legros (TF1), de découvrir le parcours d’Arnaud Belloin (Ca Va Se Voir), sans oublier de remarquer les conseils de l’anti-guide du voyageur éclairé de Jean-Pierre Nadir (Editions du Cherche-Midi) comme de parcourir quelques actualités des clients de Wellcom, c’est un été de pause que va faire cette Wellnews. Rendez-vous en septembre.

Très bel été à tous et bonne lecture !

Thierry Wellhoff