Salaires non cadre : une hausse inférieure aux années précédentes

La 6ème édition du baromètre Randstad sur les salaires non cadres indique que la rémunération moyenne d’un salarié non cadre au premier semestre 2014 s’élève à 1 541 euros bruts mensuels soit une hausse de 1,25% en un an. Ce rythme de progression inférieur aux années passées (+1,8% en 2013 ; +2,2% en 2012 ; +2,4% en 2011) est lié à des facteurs macroéconomiques comme le taux de chômage élevé, la croissance à l’arrêt et la faible inflation. De plus, ces salaires n’ont pas été dynamisés par la revalorisation du Smic au 1er janvier 2014 limitée à 1%. C’est ainsi un gain de pouvoir d’achat de seulement 0,65% (une fois la part d’inflation retranchée) qui a été enregistré sur les fiches de paie des ouvriers, employés et professions intermédiaires.

« Dans le sillage d’une économie hexagonale en quête de rebond, les salaires des non cadres ont peu progressé cette année : + 1,25 % seulement. Cette évolution laisse place à deux interprétations. Formellement, et malgré une reprise qui tarde à se matérialiser, le bulletin de salaire des 18,8 millions de salariés non cadres reste orienté à la hausse. Ce premier constat paraît conforter la thèse selon laquelle les salaires, en France, opposent une certaine forme d’inertie face à une conjoncture même dégradée. Reste que, depuis 2011, la revalorisation des salaires non cadres faiblit année après année. La France, dans cette hypothèse, serait à son tour rattrapée par la modération salariale », déclare Mickaël Hoffmann-Hervé, directeur général délégué en charge des ressources humaines du Groupe Randstad France.