Vision

A bien y réfléchir, il n’y a finalement qu’assez peu d’hommes qui détiennent une réelle vision de ce que pourrait être notre avenir. Qu’il s’agisse de politique, d’économie, de sciences ou même d’art, bien peu méritent le qualificatif de visionnaire, encore moins de précurseur, voire d’innovateur.
C’est pourtant bien l’innovation, dans le domaine de l’économie et à l’heure de l’ultra concurrence, qui fait le moteur de la singularité et de la compétitivité de nos entreprises. C’est dans le domaine de la politique que l’innovation fait singulièrement défaut. Et dans le domaine de l’art que l’on voudrait parfois la voir moins présente. Je vous invite d’ailleurs à lire à ce propos le dernier livre de Luc Ferry sur l’ « innovation destructrice » (Plon) qui permet de porter un regard neuf sur le sujet.

La vision de ce qui, potentiellement, peut devenir notre environnement est sans doute ce qui est le moins partagé. Mais en cela néanmoins, il semblerait bien que certains ont été mieux lotis que d’autres. On pense spontanément à Steve Jobs qui a fait l’objet de nombreux ouvrages dont celui, tout récemment paru, de David Brunat et Antoine Dubuquoy : Steve Jobs, figure mythique (Les belles lettres), que Wellnews souhaite vous faire découvrir.

Visionnaire assidu et figure emblématique également, mais française, Jacques Attali nous fait l’honneur de cette Wellnews en nous proposant de « Devenir soi » (Fayard) pour nous permettre (enfin ?) de « prendre le pouvoir sur notre vie ».

Et si la vision de ce qui sera, commençait par une vision intérieure ?

Vision

novembre 3, 2014 9:00 Publié par

A bien y réfléchir, il n’y a finalement qu’assez peu d’hommes qui détiennent une réelle vision de ce que pourrait être notre avenir. Qu’il s’agisse de politique, d’économie, de sciences ou même d’art, bien peu méritent le qualificatif de visionnaire, encore moins de précurseur, voire d’innovateur.
C’est pourtant bien l’innovation, dans le domaine de l’économie et à l’heure de l’ultra concurrence, qui fait le moteur de la singularité et de la compétitivité de nos entreprises. C’est dans le domaine de la politique que l’innovation fait singulièrement défaut. Et dans le domaine de l’art que l’on voudrait parfois la voir moins présente. Je vous invite d’ailleurs à lire à ce propos le dernier livre de Luc Ferry sur l’ « innovation destructrice » (Plon) qui permet de porter un regard neuf sur le sujet.

La vision de ce qui, potentiellement, peut devenir notre environnement est sans doute ce qui est le moins partagé. Mais en cela néanmoins, il semblerait bien que certains ont été mieux lotis que d’autres. On pense spontanément à Steve Jobs qui a fait l’objet de nombreux ouvrages dont celui, tout récemment paru, de David Brunat et Antoine Dubuquoy : Steve Jobs, figure mythique (Les belles lettres), que Wellnews souhaite vous faire découvrir.

Visionnaire assidu et figure emblématique également, mais française, Jacques Attali nous fait l’honneur de cette Wellnews en nous proposant de « Devenir soi » (Fayard) pour nous permettre (enfin ?) de « prendre le pouvoir sur notre vie ».

Et si la vision de ce qui sera, commençait par une vision intérieure ?

Classés dans :

Cet article a été écrit par wellcom

Les commentaires sont fermés.