Emotion n’est pas raison

La question posée par les gilets jaunes en cette fin d’année 2018 semble être, sous son apparence factuelle, gouvernée par l’émotion et la colère. La réponse qui lui a été adressée jusqu’à présent relève, quant à elle, d’une argumentation pensée et calculée de la part du Président de la République. Or, on le sait, répondre à la harangue populaire par la raison n’a jamais donné de résultats. Nos gouvernants ne devraient-ils pas revenir à l’art de la symbolique, en engageant des mesures fortes qui seront seules à même d’éteindre l’incendie qui s’est focalisé sur la présidence ? Parmi celles qui pourraient être proposées, on peut se poser les questions d’un remaniement, nommer un « Monsieur Social » à qui l’on déléguerait les pouvoirs d’agir en faveur des plus défavorisés, voire même, pourquoi pas, une dissolution. Sans doute, au moins deux gains seraient à tirer de ces mesures : d’abord montrer que l’on agit, ensuite de désengorger la présidence du feu des critiques. Car la communication n’a de sens que lorsqu’elle est traduite en actes, et ce n’est qu’à cette condition qu’elle peut éviter d’être taxée de superficialité.

A l’opposé de cette notion de superficialité, nous recevons justement ce mois-ci Bruce Toussaint, journaliste et présentateur, qui a troqué depuis septembre sa case matinale traditionnelle pour l’émission du soir de BFMTV « Grand Angle » (du lundi au jeudi de 22h à minuit). Découvrez également ces marques qui se lancent dans des communications constantes comme Essilor qui poursuit son sponsoring de l’e-sport, avec l’interview de Maire-Aude Lemaire-Motel, Directrice Marketing et Communication.

Bonne lecture.