Orthographe, la mal-aimée en entreprise

C’est un constat émanant des recruteurs comme de l’Education nationale : l’orthographe est de moins en moins bien maîtrisée par les salariés et les élèves. Un paradoxe alors que l’écrit est un acte quotidien : qui ne rédige pas au moins un mail par jour ? De plus en plus d’entreprises, conscientes des problèmes que cela leur pose en termes d’image, proposent désormais des formations en orthographe à leurs salariés.

L’orthographe, victime des nouvelles technologies ?

Christophe Girard

Selon une étude menée par OpinionWay pour Bescherelle, 52 % des DRH (directeurs des ressources humaines) interrogés ont déjà retoqué une candidature à cause d’une mauvaise expression écrite.« Cette dégradation de la maîtrise de la grammaire et de l’orthographe peut s’expliquer par l’enchaînement rapide des réformes scolaires ces dernières années. Il y a trop de choses à mettre en œuvre, pas assez de temps. L’orthographe et la rédaction sont peu à peu sorties des programmes scolaires », avance Christophe Girard, responsable de formation au sein du programme de coaching orthographique Les mots en Seine. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, le langage SMS n’a rien à voir là-dedans. Les meilleurs élèves se l’approprieraient d’ailleurs mieux que les moins bons (selon le CNRS). En revanche, l’utilisation d’internet pourrait avoir des conséquences. On y trouve un flot d’informations, écrites par des personnes pas forcément irréprochables quant à leur orthographe. Or, la mémoire visuelle joue un rôle très important dans l’apprentissage des règles. Cela passait avant par le livre, c’est remplacé aujourd’hui par internet. Pourtant, plus on lit, mieux on écrit. « Le baromètre établi par le Projet Voltaire montre qu’au-delà d’une lecture de cinq livres par an, la maîtrise des règles d’orthographe progresse de 7 points par rapport à ceux qui déclarent ne lire aucun ouvrage de littérature. »

 

Les entreprises particulièrement touchées par les fautes d’orthographe

92 % des DRH interrogés pour Bescherelle estiment qu’une mauvaise orthographe peut nuire à l’image de leur entreprise. « Et plus encore que les coquilles dans les mails, nous entendons souvent que le vrai problème est la structuration du contenu. De nombreux salariés sont incapables d’énoncer de façon claire et concise leurs idées. » Derrière, c’est la crédibilité de l’entreprise qui est en jeu. Un mail incompréhensible et truffé de fautes ne joue effectivement pas en sa faveur. « Et quand on sait que 78 % des actifs du secteur tertiaire estiment faire des fautes, les entreprises ont raison d’être inquiètes. » Parmi les fautes les plus courantes : l’accord du participe passé avec le COD, la confusion entre l’infinitif et le participe passé, ou entre « ce » et « se ».

 

Des formations en orthographe pour se remettre à niveau

Résultat : les entreprises font de plus en plus appel à des formateurs, de manière officielle ou plus discrète en fonction de la sensibilité du sujet. « Ce qu’il faut retenir, c’est que la formation n’est pas une punition. Nous adaptons nos méthodes aux apprenants. Notre objectif est de les faire progresser, pas de les montrer du doigt. » Ludique, personnalisée, la formation peut déboucher sur le passage du certificat Voltaire, un examen dont le score (noté sur 1 000) valide un certain niveau d’orthographe. Le niveau 300 par exemple correspond au fait de savoir rédiger des textes simples. Le niveau 700 est celui de l’orthographe « Affaires » : il valide des aptitudes à rédiger des textes d’une portée stratégique ou légale, ainsi qu’à relire et corriger des textes. Un retour en grâce pour l’aurtografe ?