Influenceur, c’est le terme adéquat

Influenceur, c’est le terme adéquat

Anh Phan
Fondateur du Journal du Geek

Ce mois ci nous rencontrons Anh Phan, l’un des précurseurs du blogging high-tech.
Il est le fondateur du Journal du Geek, considéré aujourd’hui comme un incontournable avec près de 200 000 visiteurs quotidiens. Une aventure passionnée qui démarre en 2004, et qui n’est pas prête de s’arrêter.

Vous êtes plutôt geek, gamer, photographe, journaliste, écrivain ou chef d’entreprise ?
« Au départ je suis plutôt geek effectivement, là-dessus il n’y a pas trop de questions à se poser. C’est pour cela que j’ai créé le Journal du Geek. Puisque je suis geek je suis forcément un peu gamer et cinéphile. La photographie c’est une autre de mes passions. L’entrepreneuriat c’est forcément quelque chose qui me plaît sinon je ne me serais pas lancé dans cette aventure. Pour résumer je suis donc un peu de tout, sauf journaliste, tout simplement parce que je n’ai pas la formation pour prétendre l’être. Au départ le Journal du Geek c’était vraiment un moyen de vulgariser la technologie, de permettre de partager au plus grand nombre ma passion, c’est ce que j’ai toujours voulu faire. Je suis trop suggestif, c’est pour ça que je ne me suis jamais défini comme un journaliste, mais davantage comme un influenceur, c’est le terme adéquat en ce moment. Je partage ce que j’aime et ce que je n’aime pas tout simplement. »

L’aventure du Journal du Geek débute en juillet 2004. C’est aujourd’hui un incontournable, avec près de 200 000 visiteurs quotidiens. Comment expliquez-vous le succès de ce blog High Tech ?
« Ce qui fait la différence par rapport aux sites conventionnels, c’est ce côté passionné. Encore une fois dès le démarrage j’avais pour but de partager mon appétence pour la technologie, les jeux vidéo et les dernières tendances geek. Partager au plus grand nombre. C’était mon but. En 2004 nous sommes vraiment aux prémices des réseaux sociaux. Le Journal du Geek avait pour ligne directrice le partage entre une communauté de passionnés. C’était très nouveau de se positionner sur ce terrain-là, dès le départ nous nous sommes affichés comme des amis qui délivrent les bons tuyaux, et jamais comme des experts. La deuxième différence, toujours à l’époque, c’était ce format 2.0 complètement novateur. On avait mis en place un système de commentaires pour répondre et réagir à mes articles. Et en coulisses on gérait les avis. C’était mieux que les forums de l’époque. »

Ancien ingénieur informatique, qu’est-ce qui vous a fait basculer dans le milieu de la blogosphère ?
« Je suis passionné. Quand j’ai démarré je me suis demandé si j’étais capable d’en vivre. Les marques ont commencé à me contacter et au départ, très honnêtement, je me suis dit que si ça pouvait en plus arrondir mes fins de mois, pourquoi pas. Mais ça n’a jamais été le moteur pour moi. Au fil du temps ça s’est amplifié avec une audience grandissante et c’est à ce moment-là que j’ai tenté. Pas de grosse pression pour ma part parce que je savais que je pouvais à tout moment retrouver un poste d’ingénieur assez facilement. La seule raison qui m’a permis d’en arriver là, je pense que c’était d’y croire et de rester passionné »

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui, comme vous, s’improvisent blogueurs ou créateurs de contenus ?
« Ne jamais penser qu’on va gagner de l’argent avec son blog. Si tu avances par passion alors le reste suivra. Ça ne marche pas dans le sens inverse, ou alors il faut investir énormément de moyens, pour pouvoir imposer un nouveau média. Si la passion ne confère pas une certaine légitimité au contenu, la mayonnaise ne prendra pas, j’en suis persuadé. Donc mon conseil c’est d’être présent avant tout pour le partage. Ensuite, et je peux vous dire, en tant que créateur de site web, c’est un travail de fourmi, il faut être ultra régulier sur le long terme pour espérer attirer une communauté de lecteurs. »

Des projets ?
« On mène trois projets conjointement. D’un côté la partie éditoriale avec le site le Journal du Geek, de l’autre la partie événementielle avec la geek’s live, l’événement annuel grand public dédié à la culture geek et High Tech qui se déroule au mois d’octobre. Et, depuis deux ans on propose également notre box liée à la culture geek, une sorte de pochette surprise geek disponible tous les 2 mois sur le site. Ces 3 activités nous occupent déjà pas mal de temps. On commence également à produire de la vidéo. Notre mot d’ordre : ne pas faire de la vidéo télé. Beaucoup de personnes essaient de faire de la télé sur le web et je pense ce n’est pas la bonne formule. Nous produisons de la vidéo pour le web. »

Influenceur, c’est le terme adéquat

mars 3, 2017 8:55 Publié par

Ce mois ci nous rencontrons Anh Phan, l’un des précurseurs du blogging high-tech.
Il est le fondateur du Journal du Geek, considéré aujourd’hui comme un incontournable avec près de 200 000 visiteurs quotidiens. Une aventure passionnée qui démarre en 2004, et qui n’est pas prête de s’arrêter.

Vous êtes plutôt geek, gamer, photographe, journaliste, écrivain ou chef d’entreprise ?
« Au départ je suis plutôt geek effectivement, là-dessus il n’y a pas trop de questions à se poser. C’est pour cela que j’ai créé le Journal du Geek. Puisque je suis geek je suis forcément un peu gamer et cinéphile. La photographie c’est une autre de mes passions. L’entrepreneuriat c’est forcément quelque chose qui me plaît sinon je ne me serais pas lancé dans cette aventure. Pour résumer je suis donc un peu de tout, sauf journaliste, tout simplement parce que je n’ai pas la formation pour prétendre l’être. Au départ le Journal du Geek c’était vraiment un moyen de vulgariser la technologie, de permettre de partager au plus grand nombre ma passion, c’est ce que j’ai toujours voulu faire. Je suis trop suggestif, c’est pour ça que je ne me suis jamais défini comme un journaliste, mais davantage comme un influenceur, c’est le terme adéquat en ce moment. Je partage ce que j’aime et ce que je n’aime pas tout simplement. »

L’aventure du Journal du Geek débute en juillet 2004. C’est aujourd’hui un incontournable, avec près de 200 000 visiteurs quotidiens. Comment expliquez-vous le succès de ce blog High Tech ?
« Ce qui fait la différence par rapport aux sites conventionnels, c’est ce côté passionné. Encore une fois dès le démarrage j’avais pour but de partager mon appétence pour la technologie, les jeux vidéo et les dernières tendances geek. Partager au plus grand nombre. C’était mon but. En 2004 nous sommes vraiment aux prémices des réseaux sociaux. Le Journal du Geek avait pour ligne directrice le partage entre une communauté de passionnés. C’était très nouveau de se positionner sur ce terrain-là, dès le départ nous nous sommes affichés comme des amis qui délivrent les bons tuyaux, et jamais comme des experts. La deuxième différence, toujours à l’époque, c’était ce format 2.0 complètement novateur. On avait mis en place un système de commentaires pour répondre et réagir à mes articles. Et en coulisses on gérait les avis. C’était mieux que les forums de l’époque. »

Ancien ingénieur informatique, qu’est-ce qui vous a fait basculer dans le milieu de la blogosphère ?
« Je suis passionné. Quand j’ai démarré je me suis demandé si j’étais capable d’en vivre. Les marques ont commencé à me contacter et au départ, très honnêtement, je me suis dit que si ça pouvait en plus arrondir mes fins de mois, pourquoi pas. Mais ça n’a jamais été le moteur pour moi. Au fil du temps ça s’est amplifié avec une audience grandissante et c’est à ce moment-là que j’ai tenté. Pas de grosse pression pour ma part parce que je savais que je pouvais à tout moment retrouver un poste d’ingénieur assez facilement. La seule raison qui m’a permis d’en arriver là, je pense que c’était d’y croire et de rester passionné »

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui, comme vous, s’improvisent blogueurs ou créateurs de contenus ?
« Ne jamais penser qu’on va gagner de l’argent avec son blog. Si tu avances par passion alors le reste suivra. Ça ne marche pas dans le sens inverse, ou alors il faut investir énormément de moyens, pour pouvoir imposer un nouveau média. Si la passion ne confère pas une certaine légitimité au contenu, la mayonnaise ne prendra pas, j’en suis persuadé. Donc mon conseil c’est d’être présent avant tout pour le partage. Ensuite, et je peux vous dire, en tant que créateur de site web, c’est un travail de fourmi, il faut être ultra régulier sur le long terme pour espérer attirer une communauté de lecteurs. »

Des projets ?
« On mène trois projets conjointement. D’un côté la partie éditoriale avec le site le Journal du Geek, de l’autre la partie événementielle avec la geek’s live, l’événement annuel grand public dédié à la culture geek et High Tech qui se déroule au mois d’octobre. Et, depuis deux ans on propose également notre box liée à la culture geek, une sorte de pochette surprise geek disponible tous les 2 mois sur le site. Ces 3 activités nous occupent déjà pas mal de temps. On commence également à produire de la vidéo. Notre mot d’ordre : ne pas faire de la vidéo télé. Beaucoup de personnes essaient de faire de la télé sur le web et je pense ce n’est pas la bonne formule. Nous produisons de la vidéo pour le web. »

Classés dans :,

Cet article a été écrit par wellcom

Les commentaires sont fermés.