-

Du mouvement au Mouv’


Cyril Sauvageot Rédacteur en chef du Mouv’

Le Mouv’, la chaîne de Radio France ciblant le public « jeune », vient de se doter d’un nouveau rédacteur en chef en la personne de Cyril Sauvageot… L’occasion pour Wellnews s’en savoir un peu plus sur cette chaîne pas comme les autres du service public.
Diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, Cyril Sauvageot débute sa carrière à Radio France en 1999 comme présentateur à France Inter. Parallèlement, il collabore à plusieurs titres de presse écrite, dont L’Evénement du Jeudi, en tant que chroniqueur musical. En 2005, il devient responsable de la rubrique Musique au service culture de France Inter, et intervient régulièrement dans les émissions Esprit Critique et Et pourtant elle tourne.

Vous venez de prendre les rênes de la rédaction du Mouv’. Comment abordez-vous vos nouvelles responsabilités ?
Le projet du Mouv’ m’a attiré par son ambition et son exigence. Avec l’arrivée sur l’antenne de nouvelles émissions axées sur le débat et l’info (la matinale de Yassine Belattar, le Midi 2 de Philippe Dana, Plan B pour Bonnaud…), l’objectif est de développer l’offre éditoriale du Mouv’ et d’affirmer davantage ce qui nous distingue des autres radios jeunes : l’analyse, le reportage, la diversité des points de vue. A la tête d’une équipe jeune et dynamique, j’aurai également pour mission de multiplier les échanges avec les autres chaînes de Radio France (France Inter, France Info).

Dans un monde toujours plus dominé par l’économie, quel regard portez-vous sur la place de la culture dans les media aujourd’hui ?
Pour avoir moi-même pratiqué le journalisme culturel pendant plusieurs années à France Inter, je constate que de plus en plus, les médias deviennent esclaves de la « promo », surtout dans les domaines qui pèsent le plus lourd économiquement : cinéma, musique, jeu vidéo. Dans ce contexte, comment se distinguer ? En assumant à tout prix un regard critique, mais aussi en cherchant d’autres portes d’entrée dans l’univers d’un artiste que l’objet qu’il cherche à vendre. Tout cela nécessite un vrai travail journalistique, mais c’est ce qui fait notre différence vis-à-vis du tout venant de l’information, surtout à l’heure d’Internet.

Un mot de la cible du Mouv’. La chaîne vise les 13-24 ans… Comptez-vous sur un élargissement de la typologie de votre auditoire ?
Aujourd’hui, le Mouv’ n’est plus une radio rock pour adolescents. Notre ambition est de toucher plus largement les moins de 30 ans, à la recherche d’une info de qualité, d’une programmation musicale ouverte d’esprit, et d’une liberté de ton qu’on ne trouve plus guère sur les grandes radios généralistes. J’invite également les auditeurs à s’approprier le Mouv’, en intervenant à l’antenne quand ils le souhaitent. Plusieurs rendez-vous quotidiens (la Matinale, mais aussi le Forum d’Eric Lange entre 18h et 20h) leur sont dédiés.