Laurent Guez, Directeur Délégué d’Enjeux les Echos

Laurent Guezles-echos Pour cette première Wellnews de l’année, nous partons à la rencontre de Laurent Guez Directeur Délégué qui nous dit tout sur la nouvelle formule d’Enjeux les Echos. Un regard sélectif, aiguisé et singulier sur l’économie pour ce magazine dynamique. Un style resserré, concentré et rythmé! A paraitre début février. Vous avez été nommé directeur délégué de la rédaction d’Enjeux-Les Echos en septembre, pour concevoir une nouvelle formule. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur son déploiement ? Avec toute la rédaction des Echos, je prépare un nouvel Enjeux très ambitieux. Le premier numéro paraîtra le 8 février. C’est un concept nouveau et – je l’espère très innovant – aussi bien sur le fond que sur la forme, qui réserve quelques surprises. Un business magazine moderne et chic, dédié aux « decision makers ». Enjeux Les Echos, c’est en effet le magazine le plus lu par les dirigeants d’entreprises, grâce à l’audience exceptionnelle des Echos. Il faut donc offrir à ce public exigeant et très informé un contenu smart, une certaine hauteur de vue, et en même temps un vrai plaisir de lecture. Surtout, nous avons décidé de faire d’Enjeux le magazine le plus stimulant du marché ! Les titres économiques ont tendance, pour des raisons que l’on peut comprendre, à saper l’esprit d’entreprise. Notre ambition, c’est de stimuler la réflexion, et de donner envie d’agir. Il y a tellement de marchés à conquérir, d’idées nouvelles à exploiter, d’emplois à créer.

Ce nouvel Enjeux Les Echos aura-t-il une dimension numérique ?
Bien sûr. Il sera disponible sur tablette, avec de nombreux bonus multimédia. Certaines rubriques existeront à la fois en version « texte » et en vidéo. Nous développerons aussi une rubrique de « data viz » (visualisation de données), qui est à l’infographie traditionnelle ce que Twitter est au fax. L’appli d’Enjeux sera disponible dans tous les kiosques numériques.

D’une manière générale, quels sont « vos vœux » pour les médias en 2013 ?
Je leur souhaite – je nous souhaite – une année pleine d »inspiration. J’entends tous les jours des lecteurs qui se disent lassés de leurs médias habituels… mais qui seraient bien embarrassés sans eux. Certains changent leurs habitudes, et consomment avec gourmandise des contenus numériques, parfois moins pertinents ou carrément pompés dans d’autres médias. Tout cela peut paraître injuste. Mais le lecteur a toujours raison. C’est à nous, journalistes, aidés par la technologie, de nous réinventer.

Bio en Bref
Journaliste depuis une vingtaine d’années, passionné par le business, l’esprit d’entreprise et l’innovation, Laurent Guez a rejoint le groupe Les Echos en septembre dernier, pour relancer le magazine « Enjeux Les Echos ». De 2008 à 2012, il était le directeur des rédactions du pôle Industrie du groupe Infopro Communication, où il était en charge de « L’Usine Nouvelle » et d’« Industrie et Technologies », ainsi que des sites web et services numériques associés.
Au cours des dernières années, Laurent Guez a notamment dirigé la rédaction de la chaîne parlementaire Public Sénat (2006-2008), alors présidée par Jean-Pierre Elkabbach, et celle du « Figaro Entreprises » (supplément économique du lundi du « Figaro »), qu’il a conçu et lancé en 2001, et dont il fut nommé directeur général en 2004. Auparavant, il dirigeait le service économie-social-Bourse de « France-Soir », dont il fut rédacteur en chef de 1999 à 2001. Entre 1993 et 1998, il était rédacteur en chef adjoint, puis rédacteur en chef de l’hebdomadaire économique et financier « Le Revenu ». Diplômé de Rouen Business School, Laurent Guez a publié deux ouvrages, une enquête sur Le Pouvoir des Guignols (Editions 1, 1998) et un essai sur Jacques Chirac, Un Président sympa (Calmann-Lévy, 2001).