-

Nicolas Beytout, fondateur de l’OPINION


NBeytoutportraitlopinion

« Ce qui est neutre n’existe pas,
et existera de moins en moins sur le web et sur le papier »

Le 15 mai paraîtra dans les kiosques et en ligne, L’OPINION, le nouveau quotidien bimédia (papier et web) lancé par Nicolas Beytout. Pour évoquer cette aventure entrepreneuriale, Wellcom est allé à la rencontre du fondateur de l’OPINION, qui détaille son cheminement et ses ambitions pour ce nouveau média.

Comment avez-vous eu l’idée de lancer un quotidien en ces temps un peu troubles pour la presse ?
L’idée m’est venue en mettant bout à bout un certain nombre de réflexions portant sur internet et la presse papier. Ainsi malgré son côté incontournable, la presse en ligne peine à trouver son modèle économique. Pour sa part, le « papier » garde une forte légitimité éditoriale et une puissance commerciale marketing et financière considérable. Internet constitue sans doute le meilleur outil pour acquérir de l’audience, mais le papier reste l’outil d’influence par excellence. J’ai donc assez vite eu l’intuition qu’il fallait marier les deux supports. Il est trop tôt pour lancer de manière rentable un site internet seul et lancer un quotidien seulement papier serait anachronique. A mon sens, il est encore temps de lancer un bimedia, internet/papier, en profitant des avantages des uns et des autres, et en essayant d’éviter les inconvénients de chacun.

La presse peine à trouver une bonne organisation et articulation entre les publications papiers et internet. Quel est votre modus operandi, tant du côté organisationnel, qu’entre le gratuit le payant ?
En tant que nouvel entrant sur ce marché, mon problème n’est pas de transformer une entreprise, de transformer des habitudes, des contraintes ou des acquis sociaux. Mon problème est de construire à partir d’une feuille blanche sur laquelle j’inscris que l’Opinion est un média internet avec une extension papier. Ce média doit être servi par une rédaction et une seule. Tous les journalistes de la rédaction sont à la fois internet et papier.

Quels sont les partis pris éditoriaux de l’Opinion ?
L’Opinion rassemble un grand nombre de journalistes très expérimentés. Une nécessité dans cet univers ou l’information est accessible absolument partout et de manière uniforme. Tout ressemble à tout et je pense que nous ne pourrons émerger que si notre production, nos contenus vidéos web ou papier sont différents. Pour avoir de la valeur il faut absolument avoir des gens qui fabriquent des contenus différents, à haute valeur ajoutée. Ces gens sont des journalistes avec des métiers, des histoires, des cultures, des carnets d’adresse qui leur permettent de créer la différence, d’écrire des papiers, des sujets éditoriaux réellement différents de ce que vous trouvez partout ailleurs. Cette quête de la différence passe aussi par une grande rédaction très expérimentée composée de 30 journalistes. Une nécessité pour répondre aux exigences de ce métier et émerger dans l’immense mer de l’information.

Vous affichez une ligne éditoriale pro européenne et pro libérale, n’est-ce pas une difficulté de plus que vous ajoutez à votre aventure entrepreneuriale en prenant ces partis pris forts ?
Avec des mots comme ça je n’aurai pas des millions de fans ni à l’extrême droite ni à l’extrême gauche dès le début. Nous n’avons pas l’ambition d’avoir des millions de fans, mais de parler à des gens qui sont soit séduits par cette ligne éditoriale, ou à certains qui la déteste mais qui auront besoin de nous lire pour savoir ce qui se dit « en face ». Notre projet ne consiste pas à parler à des millions de gens qui ont une vision de l’économie, comme on le sait, en France relativement orientée, mais nous nous adressons à des gens qui font l’opinion, qui sont des leaders, qui réfléchissent et qui ont les yeux ouverts sur le reste du monde, qui voient bien que le libéralisme, en dehors de la caricature qu’on en fait en France est un projet, une démarche, qui peut toucher aussi bien l’économie, le social, que la politique et la société. C’est une vision je crois moderne, pas conservatrice, de la société et de l’actualité en général. L’Opinion est un média engagé et ouvert, qui doit faire réfléchir, et apporter une information avec des partis pris fort. Il est important néanmoins de préciser, que plusieurs opinions doivent cohabiter et s’exprimer sur un même sujet. L’opinion des autres doit être exposée dans l’Opinion, ce qui ne nous empêche pas de donner notre avis.

L’Opinion, est ce que c’est créer des débats de qualité pour sortir du lot et faire réfléchir les gens ?
Oui, ce qui est neutre n’existe pas, et existera de moins en moins sur le web et par voie de conséquence sur le papier. Le web permet à tout le monde de s’exprimer et donner son avis. Ce qui ressort, c’est ce qui est « tranché », ce qui marque par la différence que ça permet de créer. On peut faire intelligent et disruptif, intelligent et transgressif, intelligent et original, inattendu. On peut aussi faire intelligent et trivial, mais la grossièreté se retourne rapidement contre son auteur. Je pense qu’on peut essayer d’être intelligent vraiment et de faire un média qui soit suffisamment réactif, intelligent dans ses analyses, original, pour séduire.

Si vous deviez définir l’Opinion en 3 mots clés?
Média (pour ne pas dire journal ou site), différent, engagé.

Pour se faire une première idée et s’abonner à l’Opinion : lopinion.fr