La fibre de com’ de Bixente Lizarazu

Pour les quelques rares qui ne le connaissent pas, Bixente Lizarazu, footballeur professionnel des années 80 à 2000, s’est reconverti dans la communication. Aujourd’hui journaliste et consultant sportif, Bixente revient sur sa nouvelle émission où il part à la rencontre de ses « frères de sport ». Rencontre avec un passionné.

Le deuxième épisode « Frères de Sport » a été diffusé le 19 avril dernier sur Eurosport. Quelles ont été vos motivations pour coréaliser ce magnifique documentaire ?
Le documentaire m’intéresse depuis longtemps. J’ai envie de raconter des histoires en profondeur et ce moyen d’expression me convient bien car il me permet d’exprimer ce qui, en dehors du foot, fait ma vie depuis toujours : le sport, la nature et l’aventure. Le fil conducteur c’est indéniablement le sport, mais c’est aussi le voyage et les rencontres. Le premier épisode a été tourné à Tahiti avec le surfeur de grosses vagues Raimana Van Bastolaer. Le deuxième épisode se déroule en montagne à Chamonix, où j’ai suivi Aurélien Ducroy, champion du monde de ski freeride pendant 10 jours. Le principe c’est de partir en immersion dans l’univers du champion que j’ai choisi, de m’engager physiquement dans son sport et de comprendre son écosystème. C’est une vraie aventure, qu’il serait dommage de ne pas faire partager.

Vous êtes très présent et respecté sur les réseaux sociaux, expliquez-nous ce qui vous a donné cette fibre du communicant ? Comment passe-t-on d’une carrière de footballeur à une carrière de journaliste ?
Cette reconversion s’est faite avec plaisir. Lorsque j’ai stoppé ma carrière de footballeur ça a été compliqué de savoir quelle direction j’allais prendre. J’ai donc expérimenté plusieurs pistes, mais j’ai été vite séduit par celle des médias, J’ai ensuite travaillé pour y arriver. Je travaille aujourd’hui à la fois avec la presse écrite (le journal L’Equipe), la radio (RTL) et la télévision (TF1). La radio, et RTL en particulier, m’a permis d’expérimenter toutes les casquettes du métier. Au début j’étais consultant et petit à petit, au fil de ma progression, on m’a fait confiance et je suis devenu animateur du « Club Liza », émission que j’anime depuis 5 ans, dont je suis très fier. En 7 ans de métier j’ai beaucoup appris et évolué. Concernant les réseaux sociaux, je me suis lancé il y a moins d’un an, sans trop de conviction au départ. Aujourd’hui je comprends mieux la mécanique même si c’est parfois un peu surprenant parce que c’est nouveau ! Il y a un rapport plus direct avec le public, à double sens avec les gens puisqu’ils peuvent te poser des questions. Ça fait partie des évolutions actuelles dans l’univers des médias et de la communication. Je ne crois pas que ce soit un effet de mode.

Est-ce que le contrôle, la performance et la stratégie requises pour devenir un professionnel du sport sont des valeurs que vous réutilisez dans votre nouvelle vie ?
Totalement. Le sport a toujours été ma boussole, mon équilibre. Je peux prendre des décisions en fonction des expériences que j’ai pu vivre dans le sport. Les sportifs de haut niveau sont des compétiteurs dans tout. Cette motivation et cette détermination que j’ai apprises sur les stades m’aident dans mes nouveaux challenges de vie et me servent au quotidien.

D’autres projets ?
Le projet « Frères de Sport » est très important pour moi et j’ai envie de le développer encore, afin de pouvoir à terme tourner 4 épisodes par an. En dehors de cela, pourquoi pas un jour une émission télévisée de foot dans le même esprit que le Club Liza à la radio sur RTL. Je ne suis pas pressé, je prends mon temps et je prends surtout le temps de trouver les bons interlocuteurs, la bonne équipe pour avancer sur cette nouvelle idée. » Je ne veux surtout pas tout faire mais je veux essayer de bien faire, à mon rythme, à ma façon comme un artisan.