-

Alex Goude : « Mon travail est un divertissement ! »

Alex Goude : « Mon travail est un divertissement ! »

Alex Goude
Animateur sur W9 et M6

« Un Roi sans divertissement est un homme plein de misères » décrète Blaise Pascal dans Pensées. Le divertissement pour philosophie de vie, c’est le parti-pris d’Alex Goude, animateur facétieux du petit écran, qui marque l’actualité de cette rentrée et des fêtes de fin d’année avec entre autres le succès de Total Blackout sur W9 et le retour de La France a un incroyable talent sur M6. Mais qui est cette figure adulescente du PAF, au capital sympathie record à la TV comme sur les réseaux sociaux, avec près de 90 000 followers sur Twitter ? Interview de ce trublion de l’ennui !

De footballeur professionnel dans vos jeunes années à présentateur météo du Grand Journal sur Canal + à vos débuts, puis journaliste dans le secteur du Gaming, comédien, metteur en scène ou encore chef d’entreprise, vous êtes en quelque sorte vous aussi un incroyable talent ! Quel est votre secret pour être « good » dans tout ce que vous entreprenez ?

Mon unique secret ? M’amuser dans absolument tout ce à quoi je me dédie ! Dès lors que quelque chose m’ennuie, ne serait-ce qu’un petit peu, j’essaie d’y trouver du plaisir. Tout sujet qui peut être compliqué à gérer, je le traite professionnellement en trouvant toujours le moyen de me divertir. Je pense par exemple à certaines contraintes relatives à la gestion de mon entreprise événementielle FeelGoude – The Fun Factory ou encore aux exigences lourdes que requiert la gestion de mes émissions et spectacles. Pour me motiver à donner le meilleur de moi-même en toutes circonstances, j’injecte du ludique, partout, tout le temps! Mon travail est un divertissement… ma vie n’est en quelque sorte qu’un immense terrain de jeux !

Total Blackout sur W9, émission dans laquelle les candidats sont mis à l’épreuve à travers une série de jeux dans le noir complet, connait des débuts prometteurs. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce concept et pourquoi d’après vous le principe de jouer sur la peur des candidats fonctionne-t-il ?

Le lancement de Total Blackout s’est en effet très bien passé ! Nous sommes très contents d’autant qu’aujourd’hui, les émissions à succès ne sont pas monnaie courante !
Ce qui est formidable dans ce jeu, c’est qu’il vous révèle la vraie nature des gens et fait fi de tous les a priori ! Je pense à des jeunes candidates qui n’ont pas l’air vaillantes et qui, contre toute attente, se révèlent de vraies guerrières tandis que des candidats confiants et costauds, une fois dans le noir, s’avèrent être des « chochottes intersidérales » ! C’est précisément ce paradoxe entre l’image véhiculée et la vraie nature des gens qui est drôle et intéressant. Bien que nous voulions à tous prix contrôler la situation, l’exposition au noir le plus complet nous fait perdre tous nos repères. Et à partir de cet instant, cette peur qui nous saisit donne libre cours à notre imagination qui galope ! Un dromadaire marche à vos côtés ? Vous angoisserez que ce soit un dinosaure ressuscité façon Jurassic park !
J’ai d’emblée accroché avec le concept mais m’attendais-je pour autant à ce succès ? La télé n’est qu’un immense pari. Regardez la TV dans le monde, pas seulement en France, il y a beaucoup d’échecs pour très peu de succès. Cela s’explique très certainement parce qu’il s’agit d’un vieux média aujourd’hui, parce qu’il faut donc sans cesse renouveler les idées et parce qu’Internet a révolutionné le divertissement. Lorsque je m’engage à faire une émission, ce n’est pas parce que j’ai la certitude qu’elle marchera, c’est parce qu’elle me plait !

Actif et influent sur les réseaux sociaux, vous comptabilisez entre autres plus de 88 000 followers sur Twitter! Comment expliquez-vous cette popularité digitale, à faire pâlir vos collègues du PAF? Aussi, d’après vous, communicant averti, est-ce aujourd’hui incontournable pour une figure du petit écran d’être présente sur le web ?

Il y a Twitter c’est vrai, mais aussi mes profils Facebook et Instagram, régulièrement nourris. Je ne suis pas un addict mais je m’intéresse beaucoup à l’écosystème digital et j’essaie de poster des infos et photos par plaisir, dès que je trouve le temps.
Je ne me rends pas compte de cette popularité sur les réseaux et je ne me l’explique pas vraiment. Sur Internet comme sur le petit écran ou dans la vie de tous les jours, je m’attache à rester fidèle à moi-même. Comme le but est de s’amuser, le contenu que je publie n’est que divertissement!
Ma présence sur les réseaux sociaux est un choix auquel pour autant nul n’est tenu pour continuer d’exister. Ces nouveaux canaux de communication sont assez intrusifs car nous nous rendons accessibles à tous. Pour ma part j’essaie de répondre à tous les gens qui m’envoient des messages sur Facebook, que ça me prenne 1 heure par jour ou un peu plus. Quand on me demande une dédicace, je mets un point d’honneur à l’envoyer moi-même car j’estime qu’il est normal d’avoir de la considération pour son public. Il en va de même pour mes interactions avec les internautes sur les pages Facebook et Twitter de ma pièce de théâtre Tous des malades. Ces pages sont co-alimentées par les acteurs Marion Game et Alexandre Pesle (Ndlr Scènes de Ménages et Caméra Café) et par moi-même mais là encore, si des messages me sont adressés directement, je fais de mon mieux pour y répondre. Ce qui est incroyable avec ces outils, c’est la proximité que nous créons avec notre public. Les réseaux établissent un contact direct avec l’audimat dont nous pouvons cerner les goûts, les attentes et les remarques pertinentes. Le seul bémol avec ces espaces d’expression, c’est qu’ils sont trop souvent le réceptacle des critiques négatives, tout simplement parce que spontanément nous avons plutôt tendance à réagir sur ce qui nous déplait. Pour ma part, j’ai beaucoup de chance car je suis plutôt épargné !

Actuellement en tournée pour la pièce Tous des malades, avez-vous d’autres exclusivités à nous révéler sur votre actualité de fin d’année et pour 2015 ?

Tous des malades, carton plein dans toute la France, me prend déjà beaucoup de temps ! Nous sommes ravis et espérons que la pièce sera bientôt sur les planches de Paris. Je vous invite d’ailleurs à consulter les dates de tournée sur http://www.tous-des-malades.com/ !
Et puis là c’est un peu la folie pour cette fin d’année avec Total Blackout sur W9, La France a un incroyable talent sur M6, le traditionnel Bêtisier de Noël sur la même chaîne et enfin 50 façons de (presque) tuer sa mère sur 6ter ! Il s’agit d’un programme irlandais pour lequel j’ai tourné quelques plateaux avec ma chère maman que j’ai mise dans des situations assez cocasses !
Pour 2015 ? Des exclusivités bien sûr mais que je garde confidentielles pour le moment. Toutefois, je peux d’ores et déjà vous dire que je travaille sur la production de la comédie musicale Timeo qui verra le jour en 2016 et pour laquelle Bruno Berberes, Directeur de casting de The Voice, l’APAJH, grand organisme sur le handicap, et moi-même, cherchons actuellement à travers toute la France, un enfant en situation de handicap pour incarner notre héros.
Des projets, encore des projets, toujours des projets !

Alex Goude : « Mon travail est un divertissement ! »

décembre 1, 2014 8:55 Publié par

« Un Roi sans divertissement est un homme plein de misères » décrète Blaise Pascal dans Pensées. Le divertissement pour philosophie de vie, c’est le parti-pris d’Alex Goude, animateur facétieux du petit écran, qui marque l’actualité de cette rentrée et des fêtes de fin d’année avec entre autres le succès de Total Blackout sur W9 et le retour de La France a un incroyable talent sur M6. Mais qui est cette figure adulescente du PAF, au capital sympathie record à la TV comme sur les réseaux sociaux, avec près de 90 000 followers sur Twitter ? Interview de ce trublion de l’ennui !

De footballeur professionnel dans vos jeunes années à présentateur météo du Grand Journal sur Canal + à vos débuts, puis journaliste dans le secteur du Gaming, comédien, metteur en scène ou encore chef d’entreprise, vous êtes en quelque sorte vous aussi un incroyable talent ! Quel est votre secret pour être « good » dans tout ce que vous entreprenez ?

Mon unique secret ? M’amuser dans absolument tout ce à quoi je me dédie ! Dès lors que quelque chose m’ennuie, ne serait-ce qu’un petit peu, j’essaie d’y trouver du plaisir. Tout sujet qui peut être compliqué à gérer, je le traite professionnellement en trouvant toujours le moyen de me divertir. Je pense par exemple à certaines contraintes relatives à la gestion de mon entreprise événementielle FeelGoude – The Fun Factory ou encore aux exigences lourdes que requiert la gestion de mes émissions et spectacles. Pour me motiver à donner le meilleur de moi-même en toutes circonstances, j’injecte du ludique, partout, tout le temps! Mon travail est un divertissement… ma vie n’est en quelque sorte qu’un immense terrain de jeux !

Total Blackout sur W9, émission dans laquelle les candidats sont mis à l’épreuve à travers une série de jeux dans le noir complet, connait des débuts prometteurs. Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce concept et pourquoi d’après vous le principe de jouer sur la peur des candidats fonctionne-t-il ?

Le lancement de Total Blackout s’est en effet très bien passé ! Nous sommes très contents d’autant qu’aujourd’hui, les émissions à succès ne sont pas monnaie courante !
Ce qui est formidable dans ce jeu, c’est qu’il vous révèle la vraie nature des gens et fait fi de tous les a priori ! Je pense à des jeunes candidates qui n’ont pas l’air vaillantes et qui, contre toute attente, se révèlent de vraies guerrières tandis que des candidats confiants et costauds, une fois dans le noir, s’avèrent être des « chochottes intersidérales » ! C’est précisément ce paradoxe entre l’image véhiculée et la vraie nature des gens qui est drôle et intéressant. Bien que nous voulions à tous prix contrôler la situation, l’exposition au noir le plus complet nous fait perdre tous nos repères. Et à partir de cet instant, cette peur qui nous saisit donne libre cours à notre imagination qui galope ! Un dromadaire marche à vos côtés ? Vous angoisserez que ce soit un dinosaure ressuscité façon Jurassic park !
J’ai d’emblée accroché avec le concept mais m’attendais-je pour autant à ce succès ? La télé n’est qu’un immense pari. Regardez la TV dans le monde, pas seulement en France, il y a beaucoup d’échecs pour très peu de succès. Cela s’explique très certainement parce qu’il s’agit d’un vieux média aujourd’hui, parce qu’il faut donc sans cesse renouveler les idées et parce qu’Internet a révolutionné le divertissement. Lorsque je m’engage à faire une émission, ce n’est pas parce que j’ai la certitude qu’elle marchera, c’est parce qu’elle me plait !

Actif et influent sur les réseaux sociaux, vous comptabilisez entre autres plus de 88 000 followers sur Twitter! Comment expliquez-vous cette popularité digitale, à faire pâlir vos collègues du PAF? Aussi, d’après vous, communicant averti, est-ce aujourd’hui incontournable pour une figure du petit écran d’être présente sur le web ?

Il y a Twitter c’est vrai, mais aussi mes profils Facebook et Instagram, régulièrement nourris. Je ne suis pas un addict mais je m’intéresse beaucoup à l’écosystème digital et j’essaie de poster des infos et photos par plaisir, dès que je trouve le temps.
Je ne me rends pas compte de cette popularité sur les réseaux et je ne me l’explique pas vraiment. Sur Internet comme sur le petit écran ou dans la vie de tous les jours, je m’attache à rester fidèle à moi-même. Comme le but est de s’amuser, le contenu que je publie n’est que divertissement!
Ma présence sur les réseaux sociaux est un choix auquel pour autant nul n’est tenu pour continuer d’exister. Ces nouveaux canaux de communication sont assez intrusifs car nous nous rendons accessibles à tous. Pour ma part j’essaie de répondre à tous les gens qui m’envoient des messages sur Facebook, que ça me prenne 1 heure par jour ou un peu plus. Quand on me demande une dédicace, je mets un point d’honneur à l’envoyer moi-même car j’estime qu’il est normal d’avoir de la considération pour son public. Il en va de même pour mes interactions avec les internautes sur les pages Facebook et Twitter de ma pièce de théâtre Tous des malades. Ces pages sont co-alimentées par les acteurs Marion Game et Alexandre Pesle (Ndlr Scènes de Ménages et Caméra Café) et par moi-même mais là encore, si des messages me sont adressés directement, je fais de mon mieux pour y répondre. Ce qui est incroyable avec ces outils, c’est la proximité que nous créons avec notre public. Les réseaux établissent un contact direct avec l’audimat dont nous pouvons cerner les goûts, les attentes et les remarques pertinentes. Le seul bémol avec ces espaces d’expression, c’est qu’ils sont trop souvent le réceptacle des critiques négatives, tout simplement parce que spontanément nous avons plutôt tendance à réagir sur ce qui nous déplait. Pour ma part, j’ai beaucoup de chance car je suis plutôt épargné !

Actuellement en tournée pour la pièce Tous des malades, avez-vous d’autres exclusivités à nous révéler sur votre actualité de fin d’année et pour 2015 ?

Tous des malades, carton plein dans toute la France, me prend déjà beaucoup de temps ! Nous sommes ravis et espérons que la pièce sera bientôt sur les planches de Paris. Je vous invite d’ailleurs à consulter les dates de tournée sur http://www.tous-des-malades.com/ !
Et puis là c’est un peu la folie pour cette fin d’année avec Total Blackout sur W9, La France a un incroyable talent sur M6, le traditionnel Bêtisier de Noël sur la même chaîne et enfin 50 façons de (presque) tuer sa mère sur 6ter ! Il s’agit d’un programme irlandais pour lequel j’ai tourné quelques plateaux avec ma chère maman que j’ai mise dans des situations assez cocasses !
Pour 2015 ? Des exclusivités bien sûr mais que je garde confidentielles pour le moment. Toutefois, je peux d’ores et déjà vous dire que je travaille sur la production de la comédie musicale Timeo qui verra le jour en 2016 et pour laquelle Bruno Berberes, Directeur de casting de The Voice, l’APAJH, grand organisme sur le handicap, et moi-même, cherchons actuellement à travers toute la France, un enfant en situation de handicap pour incarner notre héros.
Des projets, encore des projets, toujours des projets !

Classés dans :,

Cet article a été écrit par wellcom

Les commentaires sont fermés.