Cosmonaute
Cosmonaute
Cosmonaute

Michel Bussi : « Avec mes personnages, je peux tout me permettre »

Chaque année, ses romans s’arrachent à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. En 2019, il a été le deuxième écrivain français en nombre de livres vendus*. Mais quel est le secret de Michel Bussi qui fait de lui l’un des maîtres du polar français ? A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Au Soleil redouté (Presses de la Cité), il nous explique ce qui guide son écriture et sa façon de concevoir des histoires dont ses lecteurs peuvent s’emparer. 

Comment est né Au Soleil redouté ? 

J’ai d’abord voulu écrire un huis clos se déroulant sur une île. J’ai été intéressé par les Marquises et leur histoire. Je m’y suis rendu il y a deux ans, et j’ai pu découvrir ce lieu tout à fait atypique, complètement isolé et qui vous plonge immédiatement dans une atmosphère particulière. C’est l’un des berceaux de la culture pacifique qui s’est ensuite déployée dans toute la région. La civilisation d’origine a quasiment disparu, mais certains éléments ont conquis le monde comme le tatouage par exemple. Ce décor se prêtait parfaitement à l’intrigue de ce roman.

 

 

Dans votre ouvrage, le personnage principal, un romancier, pose la question suivante : « comment bien démarrer un roman ? ». Que lui répondriez-vous ? 

Le point de départ d’un bon thriller, plus qu’un mystère, c’est une situation inexplicable, dont le lecteur peut s’emparer et à laquelle il s’accroche jusqu’à la dernière page. Je pense toujours à mon histoire, avant de développer mes personnages par exemple. Ces derniers sont ballotés par leur destin, et évoluent en fonction de l’intrigue. Je peux donc tout me permettre. C’est un peu comme dans la vie : nous nous construisons en fonction des hasards qui nous arrivent, sans savoir vers quoi nous nous dirigeons. Mes personnages fonctionnent de la même façon.

Qu’est-ce-qui fait la « touche » Michel Bussi ? 

Ce que j’ai toujours voulu faire, c’est proposer des intrigues dont la résolution n’a jamais été lue ailleurs. Je mets l’accent sur l’originalité de la construction et sur un twist de fin qui tente de surprendre à chaque fois les lecteurs. Je pense que c’est ce qu’ils recherchent dans mes romans.

Vous avez déclaré sur Europe 1 que « être écrivain, c’est se cacher derrière les mots ». Qu’entendez-vous par là ?

A la différence de certaines célébrités (acteurs, chanteurs, sportifs), l’écrivain ne se met pas en scène. Il se cache derrière ses histoires, ses personnages. Ses lecteurs s’identifient à son œuvre, et non pas à lui. On peut être amoureux d’un livre, sans même savoir à quoi ressemble son auteur. En ce sens-là, il peut mener une vie tout à fait ordinaire.

 

*Le Figaro littéraire/Gfk, janvier 2020.