Philippe Lucas
EditoPar Philippe Lucas

Vision

« J’ai fait un rêve … », le rêve que les gouvernements européens, de gauche comme de droite, qui se sont succédés depuis plus de trente ans n’aient pas joué au niveau de nos économies la course en avant. Qu’ils aient une vision et donné au mot durable un autre sens que celui de leur propre réélection. Que leur incompétence à gérer un état ne se traduise pas par la nécessité de mettre davantage de pression sur les populations. Et parmi elles en France surtout les entrepreneurs désormais montrés du doigt par la fiscalité comme des profiteurs alors qu’ils n’aspirent qu’à être des forces vives et des exemples à suivre.

Le rêve que mes enfants bénéficient d’un monde meilleur que celui que m’a laissé la génération précédente. Que les croyances mêmes politiques, mêmes économiques, mêmes culturelles servent surtout à nous comprendre et trouver les bonnes solutions davantage qu’à nous différencier. Il nous manque décidément de grands hommes, qui seront d’ailleurs sans doute des femmes, pour faire de grands rêves pour demain et sortir de cette morosité qui colle aux chaussures.

Il nous manque donc une vision. Cela me sert de transition pour remercier Bertrand Roy, Président de l’ASNAV, qui ne manque pas de vision pour la mission de son association pour l’Amélioration de la vue et pour laquelle Wellcom a réalisé une campagne qui sort des sentiers battus en associant une communication d’image et une communication d’opinions sur le net.

Merci également à Philippe Escande – chef de service et responsable du supplément « Eco & Entreprise » du Monde – d’avoir accepté de répondre à nos questions. Une nouvelle vision du Monde en quelque sorte.

Bonne lecture !

A noter : Wellcom recevra à la fin du mois les agences membres de son réseau international, plus de 20 présidents d’agences venant de pays comme l’Australie, l’Afrique du Sud ou les Etats-Unis seront pour quatre jours à Paris. Wellnews vous en rendra compte le mois prochain.

-

Philippe Escande, Chef de service au Monde et responsable du supplément « Eco & Entreprise »


Wellnews a ce mois-ci rencontré un des nouveaux maillons forts du Monde, Philippe Escande. A l’occasion de sa récente nomination à la tête du cahier éco & entreprise, Philippe Escande nous livre les partis pris de la rédaction, et les premiers retours des lecteurs.

Le Monde vit depuis deux ans une refonte éditoriale majeure. Après la refonte des éditions
du week-end, depuis cet été, c’est le supplément économie qui connait un renouveau. Revoir l’information économique du Monde, est-ce une demande des nouveaux actionnaires ?

Oui en partie. Les actionnaires sont aux commandes, ce qui n’était pas le cas de la configuration précédente. Il est vrai que les 3 actionnaires (ndlr Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse) viennent tous trois du monde de l’entreprise. Ils sont forcément sensibles à ces sujets, et pour eux, il est normal, je dirais presque naturel, qu’un journal traite de l’actualité des entreprises de la même façon qu’il traite les autres actualités.

En dehors de la volonté des actionnaires, il est nécessaire aujourd’hui, quand on prétend être un grand journal généraliste, de couvrir l’économie, pas seulement sous l’angle de la macro-économie, mais aussi sous l’angle de la micro-économie.

On s’aperçoit en effet que le monde des affaires constitue une des clés de compréhension de notre monde d’aujourd’hui. De plus, le traitement des sujets liés aux entreprises intéresse les gens, il est demandé par le lectorat. Le Monde se tourne donc vers un traitement plus poussé de l’actualité micro-économique.

Quelle est votre feuille de route ? Quelles sont les axes clés de ce renouveau éditorial ?

Ce qu’on m’a demandé ? Un « supplément à la fois moderne, intelligent, ouvert sur le monde, diversifié et pédagogique ». L’idée est vraiment de travailler un support en phase avec les valeurs d’humanisme et d’ouverture du journal. Au-delà de cette ligne directrice, ma mission consiste à introduire le monde des affaires et de l’entreprise dans le supplément hebdomadaire, qui était plutôt centré sur la macroéconomie.

Comment s’articule le traitement de l’information du supplément avec le traitement de l’actualité économique du quotidien ? Les journalistes de deux services travaillent-ils de façon concertée ?

Avant le lancement du supplément « Eco&Entreprises », l’équipe chargée de la partie économie du journal au jour le jour avait été renforcée. A la rentrée 2011, Virginie Malingre a été nommée rédactrice en chef du service économie du quotidien et les équipes des deux services ont été renforcées.
Le Monde est un journal qui investit de façon importante dans son renouveau éditorial.
S’il y a bien deux équipes distinctes, elles travaillent ensemble en pleine intelligence : tous les grands dossiers du supplément impliquent potentiellement les journalistes des deux équipes, j’assiste aux conférences de rédactions, la perméabilité est totale.

Avez-vous des retours sur ce changement par vos lecteurs? Quels dossiers ont beaucoup plu selon vous ?

Le chemin de fer (ndlr la structure en rubrique) est assez souple, les thématiques sont assez larges. Nous proposons des papiers de fond sur l’innovation technologique, mais aussi sociale. Nous voulons cependant rester souple pour pouvoir nous adapter chaque semaine à l’actualité.

Les réactions des lecteurs sont plutôt positives. Certains dossiers font réagir, dernièrement par exemple le dossier sur la fin de la bourse à Paris, avec un parti pris de la rédaction volontairement assez provocateur. A l’occasion du Mondial de l’automobile nous avons sorti un supplément très anglé automobile, sujet traité à la fois sur le fond mais aussi dans sa dimension sociétale.

Je dirais que ces 2 dossiers ont été les temps fort de la rentrée.

Philippe Escande en bref

Né en octobre 1958, Philippe Escande est journaliste, membre du bureau de l’Association des journalistes économiques et financiers (AJEF).
Titulaire d’un master de Biologie, Philippe Escande a effectué la plus grande partie de sa carrière comme journaliste aux Echos. Il a été notamment chef de service en charge des pages Technologies de l’information et Communication du journal. Spécialisé dans le décryptage des stratégies d’entreprise, il est devenu un des éditorialistes phares aux Echos entre 2005 et 2012. Il a rejoint Le Monde depuis juin 2012 pour renforcer le traitement de l’actualité économique du grand quotidien du soir – il est Chef de service et responsable du supplément « Eco & Entreprise », le supplément dédié à l’économie dans l’édition du Monde datée du mardi.

Par ailleurs, il a animé des chroniques quotidiennes de décryptage de l’économie dans les matinales de Radio Classique et d’Europe 1.

Philippe Escande est également l’auteur de deux ouvrages : “les pirates du capitalisme, comment les fonds d’investissements bousculent les marchés” (Albin Michel, 2008), et “Le grand bestiaire des entreprises” (Eyrolles, 2009).

Vive les mariés !

Le Grand Salon du Mariage de Paris dont Wellcom gère les relations média ouvrira ses portes les 27 et 28 octobre prochains aux futurs mariés, pacsés, et aux professionnels, dans le cadre bucolique du Parc Floral de Paris. Cette nouvelle édition sonne le grand retour d’un rendez-vous encore plus convivial, à la pointe des tendances 2013.
Avec 251 000 mariages, plus de 195 000 pacs recensés en 2010 et une hausse de ces chiffres prévue en 2013, l’engagement reste une étape incontournable dans la vie d’une majorité de Français.
Au sein d’une ambiance chaleureuse, le salon proposera aux amoureux un circuit rempli d’idées originales et créatives pour faire de leur mariage une réussite.

Plus d’informations.

-

Bertrand Roy, Président de l’AsnaV


Son parcours
Diplômé de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC), Bertrand Roy débute sa carrière etn 1977 à la direction financière du groupe Renault. Dix ans plus tard, il rejoint le groupe Essilor International au poste de Directeur de la planification et du contrôle de gestion. Durant plusieurs années, Bertrand Roy est en charge de différents postes de direction. Tout d’abord responsable de la finance, la logistique et l’informatique aux Etats-Unis, il sera par la suite Directeur Exécutif de Transitions Optical puis Directeur Général d’Essilor France. Il prendra par la suite les commandes du marketing stratégique international, de la zone Europe puis en 2010 des partenariats stratégiques du Groupe.
Parallèlement, Bertrand Roy est entré au conseil d’administration de l’Asnav en 2000 avant d’être nommé président il y a 10 ans.

En dehors de ses activités professionnelles, Bertrand Roy habite un petit village de Normandie, au bord de la mer, et se passionne pour les sports nautiques, après avoir été rugbyman pendant plus de 20 ans. Il est également le président d’une association de défense contre la mer qui tente de protéger son village contre les humeurs marines.

L’AsnaV
Créée en 1954, l’Association Nationale pour l’Amélioration de la Vue est une association privée qui sert l’intérêt général. L’AsnaV regroupe l’ensemble des acteurs de la Santé Visuelle : les médecins Ophtalmologistes, les Orthoptistes, les Opticiens ainsi que les fabricants de verres correcteurs, de lentilles de contact, de montures de lunettes. Elle est également assistée par un Conseil Scientifique, composé de professeurs d’ophtalmologie et de médecins de la santé au travail. L’AsnaV travail sur quatre thèmes clés : l’établissement de relations privilégiées avec les institutions et les organismes concernés par la santé visuelle, la mise en œuvre de réseaux d’alerte et de dépistage efficaces, la formation des acteurs de la prévention et la communication vers le grand public.

En tant que président, Bertrand Roy souhaite :

  • Sensibiliser l’ensemble de la population et les relais médiatiques sur le bien-fondé de contrôler régulièrement sa vue et de se préoccuper de sa santé visuelle tout au long de sa vie.
  • Développer l’accès à l’information pour tous en matière de santé visuelle.
  • Poursuivre des actions de prévention pertinentes auprès des Français.

Par ailleurs, depuis plus de 50 ans, l’AsnaV répond à ses objectifs à travers la diffusion de messages forts tels que :

  • « Au volant la vue c’est la vie », « A l’école la vue c’est l’avenir » via des partenariats avec des acteurs reconnus : La Prévention Routière, Nathan…
  • La publication annuelle du Baromètre de la santé visuelle.
  • Des actions de prévention originales dans le cadre d’opérations de grande envergure : Mondial de l’Automobile, Journées de la vision.

Conscient que la santé visuelle n’est pas une préoccupation jugée prioritaire par les Français, Bertrand Roy veille avec l’AsnaV à toucher et interpeller ces différents publics en s’appuyant sur des campagnes de communication originales.

Une ambition portée en ce mois d’octobre avec le lancement d’une campagne de communication au ton décalé, dédiée aux Journées de la vision : La Web Série « quand on ne voit pas net ».

Sa vision de l’avenir
Bertrand Roy est bien conscient que la démarche de l’AsnaV est une démarche à long terme et qu’il y aura toujours un important travail à faire sur le sujet. «La vision est trop souvent oubliée par les citoyens alors que 80% des informations traitées par le cerveau proviennent de la vision. Malheureusement personne n’est vraiment conscient des dangers d’une mauvaise vision, notamment au volant, ni des risques que courent nos yeux au quotidien, ne serait-ce qu’avec les UV. Par exemple, 50% des écoliers en CP qui devraient avoir une correction visuelle n’en ont pas et 20% des Français ont un défaut visuel non ou mal corrigé. Finalement on s’habitue à une mauvaise vue, le cerveau s’adapte. Nous sommes bien conscient que porter des lunettes ou des lentilles, ça a un coût, mais il y a de nos jours de plus en plus d’offres très attractives.»

Bertrand Roy reste cependant optimiste, « notre baromètre de la santé visuelle qui existe depuis 8 ans montre que les Français vont de plus en plus régulièrement contrôler leur vue, l’an dernier ce sont 77% des Français qui ont passé un test au cours des 24 derniers mois. Mais ce n’est pas encore suffisant et nous utilisons chaque occasion pour continuer notre démarche de sensibilisation. Nous sommes présents au Mondial de l’Automobile 2012. Nous soutenons également les initiatives nationales et locales pour développer des tests gratuits, tout en essayant de prouver aux gens qu’une bonne vue c’est la vie ! »

Accovia, nouveau chef de file de la division tourisme d’ACCEO Solutions

GFI Solutions d’affaires Inc., chef de file canadien dans le domaine des services-conseils IT et des solutions d’affaires et financières pour les PME, change son nom pour ACCEO Solutions Inc. A l’origine de ce changement, le rachat, en mars dernier, de la société française GFI Informatique. L’entreprise était liée depuis 2004 à GFI Solutions d’affaires.

Devenant ainsi une filiale d’Acceo Solutions, Accovia, leader sur le marché de l’offre des solutions et des services informatiques destinés aux leaders mondiaux de l’industrie du voyage dont Wellcom gère les relations publics se voit ouvrir de nouvelles perspectives.

L’entreprise, créée il y a 25 ans, compte à son actif plus de 450 millions de transactions consommateurs/voyageurs, représentant des dizaines de milliards de dollars. Avec ses deux solutions phares, Lexo et Hubiz, Accovia offre aux professionnels du tourisme les solutions technologiques les plus avancées et les mieux adaptées dans plusieurs domaines : l’approvisionnement, le packaging et la distribution de forfaits de voyages, et le service des professionnels du tourisme. Ces solutions sont destinées à tous les voyagistes (tour-opérateurs, compagnies aériennes, hôtels, …) qui assemblent plusieurs composantes de voyages.

« Cette nouvelle dynamique va permettre à Accovia d’augmenter sa capacité à fournir de nouveaux services dans le monde du Tourisme en s’appuyant sur un groupe solide, en pleine croissance » confirme Patrick Bleu, Vice-président Ventes, Marketing et Produit d’Accovia.

Plus d’infos.

AsnaV

communication digitale AsnaV communication digitale AsnaV
communication digitale AsnaV

Organisées depuis 9 années, les Journées de la Vision permettent à l’AsnaV de prendre position sur son sujet de prédilection : la prévention en matière de santé visuelle.
Wellcom accompagne l’AsnaV lors de ce grand rendez-vous qui se tiendra du 5 au 13 octobre prochains

Objectif : Sensibiliser le grand public sur l’importance de faire contrôler sa vue par un opticien.

La stratégie, un dispositif digital complet :

  • La réalisation d’une web-série de 3 épisodes : chaque épisode joue la carte de l’humour et présente des situations cocasses ;
  • le site événementiel www.quandonnevoitpasnet.net : appel à contribution des internautes, quiz, jeu-concours, diffusion des épisodes de la web série ;
  • une présence publicitaire sur les sites partenaires : lejournaldesfemmes.com et femmeactuelle.fr


The Fancy, le réseau social marchand

Fancy signifie tout d’abord un caprice mais c’est également un verbe qui veut dire aimer, apprécier, estimer, rêver éveillé, songer, imaginer. The Fancy c’est aussi le nouveau réseau social à la mode qui vous permet d’aimer, apprécier, estimer, rêver éveillé, songer, imaginer et surtout d’acheter, partager et recommander l’objet tant convoité.

Lancé il y a 18 mois par Joe Einhorn, la plateforme novatrice réunit aujourd’hui 25 personnes dont 23 développeurs qui améliorent au quotidien cette technologie proposant un nouveau shopping expérientiel.

The Fancy a bien travaillé en amont en étudiant ses concurrents de sorte que l’on retrouve aujourd’hui sur la plateforme toutes les bonnes choses que l’on aime sur les réseaux sociaux tout en y ajoutant les fonctionnalités des sites de e-commerce.

A l’inscription Fancy vous propose de vous connecter via Facebook ou Twitter et donc de retrouver vos « amis ». Inspirée de Pinterest la plateforme propose le rassemblement d’images d’objets ou lieux, vous pouvez également « fancyer » une photo à partir d’un autre site et les images sont ainsi regroupées par thèmes (homme, femme, art, voyages…).

Deux grosses différences cependant avec Pinterest. La première, les images renvoient à des liens d’affiliation qui vous permettent d’acquérir l’objet de vos rêves ou de réserver l’hôtel de vos prochaines vacances, mettant ainsi un terme à des années de frustrations passées à envier des images sans en connaitre leur origine. La seconde, la fréquentation de la plateforme ; si Pinterest est à 80% utilisé par des femmes, les hommes sont majoritaires (55%) sur The Fancy. Les femmes se contenteraient-elles de contempler tandis que l’homme serait devenu un acheteur compulsif ?
Vous pouvez également partager sur tous les réseaux sociaux de Facebook à Weibo, indiquer que vous possédez déjà un objet, ou encore trouver l’objet qui vous plait dans une autre couleur.

Mais The Fancy va plus loin. Vous pouvez créer vos « wish list », ce qui est une bonne chose, mais surtout la plateforme propose d’organiser une cagnotte pour financer un cadeau. Ainsi fini le pull avec un cerf à noël ou le robot ménager à la saint-valentin, votre entourage ne pourra plus dire qu’il ne savait pas ce que vous vouliez, à vous de partager régulièrement vos wishlists.

Et pour le côté people vous pourrez vous inspirez des goûts de Kanye West, Marc Zuckerberg, Tim Cook, Jay-Z, ou Puff Daddy et beaucoup d’autres déjà présent sur The Fancy.

Une journée pour faire le point sur tous les nouveaux enjeux du monde associatif

Dans un contexte de fortes mutations du secteur associatif, la 7ème édition du Forum National des Associations & Fondations, dont Wellcom gère les relations média, sera l’occasion de faire un point complet sur les enjeux de ce secteur, notamment en matière de gestion, de développement et de financement des associations.

Plus de 4000 responsables et dirigeants d’associations et fondations sont attendus dans le cadre de ce rendez-vous, qui permettra notamment de faire un état des lieux des engagements du nouveau gouvernement, en présence de Benoît Hamon, Ministre délégué chargé de l’Economie sociale et solidaire et de la Consommation et Valérie Fourneyron, Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative.

Avec plus de 60 débats, conférences techniques et ateliers pratiques, cette journée d’information et de formation doit permettre à chaque visiteur de faire un véritable check-up de son projet associatif, de connaître les moyens d’action, les solutions concrètes et les derniers dispositifs disponibles pour traverser la crise.

Les grands thèmes à l’honneur cette année :

  • La place et le rôle des associations et fondations en France et en Europe
  • la gouvernance et la mobilisation des ressources humaines
  • les nouveaux modèles et sources de financement pour les associations
  • l’innovation sociale : la relation associations/entreprises en devenir

« Au-delà des thématiques liées au financement, au développement et à la gestion quotidienne des associations et fondations, le Forum 2012 connaîtra une dimension politique toute particulière. Il permettra notamment de faire un état des lieux précis des engagements du nouveau gouvernement et des grands chantiers du quinquennat en cours » précise Xavier Kergall, Directeur Général du Forum.

Rendez vous Jeudi 25 octobre au Palais des Congrès de Paris ! En savoir plus.

-

Wellcom court contre le cancer

Pour cet octobre rose 2012, l’heure est à la mobilisation pour un évènement fort de la rentrée auquel Wellcom est fière de participer : la course Odyssea pour la lutte contre le cancer du sein.
Une belle cause car grâce au soutien de ses partenaires, l’association Odyssea reverse 100% de l’argent collecté de la course, à l’institut de cancérologie Gustave Roussy, soit 2 121 005 € depuis 10 ans ! Cette année, Odyssea 2012 aura lieu le Dimanche 7 Octobre 2012 au Château de Vincennes et ce ne sont pas moins d’une vingtaine de courageux et sportifs collaborateurs qui courront le 5km et le 10km. N’hésitez pas à venir les encourager !

Les relations amoureuses en chiffre

Avec la rentrée, chacun reprend ses habitudes et cherche à prendre de bonnes résolutions : se remettre au sport, manger équilibré, … et faire de nouvelles rencontres ! Le retour au travail peut être un bon moyen de trouver l’âme soeur : 30% des couples s’y seraient déjà rencontrés* ! Mektoube.fr, dont Wellcom gère les relations médias, a demandé aux célibataires si le travail représente pour eux un lieu potentiel de rencontre.
Résultats principaux du sondage réalisé auprès de 1018 inscrits sur mektoube.fr entre le 30 août et le 2 septembre 2012 et 2012, (Répartition des répondants : 539 femmes /479 hommes) :

Les rencontres amoureuses sont à l’esprit des célibataires tout au long de l’année ! En effet, 73% des membres de Mektoube recherchent leur âme sœur été comme hiver. Cependant, après le temps des amourettes de l’été, vient le retour à la réalité : les relations débutées sur le bord de la piscine vont-elles tenir le choc du retour à la routine et son fameux « métro, boulot, dodo » ? 10% des femmes et 17% des hommes sont patients et attendent de voir ce que cela va donner à la rentrée. 6% ont plutôt tendance à couper court à leur relation estivale et à rechercher une relation plus sérieuse. D’autres, (8%) se concentrent d’avantage sur leur travail et pensent que l’amour peut attendre.

Le travail, lieu de rencontres amoureuses par excellence ?
Toutes les occasions sont bonnes pour trouver l’âme sœur … même si d’après l’adage, cela arrive au moment où on s’y attend le moins ! Pour 56% des membres de Mektoube, leur lieu de travail offre de nombreuses possibilités. Les 18 – 29 ans (61%) sont les plus optimistes à l’idée de trouver leur moitié dans leur entreprise. Qui sait, l’amour les attend peut-être à la machine à café ?! D’autres, (18%), trouvent cela peu romantique et souhaitent préserver leur vie privée. 12% d’assidus ne sont pas vraiment les mêmes au travail que dans leur vie personnelle. Aussi, ils préfèrent rester concentrés sur leurs missions et ne recherchent pas spécialement l’amour au travail.

Et vous ?

A l’occasion d’Octobre Rose 2012, Mediameeting créé Radio Curie

Première web radio dédiée aux femmes atteintes d’un cancer du sein et à leurs proches

Initiée il y a plus de 25 ans, l’opération nationale Octobre Rose, qui se déroulera durant tout le mois d’octobre 2012, a pour mission de faire prendre conscience aux femmes de l’importance du dépistage du cancer du sein. A cette occasion, l’Institut Curie, acteur de référence de la lutte contre le cancer, a sollicité Mediameeting (dont Wellcom gère les relations média) pour l’accompagner dans sa campagne de sensibilisation en créant la première web radio dédiée aux femmes atteintes d’un cancer du sein et à leurs proches nommée Radio Curie.

Web radio à vocation informative et interactive unique en France, Radio Curie émettra en continu depuis l’Institut Curie et abordera toutes les questions que se posent les patientes, leurs proches et le grand public : peut-on prévenir le cancer du sein ? Quelles sont les femmes à risques ? Quel rôle peuvent avoir leurs proches ? Comment se déroule l’après-cancer ?

Au programme :

  • Des chroniques diffusées en streaming 24/24h sur le site www.radio.curie.fr donnant alternativement la parole aux experts et aux patientes
  • Des temps forts organisés de 16h30 à 18h30
  • Une émission quotidienne réalisée en direct depuis l’Institut Curie à Paris et à Saint-Cloud

http://radio.curie.fr/