-

Edwy Plenel, toujours plus épris de liberté pour la presse


Interview d’Edwy Plenel, Président et Directeur de la publication de Mediapart

A l’occasion de la première conférence Web Diversity, qui s’est tenue le 21 mai dernier à Paris, Wellnews a tenu à interroger Edwy Plenel, Président et Directeur de la publication de Mediapart, sur le sens de la liberté de la presse aujourd’hui.

Edwy Plenel entre au journal Le Monde en 1980. Il y occupera diverses fonctions dans plusieurs services, passant de journaliste à grand reporter, puis rédacteur en chef avant de prendre le poste de directeur de la rédaction en 1996. En 2001, il devient Directeur général-adjoint de la société Le Monde SA puis est nommé directeur délégué en janvier 2004. Il démissionne en 2004 et quitte Le Monde l’année suivante. Il rédige depuis 2005 des chroniques politiques et littéraires pour France Culture, LCI, RTL et le quotidien Le Soir de Bruxelles. Il crée Mediapart en 2007, en collaboration avec François Bonnet, Gérard Desportes et Laurent Mauduit.

Vous avez participé, en tant que partenaire et intervenant majeur, à la première conférence Web Diversity. Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots quel était l’objet de cet événement ?
Organisée par Christophe Ginisty, la première conférence Web Diversity avait pour thème central la liberté de l’information à l’heure de la révolution numérique. A l’occasion de la journée mondiale de l’Unesco pour la diversité culturelle, le dialogue et le développement, les participants et les organisateurs voulaient montrer qu’Internet, loin d’être une grave menace pour la démocratie, peut être au contraire une très grande chance. A condition évidemment de s’en saisir pour tirer vers le haut nos démocraties, vers un droit de savoir des citoyens étendu, vers une liberté de la presse renforcée quel que soit le support, en somme vers un nouvel écosystème de l’information sur la base d’une nouvelle alliance entre journalistes et publics, entre la rigueur professionnelle des premiers et l’exigence participative des seconds.

Qu’est-il ressorti d’essentiel de cette conférence ?
J’ai proposé aux organisateurs que cette conférence se poursuive par un travail coopératif pour dessiner les grandes lignes d’une nouvelle loi fondamentale pour la liberté de l’information. Tout comme la grande loi de 1881 sur la liberté de la presse a accompagné et encouragé le début de l’ère médiatique, la démocratisation de la presse et l’autonomie du journalisme, il nous faut aujourd’hui rassembler toutes les questions essentielles pour la liberté de l’information. Par exemple, avoir l’équivalent français du Freedom of Information Act américain, mais aussi empêcher la dépendance du service public audiovisuel du pouvoir exécutif ou mettre fin aux conflits d’intérêts industriels ou financiers qui nuisent à la confiance du public dans l’information.

Un mot sur Mediapart qui a presque 3 ans d’existence… Quel bilan faites-vous de « l’aventure » ? Votre modèle survit-il bien au tout-gratuit sur le web, que vous pourfendez ?
Mediapart en un peu plus de deux ans d’existence, puisque nous nous sommes vraiment lancés le 16 mars 2008, a gagné l’essentiel de son pari: nous avons montré que, si l’offre était au rendez-vous, la demande suivait. Notre pari, c’était celui de la valeur du travail: vertu de l’indépendance, qualité de l’information, participation d’un public fidèle. Et cette valeur se concrétisait dans notre modèle payant, fondé sur l’abonnement. Or il n’y a pas eu un jour, depuis le début, sans abonnement à Mediapart, sur un rythme qui, aujourd’hui, est, chaque mois, d’un millier de nouveaux abonnés, en chiffres bruts. Nous en sommes à près de 25 000 abonnés. Il nous en faut le double pour devenir rentables. C’est le défi des deux années qui sont devant nous. Je suis d’autant moins inquiet que nous avons fait école, à la manière d’un laboratoire précurseur : toute la presse généraliste d’information vient au payant sur le Net.

Les conseils des Experts d’Europe 1 et l’équipe d’Easyvoyage pour bien préparer ses vacances d’été !

Aujourd’hui, jeudi 3 juin, de 8h à 18h, Les Experts Europe 1 avec Easyvoyage.com, dont Wellcom gère les relations presse, seront à l’écoute des auditeurs pour une journée spéciale « Comment bien préparer ses vacances d’été »

  • « Comment faire pour trouver les bons plans ? »,
  • « Comment bénéficier des meilleurs tarifs ? »,
  • « Quelles sont les nouvelles destinations à la mode et pourquoi y aller ? »,
  • « Hôtels, clubs de vacances, campings, comment bien les choisir ? »

Jean Pierre Nadir
Fondateur du groupe Easyvoyage, présent en France, Espagne, Italie, UK et Allemagne
3 grands rendez-vous ponctueront cette journée spéciale :

  • Entre 6h30 et 9h30, dans la matinale présentée par Marc-Olivier FOGIEL, l’opération sera lancée avec, en illustration du sujet, un reportage.
  • Entre 12h et 12h30 : Les auditeurs interviendront à l’antenne dans « Votre Grand Direct » présenté par Jean-Marc MORANDINI, accompagné de Jean-Pierre Nadir, fondateur de Easyvoyage.
  • Entre 18h45 et 19h00 : Patrick COHEN recevra dans « Europe 1 Soir » Jean-Pierre Nadir, fondateur de Easyvoyage pour faire le bilan des questions posées tout au long de cette journée.

Le standard des Experts Europe 1 sera ouvert de 8h à 18h au 39 21.

Dans les heures qui suivent, les réponses aux dix questions les plus posées seront disponibles sur le mini-site des Experts : http://experts.europe1.fr

« Les Moments santé »

Harmonie Mutualité lance une série de manifestations de prévention sur l’équilibre alimentaire.

Avec 4% des Français atteints de diabète et 1 Français sur 4 souffrant d’obésité, la nutrition est un enjeu de santé publique majeur.
105 agences Harmonie Mutualité lancent, à partir du 3 mai 2010, une grande opération de prévention intitulée « A table, le plaisir des sens ».

Grâce à des expositions, des livrets recettes et des ateliers animés par la mutuelle et des professionnels de la nutrition, le public pourra (re)trouver le plaisir de manger et devenir acteur de son alimentation. Centré sur les sens, le programme de prévention d’Harmonie Mutualité a pour objectif de re(créer) de bonnes habitudes pour préserver le capital santé de chacun.

Ces manifestations, à découvrir en famille ou entre amis, ont débuté le 3 mai et durent jusqu’à fin juin, dans 105 agences de la mutuelle.
Pour en savoir plus www.harmonie-mutualite.fr (rubrique « Actualités » et la rubrique « Prévention » du site.

La mutuelle Harmonie Mutualité dont Wellcom gère la communication corporate, est issue de la fusion de 9 mutuelles et constitue l’un des tout premiers opérateurs français en matière de complémentaire santé.

- -

Sandrine Mangia-Park, Directrice France d’Everest Poker


Son parcours
Sandrine Mangia-Park a débuté sa carrière en 1998 en tant que Chef de projet dans le Département marketing et vente de Jeun’Tour, une agence de tourisme. En 2000, elle intègre Istia Gira, un cabinet d’études, comme Consultante où elle travaille pour des clients comme Nestlé ou Carrefour. Désireuse de donner un nouvel élan à sa carrière professionnelle, Sandrine choisit de s’installer aux Etats-Unis en 2001 et prend la charge de l’un des restaurants du groupe Radisson, pour lequel elle participera notamment au développement de sa notoriété à travers les relations presse qu’elle initie.
Forte de son expérience dans le management et le marketing, Sandrine intègre Everest Poker en 2003 en qualité de Directrice du marketing en ligne. Pilier fondateur du service marketing de l’entreprise, Sandrine a largement contribué au succès de la salle de poker en ligne en France et est notamment à l’origine de ses promotions parmi les plus populaires dans l’hexagone à l’image du casting Live the Dream, ou encore de l’EPEC (principal tournoi européen dédié aux débutants et amateurs de poker).
Aujourd’hui Directrice Everest Poker France, Sandrine Mangia-Park contribue à asseoir la position de leader de la salle de poker. Ses principales missions consistent à gérer les actions de communication et marketing et développer les opportunités de partenariat à l’aube de l’ouverture du marché français des jeux d’argent en ligne.

Ses perspectives pour Everest Poker
Notre ambition sur le marché est claire : conserver  et consolider notre position de leader sur le marché français. Tout commence évidemment avec l’obtention de la licence ; nous devons nous assurer d’obtenir notre licence parmi les tout premiers. Nous sommes confiants que cela se passera bien étant donné notre motivation et aussi les efforts que nous déployons aujourd’hui pour être prêts le jour J.  Nous avons notamment déposé auprès de l’Arjel une demande de licence dans ce sens.  Le lancement réussi d’Everestpoker.fr sera aussi clé ; notre but est de conserver nos joueurs existants mais aussi de conquérir les nouveaux qui vont découvrir le poker. Nous le faisions depuis maintenant plus de 6 ans, nous sommes donc confiants. Ensuite, une fois cette phase d’ouverture lancée, notre objectif sera de renforcer notre position de leader.
Cette ouverture de marché nous permettra d’avoir accès à de nouveaux moyen de communication comme la télévision, cela nous permettra d’accéder a une plus large population. Nous développons de manière très active une campagne marketing à 360 degrés indispensable pour supporter notre stratégie. Il est primordial que nous imposions la marque Everest Poker comme la destination privilégiés pour les joueurs de poker français.

Les Français tiennent à la préservation de la biodiversité

Selon une étude TNS Sofres réalisée en mai pour l’EPIQ (Etude de la Presse d’Information Quotidienne), 79% des Français déclarent avoir entendu parler de la biodiversité, sans toujours savoir ce dont il s’agit précisément : seuls 23% connaissent la signification de ce terme et 56% la connaissent à peu près. Enfin, 21% répondent en outre n’en avoir jamais entendu parler. Cette connaissance s’avère d’ailleurs variable selon sa catégorie socioprofessionnelle : quand 90% des catégories aisées ont entendu parler de biodiversité, ils ne sont que 70% chez les catégories plus modestes.
La menace pesant sur la biodiversité est quasi unanimement (95%) reconnue comme un problème important et une très large majorité (59%) affirme que c’est là quelque chose de très important. Ceux qui connaissent la signification du terme « biodiversité » sont d’ailleurs plus nombreux à être convaincus de l’importance de sa préservation (69% de « très important »). En somme, stopper ce déclin paraît être une obligation, et les Français montrent qu’ils ont pris conscience des effets des pollutions sur les zones et les populations concernées, ainsi que de la nécessité de préserver l’environnement.

Le festival FnacIndétendances voyage aux quatre coins de la France à bord des trains iDTGV…

Du 25 mai au 5 juin 2010, les voyageurs iDTGV en direction de Lyon, Marseille, Montpellier, Nîmes, Grenoble, Bordeaux et Strasbourg, auront la chance d’assister aux concerts de la tournée FnacIndétendances en voiture-bar ! Cet espace sera transformé pour l’occasion en mini salle de concert avec des showcases acoustiques exclusifs. Parmi les artistes programmés ils pourront découvrir, selon leur destination : FÉLOCHE, PULPALICIOUS, BAZBAZ, BOOGERS, CURRY & COCO, LAFAYETTE OU 1973.

Le voyage se poursuivra jusque dans les magasins Fnac des villes d’arrivée où les artistes se produiront en showcase. Ces minis concerts ouvriront les festivités du festival FnacIndétendances qui se tiendra tous les week-ends, du 23 juillet au 14 août 2010, sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris.

iDTGV, dont Wellcom gère les relations médias, propose aux voyageurs une autre façon de voyager. Exit le temps où l’on prenait le train comme simple moyen de transport ! Le concept iDTGV repose sur un choix d’ambiance permettant ainsi aux clients de voyager selon son humeur sur près de 40 destinations.

Informations et réservations : www.idtgv.com

Intersport présente sa collection printemps/été 2010

Intersport, leader mondial de la distribution d’articles de sport, dont Wellcom assure les relations presse, dévoile aux médias et aux lecteurs de la wellnews sa collection printemps/été :

Tonifier son corps et affiner sa silhouette… c’est le moment de s’y remettre !
Découvrez les indispensables en cliquant ici.
Matches de volley improvisés et sable mouillé…
découvrez le farniente sportif !
Découverte de la forêt et promenades dans les prés…
avec la randonnée !
Rouler cheveux au vent…
à bicyclette !
-

Harry Roselmack, bientôt 5 ans de « Sept à huit » sur TF1


Interview de Harry Roselmack, Présentateur de « Sept à huit » sur TF1

« Sept à huit », le magazine d’informations dominical de TF1, garde le cap jusqu’en 2012. Pour nous parler de son succès, Wellnews a interrogé Harry Roselmack, le sémillant présentateur de l’émission.
Titulaire d’un Deug d’histoire et un DUT de journalisme, Harry Roselmack débute sur France Bleu avant d’intégrer la rédaction de France Info. En parallèle, il fait ses premiers pas à la télévision sur La Chaîne météo. Repéré par Canal+, il entre à i>Télé pour y présenter la grande édition de 18 à 18h30, ainsi que le journal de la mi-journée dans l’émission « Nous ne sommes pas des anges » sur Canal+. À l’été 2006, il devient le remplaçant officiel de Patrick Poivre d’Arvor au JT de 20h de TF1 et reprend le « Sept à huit ». Harry Roselmack est également membre du club Averroes pour l’intégration des minorités ethniques dans les médias. Depuis 2009, il est aux commandes d’un nouveau magazine d’immersion au cœur de la société dont les deux premiers numéros ont été « Harry Roselmack derrière les murs de la cité » et « Harry Roselmack avec les fondamentalistes musulmans ». Le 3ème opus de la série, « Harry Roselmack avec les sans domiciles fixes », sera diffusé le 11 mai prochain.

Le producteur de « Sept à huit », Emmanuel Chain, a annoncé que l’émission serait reconduite jusqu’en 2012. Une nouvelle qui doit vous réjouir ?
C’est bien entendu une excellente nouvelle pour tous les collaborateurs qui participent à l’émission. D’un autre côté, nous avions peu de doutes concernant cette reconduite, tant l’émission est devenue un rendez-vous phare de l’information sur TF1. « Sept à huit » est aujourd’hui, avec le magazine « Reportages », le magazine d’information le plus ancien et le plus regardé de la chaîne. Sa popularité auprès du public fait que nos craintes concernant son avenir étaient en réalité assez minces.

Que pouvez-vous dire sur le profil des téléspectateurs de « Sept à huit »? L’émission attire-t-elle un public particulier ?
Il s’agit d’une émission très familiale, à l’image de l’essentiel des émissions de TF1. Nous traitons des sujets aussi variés que possible, qui s’adressent à toute la famille, et plus particulièrement pour des téléspectateurs curieux de ce qui se passe en France et à l’étranger : société, consommation, tendances, mutations technologiques, développement durable, etc. Nous nous attachons à sortir des frontières pour aller à la rencontre d’autres sociétés, lointaines ou proches, afin de faire voyager nos téléspectateurs et de leur faire découvrir d’autres cultures. C’est le principe de base du magazine : s’intéresser avant tout aux gens, à l’autre, à celui qu’on ne connaît pas et donner envie de le découvrir. C’est également l’objet de notre portrait en fin d’émission. Nous essayons de découvrir une personnalité, connue ou non, à travers son expérience personnelle, son parcours, ce qui fait qu’il ou elle est unique à sa manière.

« Sept à huit » fêtera cette année ses 10 ans, en septembre prochain. Avez-vous prévu quelque chose de particulier à cette occasion ?
Chaque année, en septembre, nous apportons quelque chose de nouveau au magazine, que ce soit au niveau de la forme, du fond ou de l’énergie que nous mettons à construire l’émission. Il y aura donc une nouvelle impulsion cette année encore, à la rentrée, mais pas d’évolution formelle. Nous allons continuer à nous appuyer sur l’héritage des années passées sans révolutionner les choses en profondeur. Quoi qu’il en soit, nous consacrons l’été à cette réflexion comme chaque année, et cette année encore, les téléspectateurs pourront continuer à suivre « Sept à huit » sur leur lieu de vacances car l’émission, elle, ne prend pas de congés.

-

7ème édition des Initiatives de l’Economie

Valoriser l’apport des corps intermédiaires au service des entreprises

Créés en 2004, les Initiatives de l’Economie ont pour objectif de mettre en lumière ces dynamiques favorables au développement économique et à l’emploi dans les territoires. Les lauréats sont élus par un jury composé de 70 journalistes de la presse économique nationale.

Ces trophées récompensent ainsi chaque année les opérations créatrices de richesses économiques, d’emplois et de cohésion territoriale, mises en œuvre par les institutions publiques et privées, dévouées aux entreprises et à l’entrepreneuriat. Elle est la seule opération nationale distinguant les initiatives des institutions, des collectivités territoriales et des corps intermédiaires qui aident et accompagnent les entreprises et les entrepreneurs.

La remise des prix de l’édition 2010 des Initiatives de l’Economie aura lieu le 28 mai 2010, dans l’hémicycle du Conseil Economique, Social et Environnemental.

Plus d’informations sur www.initiatives-economie.com

Des relations presse au service du territoire

La Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence dispose d’une histoire et d’une situation géographique qui en font l’un des acteurs majeurs de l’attractivité économique et territoriale de Marseille Provence.

Présidée par Jacques Pfister, la CCI Marseille Provence, qui offre conseil et accompagnement aux entrepreneurs afin de développer leurs activités, est aussi pionnière en matière de soutien à la culture, qu’elle a identifié comme levier de développement du territoire. Elle est d’ailleurs membre fondateur de l’association Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture, dont Jacques Pfister est également président.

Wellcom met en place une campagne nationale de relations presse pour positionner la CCI Marseille Provence sur la réforme des collectivités territoriales et le projet de réforme des CCI, sujet au cœur de l’actualité ; mais également sur ses initiatives pour soutenir les TPE/PME, qui constituent l’essentiel du tissu économique du territoire Marseille Provence.