Les licenciements Facebook, trop peu pour faire peur

Ces dernières années, plusieurs cas de licenciement pour des propos tenus sur des réseaux sociaux ont créé polémique sur le droit à la vie privée. Le dernier en date : novembre 2010, deux salariés d’une entreprise d’ingénierie de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) sont licenciés pour dénigrement de leur hiérarchie sur Facebook.

Ces actualités rendent-elles les internautes plus méfiants envers les réseaux sociaux ?

Selon une étude de l’Institut BVA ( sur les 15 ans et plus), publiée le 2 décembre 2010, plus des deux-tiers des Français (67%) estiment que l’on peut très bien s’inscrire sur des réseaux sociaux comme Facebook et qu’il suffit de faire attention à ce que l’on y met et aux personnes qui y ont accès. Seule une minorité (29%) estime à l’inverse qu’il ne faut pas s’inscrire sur des réseaux sociaux comme Facebook car on risque de voir sa vie bafouée à un niveau professionnel ou personnel. Les plus méfiants sont finalement ceux qui utilisent le moins les réseaux sociaux (43% chez les plus de 50 ans contre 20,7% chez les 15-49 ans).

Néanmoins, si nous n’avons pas encore d’étude en France sur le sujet, un sondage réalisé par Harris Interactive aux USA, révèle que 45% des recruteurs Américains utilisent les sites de réseaux sociaux (Facebook, MySpace, Linkedin, Twitter, etc.) pour trouver des informations sur des candidats qui postulent à leurs offres d’emploi…

Voir l’étude sur les licenciements Facebook.