Digitalisation, l’impérieuse nécessité des entreprises

Si près de 35 millions d’internaute ont acheté en ligne au 1er trimestre 2015 en France, seul un quart des entreprises vend sur le Net.* Une éclatante illustration du décalage de culture entre une génération de consommateurs hyper connectée et l’entreprise, dont la transformation digitale est devenue, non plus nécessaire, mais vitale !

*Source : Fevad

La génération Y, plus que jamais, bouscule la trajectoire digitale des entreprises. Née avec Internet, elle fait aujourd’hui son entrée dans le monde du travail et incarne une nouvelle société de consommation. Hyper informée, hyper connectée, elle accélère la nécessité pour elles de créer une nouvelle chaîne de valeurs. Il ne s’agit plus seulement pour ces dernières d’avoir une stratégie digitale, mais « d’avoir une stratégie dans un monde digital », affirme Matthieu Aubusson de Carvalay, de PwC. Autrement dit, l’ère numérique implique de nouvelles façons de travailler mais aussi de communiquer et de vendre. Mais comment ?

« Les entreprises les plus matures sur le numérique ont une croissance du chiffre d’affaires six fois plus élevée. »

Roland Berger, Strategy consultant*

Réseau social et co-working internes

Avec le digital, les informations et les contenus se partagent, se co-construisent, se commentent… Les réseaux sociaux ont permis au consommateur d’être acteur sur le marché. Prolonger cette expérience individuelle à l’intérieur des entreprises est l’une des façons pour elles de réussir leur transformation numérique. La Société Générale a fait, par exemple, le pari de l’intelligence collective interne. Non seulement les collaborateurs bénéficient de solutions bureautiques et collaboratives de dernière génération mais ils travaillent dans un « esprit d’open innovation ». Une nouvelle culture qui permet d’avancer efficacement car elle supprime les cloisons et les hiérarchies, libérant les idées et la créativité.

« Depuis deux ans, l’agilité digitale des entreprises a été notable. Elles ont mis en œuvre des stratégies ambitieuses de transition sur le lieu de travail, vers le cloud, sur le big data. »

Gilles Babinet, Fondateur de Captain Dash et Eyeka

De même, un grand groupe d’ingénierie d’origine française, comme Assystem, permet à ses collaborateurs de faire naître créativité et initiatives à travers un réseau social d’entreprise. Plus que l’expression de talents individuels, ce sont de nouvelles idées qui émergent et qui servent les ambitions et le développement du Groupe. Aujourd’hui, seules 19 % des entreprises françaises ont déjà mis en œuvre une initiative numérique dont les employés sont à l’origine. C’est trop peu !

Les écosystèmes accélérateurs d’innovation

Un autre moyen d’organiser l’innovation est de soutenir le développement de plateformes ou de programmes d’échange et d’innovation entre entreprises et start-ups (incubateurs, accélérateurs, financeurs) d’initiative privée, qui permet notamment aux grands groupes d’être accompagnés et immergés dans l’écosystème des start-ups. « Chez Orange, notre chaîne de l’innovation repose sur l’open-innovation. L’ouverture des API (interface de programmation) permet aux développeurs ou aux start-ups de se brancher sur les interfaces de l’entreprise », explique Stéphane Richard, PDG du groupe. Une stratégie efficace mais peu exploitée pour le moment…

 

* Source : Les Echos, juillet 2014 Stratégies – 23 octobre 2014 L’aventure numérique, une chance pour la France – Roland Berger Strategy Consultant, septembre 2014