MENU

l'actu wellcom

décembre 2015
Accueil > Wellnews

Coup de projecteur - Portrait - Vidéos

Le groupe B&B Hôtels souffle ses 25 bougies !

Première chaîne indépendante d’hôtellerie économique en France, B&B Hôtels compte 232 hôtels en France et est également implantée en Allemagne, en Italie, en Pologne, au Maroc et en République Tchèque. La chaîne hôtelière accueille une clientèle d’affaires ou d’agrément à qui elle propose confort et services de qualité « à prix d’ami », concept qui lui a valu un Janus du Commerce par l’Institut français du Design en 2007.

Récompensé à plusieurs reprises aux Hospitality Awards, le Groupe hôtelier, détenu majoritairement par la société d’investissement Carlyle, a reçu en 2013 le « Grand Prix du Jury » pour son concept d’hôtels chaleureux, fonctionnels et accessibles à tous, ou encore les prix de « Meilleur Concept Innovant en Hébergement » en 2006, et de « Meilleure Initiative en Développement Durable » en 2010.

A l’occasion du 25ème anniversaire du Groupe B&B Hôtels, le Président du Directoire, Georges Sampeur, nous livre une interview exclusive au sein du B&B Hôtels de Paris Porte des Lilas, labellisé HQE* et signé Dominique Perrault, l’architecte de la Bibliothèque François-Mitterrand.

Longue vie aux B&B Hôtels !

*Haute Qualité Environnementale

Le fait religieux plus prégnant en entreprise

L’Institut Randstad et l’Observatoire du Fait Religieux en Entreprise dévoilent les résultats de leur troisième étude. Cette dernière confirme l’ancrage du fait religieux dans l’entreprise, et témoigne également de sa légère progression. Pour la première fois en trois ans, la part des managers qui n’ont jamais été confrontés au fait religieux (50 %) fait jeu égal avec celle des managers l’ayant été régulièrement ou occasionnellement (50 %). Jusqu’alors, les managers non confrontés au fait religieux étaient majoritaires : en 2014, 56 % des managers n’avaient jamais fait face au fait religieux en entreprise. En 2015, le fait religieux se manifeste avec plus d’intensité que par le passé : près d’un quart (23 %) des personnes interrogées déclarent rencontrer régulièrement la question du fait religieux dans l’entreprise, alors qu’elles n’étaient que 12 % en 2014. « Si la plupart des données, présentées au Conseil économique, social et environnemental en avril 2015, viennent conforter les résultats des années précédentes, l’actualité récente a eu des conséquences certaines sur la perception des pratiques et demandes religieuses. Ainsi le fait religieux en entreprise semble plus que jamais compliqué à gérer pour les managers, même si, en pratique, les cas réellement bloquants sont toujours très peu nombreux. Ils ont cependant bien identifié à quel point leur entreprise (RH, juristes, notamment) peut les aider dans la résolution de ces situations. Les salariés sont quant à eux plus attentifs aux manifestations de la religion en entreprise qu’auparavant. Ils restent tolérants envers les croyances mais souhaitent que les pratiques religieuses soient encadrées et n’entravent pas le bon fonctionnement de leur entreprise et de leur équipe », commente Aline Crépin, directrice de la RSE du groupe Randstad France dont Wellcom assure les relations publiques, et déléguée générale de l’Institut Randstad pour l’Egalité des chances et le Développement durable.

Les principaux enseignements de l’étude Institut Randstad/OFRE, réalisée entre février et mars 2015 sur la base d’un questionnaire en ligne conduit auprès de 1 296 salariés exerçant pour la plupart des fonctions d’encadrement sont disponibles ici.

Focus Créa

The Aluminium effect

European Aluminium est une association professionnelle de 67 membres représentant l’ensemble de la filière de l’aluminium en Europe, de l’extraction à la transformation en passant par le recyclage.

L’industrie de l’aluminium vit un véritable paradoxe en Europe : là où la consommation d’aluminium ne cesse d’augmenter, sa production primaire est en constante baisse. Il est donc urgent de promouvoir et défendre l’aluminium comme une industrie d’avenir pour l’Europe.

Wellcom a proposé à European Aluminium un bilan d’image quali et quanti et une redéfinition de sa plate-forme de marque à travers la démarche Origami System. La stratégie de déploiement s’est ensuite traduite par une évolution de nom (de EAA à European Aluminium), une refonte de son identité visuelle, de sa charte de discours et de sa stratégie.

Les principaux supports de communication ont été revus dans le cadre d’une charte graphique très moderne – voire parfois futuriste bousculant les codes du secteur-, qui laisse la place à la couleur et à l’émotionnel : papeterie, outils bureautiques, habillages des réseaux sociaux… Un brand book présentant les messages-clés et les raisons du changement a été remis à chacun des membres. Un total rebranding qui doit ainsi permettre de faire prendre conscience, aux institutions européennes notamment, du potentiel industriel et environnemental de l’aluminium face à d’autres matériaux.

 

European AluminiumEuropean Aluminium European AluminiumEuropean Aluminium

Actus

Point S s’engage à ce que tout roule !

Point S, spécialiste du marché de l’entretien auto et leader du marché du pneumatique, dont Wellcom gère les relations média, le sait mieux que quiconque : en voiture, l’entretien, c’est la sécurité. Partant de ce constat, l’enseigne a lancé « Les avantages jeunes conducteurs » : une offre dédiée aux jeunes propriétaires d’un permis de moins de 3 ans, afin de les aider, grâce à un programme adapté à leurs attentes et à d’importantes remises, à entretenir leur véhicule, clé de leur indépendance et inévitable source de dépense. 32% des 25-34 ans véhiculés jugent le coût annuel de leur voiture excessif. Ils sont 86% à souhaiter réduire prioritairement ce poste de dépense. 57% des jeunes de 19 à 31 ans recherchent en priorité «le bon prix» lors de leurs achats liés à l’entretien automobile.

L’entretien est d’autant plus onéreux que les véhicules des jeunes conducteurs sont souvent vieillissants : « Près de 430 000 voitures d’occasion ayant plus de 100 000 km sont achetées par des conducteurs qui viennent d’obtenir le permis » précise Joël Arandel, Directeur du marketing de Point S. La Box Jeunes Conducteurs est distribuée gratuitement dans 450 centres. Un objectif : accroître la sécurité sur la route.

Tendances

La mobilité change la donne !

La mobilité change la donne !

Si en avril il est conseillé de ne pas se découvrir, Google a, au contraire, choisi ce mois printanier pour fait la une des couvertures.

Le 21 avril, Google déployait sa mise à jour mobile friendly. La panique redoutée et attendue n’a finalement pas eu lieu,  selon myposeo, outil d’analyse, de suivi et de pilotage du référencement naturel et payant, qui a étudié pour le JDN la position de plus de 60 sites « ni gagnants ni perdants ».

Une semaine plus tard, Google mettait fin par ailleurs à son fonds de soutien à la presse française pour en créer un européen. Ainsi, le 28 avril à Londres, Google annonçait la création du Digital New Initiative, un fonds à destination d’éditeurs de toute l’Europe, d’un montant de 150 millions sur trois ans. Un projet qui rassemble 8 titres de presse (Les Echos en France, The Financial Times et The Guardian au Royaume-Uni, Frankfurter Allgemeine Zeitung et Die Zeit en Allemagne, El Pais en Espagne et La Stampa en Italie) ainsi que 3 institutions (European Journalism Centre, Global Editor Network et International News Media Association).

Une conjonction d’actualités qui permet de mettre en perspective une tendance, ou plutôt un comportement, souligné par le Centre de recherche Pew Research dans le cadre de son rapport annuel sur l’état de médias d’actualité. En 2015, l’actualité est d’abord consultée depuis le mobile. 39 des 50 sites d’informations les plus lus du pays ont une audience mobile supérieure à leur audience provenant de l’ordinateur. Un écart qui peut aller du simple au double. BuzzFeed enregistre une audience de plus 57 millions de VU sur mobile (combinant application et site web) contre près de 23 millions de visiteurs uniques (VU) provenant exclusivement de l’ordinateur. Cependant, le temps de navigation est plus court dans la majorité des cas sur mobile. Seuls 10 sites d’actualités enregistrent une audience plus importante sur mobile.

mobile-drives-online-traffic

Cette consommation médiatique en mobilité entraine donc une évolution du rapport à l’information. La relation à l’actualité se faisant plus fréquente mais plus courte. C’est ce que Google appelle les « micro-moments ». Car avec le mobile, les réponses à toutes les questions, restaurant à proximité, acheter un nouvel aspirateur, faire une activité … deviennent instantanées !

D’après des études menées par la firme de Mountain View, 91 % des mobinautes consultent les actualités sur leurs smartphones pendant qu’ils réalisent une autre tâche. De même, 82 % des mobinautes consultent leurs mobiles dans les magasins avant d’acheter. Enfin, 69 % sont d’accord avec le fait que la qualité, la pertinence et le timing d’un message d’une marque influencent leurs perceptions.
Devenant partie intégrante de l’expérience utilisateur, les marques se doivent, toujours pour plus d’affinité avec leurs communautés, de développer une stratégie pour comprendre et surtout apporter la bonne réponse à ces micro-moments. Une réalité pour les marques mais également pour les médias.

Focus Affaires Publiques

Affaires publiques et lobbying

affpub

On se comprend

Affaires publiques et lobbying, kézako ?

Les termes « affaires publiques » et « lobbying » ne sont pas systématiquement distingués, particulièrement en dehors du monde anglo-saxon.

Le rapport aux décideurs, élus et pouvoirs publics, constitue un fil rouge : les « publics affairs » étant alors en amont du processus d’influence et le « lobbying » en aval.

Et concrètement ?…

Si les affaires publiques s’appliquent à la gestion de l’image et de la réputation auprès des décideurs publics ; le lobbying désigne, lui, les actions d’influence conduites par des représentants d’intérêts.

Ces deux méthodes partagent un objectif commun. Il s’agit d’intervenir dans le débat public,  dans  le processus  de décision publique,  dans l’élaboration des lois  et des normes afin de transmettre des informations et faire valoir des intérêts.

Qui utilise les affaires publiques et le lobbying ?

Potentiellement, tout le monde. On pense assez rapidement aux représentants d’une profession et aux grandes entreprises. Mais, les associations d’usagers, les organisations non gouvernementales et même les institutions publiques y ont recours. Ce sont des usages qui sont fréquemment intégrés aux stratégies de relations (aux) publics.

Et aujourd’hui ?

Les capitales mondiales du lobbying sont Washington et Bruxelles. La pratique est pleinement intégrée (et réglementée) dans l’univers anglo-saxon et à l’échelle européenne. En France, cette intégration est encore un processus inachevé. Elle progresse grâce aux démarches volontaristes de certains d’acteurs du secteur et par la réglementation, à l’instar de la mise en œuvre du récent registre des représentants d’intérêts.

On en parle

Bpifrance propose 420 millions d’euros de prêts à l’innovation aux PME et ETI françaises [FR/UE].  Dans le cadre du plan d’investissement européen, ces prêts « Innovation » et « Amorçage Investissement » pourront être octroyés dès le mois de mai aux entreprises.

L’Association des Régions de France souhaite participer à la relance de l’investissement dans les PME [FR]. Elle espère obtenir l’accord de l’État afin de doubler les montants de sa contribution au développement des PME et ETI.

Actus

Valeurs de marque & valeurs corporate, même enjeu

La vision de Wellcom sur les valeurs conduisant à réunir au sein d’une même démarche vision identitaire et vision éthique ne cesse de faire de nouveaux émules. Tout récemment mise à l’honneur dans le dernier numéro de la Revue des marques, magazine professionnel édité par Prodimarques, qui apporte une réflexion de haut niveau sur les marques de fabricants aux responsables de marketing & communication, l’article confirme met en exergue les idées clés de la démarche : « Les marques qui réussiront demain seront celles qui orchestreront capital de marque, données, expérience client, écrans et contenus au sein d’un même écosystème vertueux et vivant. Celles qui seront à même d’orchestrer leur communication d’image et d’opinions simultanément ».

Accéder au site Prodimarques.

Pour retrouver l’article (payant) cliquez ici.

Actus

Un investissement dronement pertinent

GDF SUEZ*, acteur mondial de l’énergie, annonce la prise de participation au capital de Redbird, expert dans l’analyse des données techniques collectées par drones, à travers sa filiale de corporate venture capital GDF SUEZ New Ventures.

2 millions d’euros qui permettront à Redbird de poursuivre son développement, concevoir rapidement la mise au point de nouvelles solutions novatrices et consolider les synergies existantes avec GDF SUEZ*.« Après la mobilité électrique, la gestion intelligente des données de consommation électrique, et l’internet des objets, ce nouvel investissement de GDF SUEZ New Ventures va donner à Redbird les moyens d’accélérer le développement d’offres innovantes dans de nombreux domaines porteurs de valeur pour le Groupe, comme la photogrammétrie à très haute résolution ou la maintenance préventive de grands ouvrages», souligne Gérard Mestrallet, Président-Directeur Général de GDF SUEZ*. « Nous sommes très heureux d’accueillir à nos côtés un acteur industriel de premier plan tel que GDF SUEZ*. Depuis 2013, nous sommes profondément convaincus de l’intérêt du drone civil pour les réseaux d’infrastructures, et ce choix s’avère aujourd’hui pertinent. Malgré les complexités techniques et réglementaires, c’est l’un des secteurs les plus porteurs. Ce soutien d’exception va nous permettre de développer des solutions drones toujours plus performantes et de nous développer à l’international », précise Emmanuel de Maistre, Président de Redbird, qui s’est adjoint les services de Wellcom en relations média depuis 2013.

 

* ndlr : nouvellement baptisé Engie

Interview Stéphane Rotenberg

Interview Stéphane Rotenberg

Avant Pékin Express et Top Chef, vous aviez fait vos armes dans la presse écrite. Tour à tour animateur TV, reporter, producteur… cela fait plus de 20 ans que vous êtes dans le PAF. En prenant un peu de recul sur votre carrière et plus globalement sur le métier de journaliste TV, qu’est ce qui a changé fondamentalement ?

Je ne suis plus journaliste officiellement. Il faut avoir plus de 51% de sa rémunération en tant que journaliste. Je suis principalement animateur de télévision et producteur et les revenus de mon activité de journaliste sont aujourd’hui en dessous du seuil. Cela étant dit, j’étais journaliste pendant plus de 10 ans, et bien que je n’aie plus ma carte de presse, j’ai toujours mon numéro et bizarrement je le connais par cœur.
Ce qui a changé ? Aujourd’hui beaucoup de gens font profession de traiter l’information. Avant c’était assez simple, on avait la presse écrite, la radio, la télé et globalement c’était tout. Aujourd’hui il y a une multiplication des supports. Certains pensent que les nouveaux supports sont de piètre qualité. Je ne suis pas de cet avis. Ce n’est pas le support qui fait la qualité de l’information. Les journalistes qui font leur travail dignement, professionnellement avec attention, le font même dans ces nouveaux supports. Il y a donc à la fois multiplication des médias, mais aussi multiplication des manières de faire l’information. L’impertinence n’est pas nouvelle non plus, mais la manière de faire est différente. Je me rappelle du scandale de ma génération parce que Capital avait été dirigé par Emmanuel Chain (ndlr : Emmanuel Chain est diplômé d’HEC et chef de produit marketing au départ)… alors que c’était définitivement une émission de journaliste. Les nouveaux magazines d’informations en continu, eux aussi, sont du journalisme. Oui, le journalisme a changé en vingt ou trente ans et ce n’est pas uniquement dû au web. La manière de traiter l’information en presse papier ou audio s’est également beaucoup étoffée.

Le journaliste Patrick Cohen a découpé sa carte de presse à l’antenne de France Inter en direct. Un geste de solidarité envers sa collègue Pascale Clark, dont la carte n’a pas été renouvelée. Comment réagissez-vous ?

C’est vrai que c’est surprenant. On est tous très fiers quand on reçoit notre carte de presse, la symbolique est extrêmement forte. La CCIJP (Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels) a essayé de gérer face à la multiplication des demandes. Patrick Cohen a réagi en démontrant qu’aujourd’hui nous n’avons plus besoin de la carte pour faire du journalisme, et je pense qu’il a raison. Cela étant, il me semble que c’est bien quand même d’essayer de labelliser notre métier. Et pour ce qui est arrivé à Pascale Clark, c’est une blague énorme… Pascale Clark est une formidable journaliste et c’est une évidence.

Selon vous, comment les réseaux sociaux transforment-ils la TV ?

On observe une totale inadéquation entre les réseaux sociaux et la réalité des audiences de télévision. Aujourd’hui vous pouvez inviter quelqu’un qui a deux millions de followers, ce n’est pas forcément pour que cela que vous allez avoir un téléspectateur. Certains animateurs ont beaucoup de followers, pour autant leurs émissions ne marchent pas. A l’inverse une émission avec peu de fans et un animateur peu actif en ligne peut faire un carton d’audience.
Pour l’instant il n’y a pas de corrélation entre ces deux phénomènes. Peut-être que dans 2 ans je ne vous dirai pas la même chose. Je ne suis pas un expert, mais je crois que l’audience de la télé ne baisse pas. On n’a pas perdu une minute d’audience depuis l’explosion des réseaux sociaux. Ce qui a fait baisser l’audience c’est le nombre de chaînes.

Vous vous apprêtez à tourner un nouveau jeu d’aventure « La taupe » !, vous nous en dites un peu plus ?

C’est encore un peu confidentiel et on en saura beaucoup plus dans quelques mois.

Actus

La solidarité numérique boostée !

HelloAsso, plateforme de crowdfunding dédiée aux associations françaises, dont nous avions parlé dans notre newsletter de juillet 2014 à l’occasion du portrait d’Ismaël Le Mouël, a fait du chemin. Ce sont aujourd’hui pas moins de 10 millions d’euros qui ont été collectés, et donc reversés au secteur associatif français.

Depuis sa création il y a 5 ans, HelloAsso accompagne les associations pour booster leur visibilité sur la toile, mais aussi pour optimiser leur financement. Preuve qu’une véritable mutation est en marche, en un an, la plateforme a quasiment doublé les sommes récoltées depuis son lancement.  « Le succès d’une collecte est intrinsèquement lié à la préparation de la campagne, mais aussi à la communication mise en place. Les associations ne peuvent plus se passer de la viralité permise par le numérique ! Au-delà de l’outil que nous proposons, nous avons à cœur de conseiller les porteurs de projet sur ces points. Nous conseillons également aux associations l’affichage de l’objectif à atteindre. Cela leur permet de raisonner en mode projet et de stimuler la participation. En définitive, le secteur associatif doit accélérer sa digitalisation pour peser encore davantage dans le paysage économique français. Et le crowdfunding est le bon levier…», conclut Léa Thomassin, co-fondatrice de HelloAsso et de la Social Good Week.

HelloAsso fait partie des 15 initiatives soutenues par l’Elysée dans le cadre du projet gouvernemental « La France s’engage » datant du printemps dernier.

CHIFFRE

Le terrorisme n’est pas seulement une abomination. Selon une étude publiée par l’Institut for Economics and Peace, 52,9 milliards, c’est la somme en dollars que représente le coût économique des attaques terroristes en 2014 à travers le monde. Le plus haut niveau jamais comptabilisé et multiplié par 10 depuis les années 2000. A relativiser toutefois puisque le coût des violences criminelles et homicides est 32 fois plus élevé.

Mobilité / Site

Notify, la dernière-née de Facebook

La nouvelle application du géant américain sortie en novembre dernier, permet de suivre l’actualité en temps réel. Les utilisateurs pourront désormais grâce à Notify, suivre des médias partenaires et recevoir des notifications lorsque de nouveaux contenus sont publiés sur leurs centres d’intérêts.

Kiosque

Un nouveau magazine lifestyle féminin

Nouveau E-magazine à l’esprit 100% addictif et féminin, To-do-list.fr se présente sous la forme d’un carnet d’idées rassemblant inspirations Mode, Beauté, Déco et Voyages. Nouveau carnet-média mêlant astuces, bons plans et découvertes, son objectif est de donner envie avec légèreté et esthétique.

DERNIERES VIDEOS