Retour des cadeaux de noël ? EnvoiMoinsCher.com

Cadeau en mauvais état, cadeau en double, cadeau…. EnvoiMoinsCher.com – leader de la livraison sur internet est LA solution. Votre cadeau acheté sur internet est arrivé en mauvais état et vous souhaitez le renvoyer à son fournisseur ? Vous avez reçu de vos proches 2 fois le même cadeau et vous souhaitez en faire profiter votre ami éloigné ? Pour envoyer votre bien en toute simplicité, de chez vous et à petit prix, EnvoiMoinsCher.com, dont Wellcom gère les relations presse, s’impose !

Plus besoin de passer des heures dans une file d’attente pour envoyer un colis, avec le site EnvoiMoinsCher.com, il vous suffit d’entrer vos données (dimensions du pli, lieu d’envoi et délai souhaité), le site établit pour vous, en quelques secondes, une liste de transporteurs répondant à votre demande et vous permet de visualiser de façon simple l’offre des transporteurs avec la possibilité de comparer immédiatement leurs prix et les délais qu’ils proposent.

Le site classe les offres de la plus avantageuse à la plus coûteuse et permet d’économiser jusqu’à 50 % sur les tarifs publics sans minimum de commande et sans engagement En fonction de votre choix d’expédition, le transporteur viendra chercher votre colis chez vous.

« Pendant les fêtes de noël, nombreux sont ceux qui souhaitent effectuer des retours de produits. Pour leur faciliter la tâche, EnvoiMoinsCher.com, leur permet de trouver un transporteur qui viendra chercher le colis et se chargera de gérer l’expédition. Nous apportons une véritable solution et cela s’en ressent ! Notre activité connaît un pic de croissance de près de 45% pendant cette période ! » explique Jean-Baptiste Renié, Fondateur du site Envoimoinscher.com

UNI-APAD une nouvelle initiative dans le secteur de l’aide aux personnes âgées ou dépendantes

La situation démographique actuelle nous interroge sur la place des personnes âgées dans la société et plus particulièrement sur la politique publique mise en place pour faire face au vieillissement croissant. Quelle est la part de la solidarité nationale dans le financement de la dépendance ? Qu’en est-il des services à la personne ? Comment faire face aux dépenses sociales que cela engendre ? Autant de points qu’il sera nécessaire de soulever lors de la réforme de la dépendance prévue en 2011.
Face à cette situation préoccupante, une soixantaine d’entreprises et agences spécialistes du maintien à domicile des personnes âgées se sont rassemblées à l’initiative de Coviva, dont Wellcom gère les relations presse, afin de créer ensemble une union : L’UNI-APAD (L’Union des entreprises d’aide aux personnes âgées ou dépendantes) pour parler d’une seule et même voix et se faire entendre dans le cadre du projet de réforme du secteur de la dépendance inscrite à l’agenda 2011.

Cette nouvelle union à l’ambition de s’ouvrir à l’ensemble des sociétés privées du secteur du secteur du service à la personne aidant les personnes âgées ou dépendantes.

« La réforme de la dépendance prévue en 2011 nous concerne au plus haut point et les décisions qui vont être émises pèseront lourdement sur notre activité. Il est donc nécessaire, voir crucial de pouvoir participer activement aux discussions qui seront annoncées au niveau institutionnel, afin de faire entendre notre voix. Nous avons donc voulu créer une union à l’image de notre métier : l’aide aux personnes âgées et dépendantes » Explique François-Xavier Carpentier – Président de l’UNI-APAD et de Coviva n°3 sur le marché du service à la personne dépendante.

Partie prenante du secteur de la dépendance, l’UNI-APAD se réjouit de l’ouverture de la concertation prévue à l’agenda 2011 et souhaite vivement être associée aux groupes de travail qui seront mis en place afin de pouvoir activement contribuer aux discussions qui seront émises par les pouvoirs publics locaux et le tissu associatif.

En savoir plus www.coviva.fr

Les licenciements Facebook, trop peu pour faire peur

Ces dernières années, plusieurs cas de licenciement pour des propos tenus sur des réseaux sociaux ont créé polémique sur le droit à la vie privée. Le dernier en date : novembre 2010, deux salariés d’une entreprise d’ingénierie de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) sont licenciés pour dénigrement de leur hiérarchie sur Facebook.

Ces actualités rendent-elles les internautes plus méfiants envers les réseaux sociaux ?

Selon une étude de l’Institut BVA ( sur les 15 ans et plus), publiée le 2 décembre 2010, plus des deux-tiers des Français (67%) estiment que l’on peut très bien s’inscrire sur des réseaux sociaux comme Facebook et qu’il suffit de faire attention à ce que l’on y met et aux personnes qui y ont accès. Seule une minorité (29%) estime à l’inverse qu’il ne faut pas s’inscrire sur des réseaux sociaux comme Facebook car on risque de voir sa vie bafouée à un niveau professionnel ou personnel. Les plus méfiants sont finalement ceux qui utilisent le moins les réseaux sociaux (43% chez les plus de 50 ans contre 20,7% chez les 15-49 ans).

Néanmoins, si nous n’avons pas encore d’étude en France sur le sujet, un sondage réalisé par Harris Interactive aux USA, révèle que 45% des recruteurs Américains utilisent les sites de réseaux sociaux (Facebook, MySpace, Linkedin, Twitter, etc.) pour trouver des informations sur des candidats qui postulent à leurs offres d’emploi…

Voir l’étude sur les licenciements Facebook.

50 ans, ça se fête !

Le Comité départemental de la Gironde de la Ligue contre le cancer, dont Wellcom assure les relations presse, fête ses 50 ans. Pour l’occasion, le célèbre cirque Arlette Gruss a choisi de présenter en avant-première sa toute nouvelle création « Poussières d’étoile » et d’offrir sa soirée de gala au Comité de la Gironde de la Ligue contre le cancer.

Ce sera la première représentation de la tournée européenne du cirque Arlette Gruss !
À cette occasion, la Ligue contre le cancer organisera la promotion et la vente des 1000 places de la soirée de gala.
Les objectifs : apporter une aide financière considérable aux adolescents atteints de cancer et améliorer leur prise en charge, en milieu hospitalier en Gironde.

« Le Comité départemental de Gironde est fier de fêter son 50ème anniversaire sous les Poussières d’étoile que soulèveront les nombreux artistes du cirque Arlette Gruss. C’est un immense honneur pour nous que leur tout nouveau spectacle soit présenté en avant-première au profit de la Ligue. Nous sommes très touchés que la troupe du cirque Arlette Gruss nous soutienne dans notre combat contre le cancer ! » explique le président du Comité de la Gironde de la Ligue contre le cancer, le Docteur Fabrice Lakdja.

Pour en savoir plus www.ligue-cancer.net

-

Du mouvement au Mouv’


Cyril Sauvageot Rédacteur en chef du Mouv’

Le Mouv’, la chaîne de Radio France ciblant le public « jeune », vient de se doter d’un nouveau rédacteur en chef en la personne de Cyril Sauvageot… L’occasion pour Wellnews s’en savoir un peu plus sur cette chaîne pas comme les autres du service public.
Diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, Cyril Sauvageot débute sa carrière à Radio France en 1999 comme présentateur à France Inter. Parallèlement, il collabore à plusieurs titres de presse écrite, dont L’Evénement du Jeudi, en tant que chroniqueur musical. En 2005, il devient responsable de la rubrique Musique au service culture de France Inter, et intervient régulièrement dans les émissions Esprit Critique et Et pourtant elle tourne.

Vous venez de prendre les rênes de la rédaction du Mouv’. Comment abordez-vous vos nouvelles responsabilités ?
Le projet du Mouv’ m’a attiré par son ambition et son exigence. Avec l’arrivée sur l’antenne de nouvelles émissions axées sur le débat et l’info (la matinale de Yassine Belattar, le Midi 2 de Philippe Dana, Plan B pour Bonnaud…), l’objectif est de développer l’offre éditoriale du Mouv’ et d’affirmer davantage ce qui nous distingue des autres radios jeunes : l’analyse, le reportage, la diversité des points de vue. A la tête d’une équipe jeune et dynamique, j’aurai également pour mission de multiplier les échanges avec les autres chaînes de Radio France (France Inter, France Info).

Dans un monde toujours plus dominé par l’économie, quel regard portez-vous sur la place de la culture dans les media aujourd’hui ?
Pour avoir moi-même pratiqué le journalisme culturel pendant plusieurs années à France Inter, je constate que de plus en plus, les médias deviennent esclaves de la « promo », surtout dans les domaines qui pèsent le plus lourd économiquement : cinéma, musique, jeu vidéo. Dans ce contexte, comment se distinguer ? En assumant à tout prix un regard critique, mais aussi en cherchant d’autres portes d’entrée dans l’univers d’un artiste que l’objet qu’il cherche à vendre. Tout cela nécessite un vrai travail journalistique, mais c’est ce qui fait notre différence vis-à-vis du tout venant de l’information, surtout à l’heure d’Internet.

Un mot de la cible du Mouv’. La chaîne vise les 13-24 ans… Comptez-vous sur un élargissement de la typologie de votre auditoire ?
Aujourd’hui, le Mouv’ n’est plus une radio rock pour adolescents. Notre ambition est de toucher plus largement les moins de 30 ans, à la recherche d’une info de qualité, d’une programmation musicale ouverte d’esprit, et d’une liberté de ton qu’on ne trouve plus guère sur les grandes radios généralistes. J’invite également les auditeurs à s’approprier le Mouv’, en intervenant à l’antenne quand ils le souhaitent. Plusieurs rendez-vous quotidiens (la Matinale, mais aussi le Forum d’Eric Lange entre 18h et 20h) leur sont dédiés.

-

Wellcom nominée 3 fois aux European Excellence Awards 2010

La cérémonie des European Excellence Awards 2010 se tiendra le 9 décembre prochain à Prague. Comme chaque année, cette prestigieuse compétition internationale récompensera les directeurs de communication et les agences de tous les pays de l’Union pour les meilleures campagnes de communication.

L’agence Wellcom est nominée cette année pour l’opération « The second Best Job in the world » dans les catégories « Best campaign », qui récompense la stratégie mise en place, et « France », qui prime la capacité à s’adapter à la culture nationale et européenne. Nomination également dans la catégorie « Agency of the year ».

Wellcom pourrait bien recevoir un ou plusieurs European Excellence Award 2010. En 2009, seuls 2 European Excellence Awards avaient été attribués à la France.

Le groupe Aprionis défend les accords de branche

Le groupe Aprionis qui couvre 66 000 entreprises et 245 000 salariés (dans le cadre d’accords conventionnels de branches), dont Wellcom gère les relations presse, figure parmi les tout premiers acteurs de référence du marché de la protection sociale. Au cœur du paritarisme depuis plus de 50 ans, le groupe Aprionis s’investit de longue date dans ce domaine, en appui des commissions paritaires de branches, afin d’apporter au plus grand nombre de salariés des garanties complémentaires en prévoyance/ santé.

Le principe de la désignation d’organismes de prévoyance dans le cadre d’accords de branche fait partie de l’actualité chaude. Le contentieux plaidé devant la plus haute juridiction européenne le 30 septembre dernier pose la question suivante : la désignation d’un organisme unique pour gérer un régime de complémentaire santé constitue-t-elle une entrave au principe de la libre concurrence ?

Henri Martinez, Directeur du Pôle Conventions Collectives du groupe Aprionis, explique en quoi, pour le groupe Aprionis, les accords de branches ne vont pas à l’encontre de ce principe : « Si la désignation d’un organisme unique peut effectivement de prime abord soulever ce type de questions, il faut déjà signaler qu’une telle désignation reste avant tout une avancée sociale qui est bénéfique à la fois pour les entreprises de la branche et ses salariés. L’objectif de la désignation d’un organisme assureur, tel que les Institutions de prévoyance du groupe Aprionis, dans le cadre d’un accord de branche repose en effet sur la défense des intérêts des entreprises et des salariés : rapports prestations/cotisations favorables comparé aux contrats individuels, frais de gestion optimisés, réallocation des excédents, action sociale dédiée et prévention propre à la profession…»

Dans cet objectif, les partenaires sociaux lancent un appel d’offres, auquel peuvent répondre aussi bien des institutions de prévoyance, que des mutuelles ou des sociétés d’assurance, permettant par là même une libre concurrence. « L’objectif est d’apporter à tous les salariés d’une même branche professionnelle, y compris ceux travaillant dans les plus petites entreprises, des garanties prévoyance et/ou santé égales et homogènes. A partir de là, les partenaires sociaux désignent le ou les organismes dont la proposition est considérée comme la plus favorable aux entreprises et aux salariés de la branche », continue Henri Martinez.

En savoir plus sur http://www.accord-de-branche.aprionis.fr/

-

Gilbert Lenoir, président de la Ligue contre le cancer


Son parcours

Gilbert Lenoir exerce à la Faculté de Médecine Paris Sud, ainsi qu’à l’Université paris XI. Il a mené toute sa carrière professionnelle dans la Recherche médicale, en particulier sur le cancer. Chercheur au Centre international de Recherche sur le cancer (CIRC), il est nommé en 1990, professeur de génétique médicale à la Faculté de médecine de Lyon. Membre associé à l’Académie des sciences depuis 1996, il a participé à la mission cancer à l’origine du premier plan (2003-2007) lancé par Jacques Chirac. En 2000, Gilbert Lenoir est nommé professeur de génétique à l’université Paris 11 et prend la direction de la Recherche de l’Institut de cancérologie Gustave Roussy de Villejuif jusqu’en 2009. Administrateur de la Ligue contre le cancer depuis 1998 et président bénévole du Conseil scientifique de 1998 à 2004, Gilbert Lenoir a été élu président en juin 2010.

Ses perspectives pour la Ligue contre le cancer

La Ligue contre le cancer est une organisation non gouvernementale créée en 1918 par Justin Godart. Indépendante de tout pouvoir politique ou financier, elle repose uniquement sur la générosité du public. Elle poursuit 3 missions : soutenir la recherche en cancérologie pour faire reculer la maladie, informer, prévenir et promouvoir les dépistages de certains cancers, et accompagner matériellement, psychologiquement et financièrement les personnes malades et leurs proches. Aujourd’hui, la Ligue est le premier financeur privé et indépendant de la recherche contre le cancer. Organisée en une fédération de 103 Comités départementaux animés par des milliers de bénévoles, elle compte plus de 722 000 adhérents.

Depuis 1998, la Ligue se veut le porte-parole des malades, notamment à travers la mise en place de nombreux dispositifs d’écoute. Pourquoi ? Parce qu’il est primordial de savoir ce que les malades ressentent et leur offrir un relais efficace afin que leurs voix soient entendues par les instances décisionnaires. Incidemment, la loi parle aujourd’hui de « démocratie sanitaire » et dans ce cadre, des associations telles que la Ligue sont appelées à jouer un rôle de partenaire dans la mise en place et la gestion de la politique générale de santé. Il s’agit là d’un mouvement de fond qui sera amené à prendre de l’ampleur année après année. La Ligue a toute la légitimité pour participer pleinement à ce mouvement – grâce à son indépendance et la qualité de son réseau sur tout le territoire – et elle doit être l’un des grands éléments de la participation solidaire induite par ces orientations. S’il y a là une forme de militantisme de la part de la Ligue, il s’agit avant tout d’une évolution naturelle de la Ligue – de même qu’une évolution naturelle de l’Etat. On peut également parler d’une forme de professionnalisation pour la Ligue, mais notre volonté, c’est en quelque sorte de faire parler les muets. Ce travail, nous le ferons en fédérant l’ensemble des associations qui travaillent dans le champ de la lutte contre le cancer, en partenariat étroit avec l’Etat, et en permanence à l’écoute des malades.

Les mutuelles s’élèvent contre la taxe sur les cotisations

Le gouvernement a proposé au Parlement d’instaurer une nouvelle taxe de 3,5 % sur les cotisations correspondant aux garanties complémentaires santé solidaires et responsables et de procéder à de nouveaux déremboursements, notamment en matière de médicaments.

Harmonie mutuelles (union de mutuelles dont Wellcom gère les relations presse) s’élève contre ces projets pour deux raisons essentielles. En premier lieu, parce que les mesures envisagées ne sont pas solidaires. Ne tenant pas compte des ressources, elles frappent d’autant plus les ménages que leurs revenus sont bas ; elles frappent aussi davantage les personnes malades qui seront moins bien remboursées par la sécurité sociale. En second lieu, ces mesures fragilisent la régulation de l’offre de soins en réduisant l’intérêt des garanties favorisant le respect du parcours de soins mis en place en 2004.

Relayant les positions prises par la Mutualité Française, les mutuelles de l’union Harmonie mutuelles se mobilisent et invitent l’ensemble de leurs adhérents à écrire à leurs parlementaires pour leur demander de ne pas soutenir les mesures envisagées par le gouvernement. Pour réduire le déficit de l’assurance maladie, Harmonie Mutuelles souhaite une meilleure gestion des dépenses de santé, pour que chaque euro dépensé soit un euro utile, ainsi qu’une augmentation équitable des recettes de l’assurance maladie pour rester fidèle au principe d’une contribution solidaire, calculée en fonction des moyens de chacun.

En savoir plus www.harmonie-mutuelles.fr

Lancement : AutoEntreprenons.fr par Fiducial

Comment créer, gérer et développer son auto-entreprise ? C’est ce que propose le site AutoEntreprenons.fr, créé par Fiducial – leader des solutions pluridisciplinaires aux Très Petites Entreprises et créateur du 1er baromètre de conjoncture des TPE – dont Wellcom a assuré le lancement à travers une stratégie de communication orientée digitale. Avec AutoEntreprenons.fr, Fiducial met à la disposition des porteurs de projet son expertise et son savoir-faire grâce à un outil de gestion en ligne, COMPTAE.