Les Fonds Européens, des partenaires au quotidien

« L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. »

Robert Schuman, 9 mai 1950

Alors que les pays européens célèbrent la fête de l’Europe le 9 mai prochain, les structures responsables de la gestion des Fonds européens en France (dont Press&Vous assure les relations presse) mettent en lumière les projets soutenus par ces derniers sur tout le territoire. Développement durable, inclusion sociale, emploi, soutien à l’innovation, création d’entreprises, développement rural, etc., les projets soutenus sont divers et bénéficient directement ou indirectement à l’ensemble des Français.

La fête de l’Europe est célébrée chaque année le 9 mai, en souvenir de la déclaration du Ministre des Affaires étrangères français Robert Schuman qui, à l’instigation de Jean Monnet alors Commissaire général au Plan, proposa le 9 mai 1950 aux pays européens de gérer en commun leurs ressources de charbon et d’acier dans une organisation ouverte aux autres pays d’Europe qui le souhaiteraient. Cette proposition, connue sous le nom de « déclaration Schuman », est considérée comme l’acte de naissance de l’Union européenne.

Le 9 mai est une occasion pour les Fonds européens de montrer comment l’Europe agit quotidiennement pour les Français. Le Fonds social européen (FSE), le Fonds européen de développement régional (FEDER) et le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) soutiennent des milliers de projets qui contribuent à réduire les écarts de développement de tous les territoires. Entreprises, collectivités locales, associations, chambres consulaires, centres de formation, clusters, centres de recherche, agriculteurs peuvent compter sur les Fonds européens pour développer leur croissance et ainsi améliorer la vie de chacun.

Pour la période de programmation 2007-2013, l’Europe met à disposition de la France 20,8 milliards d’euros de Fonds européens dont 3,8 milliards d’euros pour les régions d’outre-mer. Les démarches à suivre, les projets éligibles ou les témoignages de porteurs de projets soutenus sont mis à disposition des Français qui souhaitent comprendre les enjeux et les possibilités qu’offrent les Fonds européens : www.europe-en-france.gouv.fr

-

Management : un rédacteur en chef  » bien dans son job « 


Après l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille et un service militaire au sein du SIRPA (actuelle Dicod) Matthieu SCHERRER, 37 ans, 3 enfants, débute sa carrière au sein du groupe Moniteur en 99 comme rédacteur.

Dès 2000 il rejoint Management où il occupe successivement les fonctions de journaliste, chef de rubrique, chef de service et rédacteur en chef adjoint.

Nommé rédacteur en chef en avril 2010, il pilote le lancement de la nouvelle formule de Management lancée en novembre 2010. Dans un contexte difficile, le titre stabilise d’abord ses ventes (108 455 en diffusion totale payée – moyenne 2010 OJD), la diffusion repart même à la hausse depuis le début de l’année. Entretien avec Wellnews.

Quels sont les principaux changements depuis le lancement de la nouvelle formule ?
Management est plus que jamais le magazine pratique, pédagogique et vivant qui donne aux lecteurs les clés pour être bien au travail, trouver des sources d’inspiration et être plus pointu dans leur activité. C’est ce que souligne notre nouvelle base line « Bien vivre son job ». Nous avons souhaité rendre le journal plus élégant, plus aéré, pour permettre aux lecteurs de mieux situer les différentes rubriques en associant des typos différentes aux parties plus statutaires et aux rubriques pratiques. L’autre idée forte est de proposer un journal permettant deux vitesses de lecture, une possibilité pour les lecteurs de profiter d’articles courts, vivants (cf. rubrique expresso), et quand le lecteur a plus de temps, des articles de fond, des dossiers. Bref, donner plus de plaisir de lecture !

Quels résultats ?
Les motifs de satisfaction sont à la fois quantitatifs et qualitatifs. Après une stabilisation des ventes en 2010 dans un contexte difficile, nous enregistrons même une hausse depuis le début de l’année. Du côté qualitatif, nous interrogeons nos lecteurs et nous savons que 91% considèrent que le support est mieux ou aussi bien qu’avant (respectivement 67 et 24%) et ce, malgré une petite augmentation du prix (de 3 euros à 3 euros 50). La satisfaction est au rendez-vous pour nos lecteurs et donc également pour nos annonceurs.

Envisagez-vous de nouvelles évolutions ?
Nous restons à l’écoute et nous ne nous interdisons aucune possibilité. J’ai la chance d’avoir une équipe très soudée et de bénéficier de la puissance du groupe, cela permet d’innover et de fonctionner comme dans le cadre d’un logiciel en version beta, avec une recherche d’amélioration continue.
Il faut savoir aussi faire des tests, écouter les retours que nous avons et, dans tous les cas, rester cohérent avec la ligne du journal. C’est donc aussi une politique de petites modifications successives qui au fur et à mesure améliore le journal sans perturber le lecteur. Enfin, nous comptons bien être présents sur Ipad d’ici la fin de l’année 2011.

Les jeunes créateurs des cités ont du style !

Fort du succès rencontré à l’occasion de la 1ère édition du concours Cité Style, les partenaires renouvellent l’opération et offrent de nouveau l’opportunité à des jeunes créateurs des cités de dessiner une collection « urban wear ». Organisé par 3 des entreprises fortement engagées pour l’égalité des chances, le Groupe Randstad, dont Wellcom gère les relations presse, Bershka (Groupe Inditex) et JCDecaux, en partenariat avec ESMOD PARIS, Cap Digital et le Collectif, ce concours original a pour objectif de faire émerger les talents créatifs des quartiers populaires, et les faire bénéficier d’un important réseau dans le secteur de la mode et de la création. Les inscriptions au concours sont ouvertes depuis le 21 mars jusqu’au 22 avril.

Les participants sont invités à envoyer leur dossier sur le site créé pour l’occasion : www.citestyle.fr

Ce concours imaginé par des professionnels de la mode, des ressources humaines, des nouvelles technologies et de la communication extérieure, s’adresse exclusivement aux jeunes de 18 à 26 ans, issus des quartiers populaires de toute la France. Pour participer, les candidats doivent laisser libre cours à leur créativité (des dessins, des collages, des illustrations…) pour réaliser en totale autonomie ou assisté(e) d’un logiciel une « collection capsule » (une mini-collection) dans le style « urban-wear », pour la saison automne/hiver.

Cette année, le lauréat verra sa « silhouette » (haut/bas) réalisée et distribuée par Bershka, en plus d’un stage d’une semaine dans les locaux de l’enseigne en Espagne. Le soutien des équipes d’ESMOD Paris lui permettra de recevoir des conseils de professionnels et d’acquérir une réelle vision du monde de la mode. L’institut Randstad remettra une bourse de 3 000 € au gagnant et des bourses de 1 000 € à chacun des quatre autres finalistes. Des séances de coaching seront proposées par le Groupe Randstad pour accompagner le parcours professionnel de ces jeunes.

-

Ludovic Nodier Fondateur de Viséo Conseil et de l’Élection du Service Client de l’Année


Son parcours
Âgé de 35 ans, Ludovic Nodier est diplômé du Pôle Universitaire Léonard de Vinci, dans la filière commerce et gestion, spécialisation conseil marketing. Après deux ans passés chez un fabricant de matériel électronique comme responsable des salons internationaux, il devient Directeur du Service Clients puis du Service Grands Comptes d’une filiale de Siemens. En 2005, il se met à son compte et accompagne en indépendant de grandes entreprises dans la mise en place et le développement de leur relation client. En 2007, Ludovic Nodier crée Viséo Conseil, société spécialisée dans l’audit et le conseil en gestion de relation client. Parallèlement, la même année, il lance l’Élection du Service Client de l’Année, premier évènement consommateur qui récompense les entreprises qui excellent dans la relation client. Ludovic Nodier a également participé à la création du signe de valorisation Reconnu Saveur de l’Année.

Féru de bateaux et adepte de la mer méditerranée, Ludovic Nodier s’échappe dès que possible dans le Var. Passionné d’équitation, il en apprécie la compétitivité et le côté casse-cou qu’il compare avec humour au domaine de la création d’entreprise. Il aime l’art contemporain et indique qu’on le trouvera plus certainement à Beaubourg ou dans les galeries du Marais qu’au Musée du Louvre.

Présentation de Viséo Conseil et de l’Élection du Service Client de l’Année
Avec 10 ans d’expérience sur le terrain, Ludovic Nodier créé Viséo Conseil pour apporter son expertise aux entreprises désireuses de mettre en place une stratégie relation client ou volontaires pour la faire évoluer au mieux. Pour chaque secteur d’activité (distribution, telecom, assurance, alimentation…), une équipe de professionnels conseille et propose des solutions adaptées et reconnues. Une expertise pluri-secteurs d’activités, des résultats opérationnels immédiats, une grande adaptabilité à chaque culture d’entreprise, à son langage et à ses métiers, sont les forces de Viséo Conseil.

Créée par Viséo Conseil en 2007, l’Élection du Service Client de l’Année est l’évènement consommateur indépendant évaluant la qualité des services clients des entreprises désireuses d’analyser ces derniers. Le signe de valorisation Élu Service Client de l’Année offre aux consommateurs un repère attestant de la qualité de la relation client et une visibilité pour l’entreprise. Aux vues de l’évolution du marché et des demandes des consommateurs comme des entreprises l’Élection du Service Client de l’Année s’exporte à l’étranger. Dès cette année, l’évènement s’installe en Espagne et compte s’étendre à trois nouveaux pays dans les deux années à venir.

Sa vision de la relation client pour l’avenir
Les quatre ou cinq dernières années ont permis aux entreprises de prendre conscience de l’importance d’un service clientèle efficace, notamment grâce à la crise, et plusieurs facteurs tendent à justifier ce phénomène. Le premier étant que sur un marché saturé ou mature, il est essentiel de fidéliser sa clientèle et donc d’améliorer la qualité de sa relation clientèle, il en va de même pour acquérir de nouveaux clients. Le second facteur est une forte tendance à la dématérialisation des contacts avec les entreprises : le conseiller clientèle, souvent seul contact humain de la marque, en devient l’ambassadeur.

Les enjeux pour l’avenir sont nombreux, nous sommes dans une période de forte industrialisation de la relation clientèle, chez Orange, par exemple, le service clientèle se compose de 27 000 personnes. Les consommateurs veulent un service personnalisé c’est-à-dire pouvoir choisir leur propre canal de communication, téléphone, e-mail, courrier, et que leurs différents interlocuteurs sachent qui ils sont et connaissent leur vécu avec la marque. Il faut aussi savoir sortir des process pour trouver des solutions adaptées. La notion de relation client s’est transformée en quelques années. Ludovic Nodier explique qu’« aujourd’hui la relation client est transversale, elle va de l’avant-vente à l’après-vente, du renseignement au problème de facturation. De plus, le client est acteur, d’où l’importance de lui offrir le choix de son canal de communication. Avec internet, les règles ont changé et l’effet caisse de résonance est amplifié, les clients ont un réel impact sur la réputation d’une entreprise. ».

Le premier conseil à donner aux entreprises serait donc de faire preuve de bon sens et de se concentrer sur les fondamentaux, ne pas penser en termes de process internes mais en termes de perception du client, est-ce que cela va accroître positivement l’expérience client. De plus il est essentiel d’adapter la démarche relation client à l’intégralité de la chaîne de l’entreprise, sans se limiter aux seuls conseillers clientèles.

« Compte tenu des flux colossaux traités par les services de relation client, elle sera toujours perfectible car pour chaque client son propre problème est le plus important. La qualité des services client tend à s’améliorer, mais cela a un coût » précise Ludovic Nodier. En effet même si on l’oublie souvent, une relation client de qualité implique des coûts de recrutement, de formation, d’information, et de communication auprès des salariés mais ils peuvent être bien vite rentabilisés. Ludovic Nodier constate aussi que « le fait pour une entreprise d’impliquer ses collaborateurs les rend plus heureux dans leur travail, et souvent plus efficaces. » comme le prouve la présence de 2 lauréats de l’Élection du Service Client de l’Année 2011 sur le podium du palmarès Great Place to Work 2011.

Société au bord de la crise de nerf, ou comment gérer la crise permanente ?

150 ans après les écrits de Carl Von Clausewitz à propos de la guerre, Raymond Aron fonde les bases du Marketing de combat. Les entreprises mettent chaque jour en pratique ces règles agressives dans les relations commerciales qui les opposent à leurs concurrents. Mais cette technique a enfanté une bête, qui peut en quelque semaines décapiter n’importe quelle firme, éjecter de leur poste tous les puissants de la terre. Cette bête, surgie, frappe et tue, plus vite que n’importe quelle guerre. Elle porte le nom redouté de « Crise ». Notre société évolue, la réputation des entreprises devient la valeur cardinale à protéger ; les résultats financiers d’une grande entreprise ne rythment plus la carrière de son patron. En effet, il sera un temps pardonné d’avoir mal flatté l’investissement des actionnaires, il ne l’est aucunement de succomber à l’incurie d’une crise mal gérée. La bourse distribue des avertissements ; la crise délivre des cartons rouges. Fin du jeu !

D’où vient ce courant, ce mouvement de fond. Il provient des tréfonds de la vie politique. Désormais, les entreprises performantes portent et font vivre leurs valeurs ; les consommateurs connaissent mieux les promesses produits que les professions de foi des candidats à l’élection présidentielle. Nonobstant, la faiblesse grandissante du pouvoir politique, ses règles se sont imposées aux entreprises et aux marchés. Désormais, ministres et patrons d’entreprise jouent d’égal à égal sur le grand échiquier de la crise permanente.

Dussions-nous tenter de prouver la véracité de ces propos, il serait insoutenable de décider des meilleurs exemples tant ils pullulent : les multiples effets dominos de la crise des Subprime dont le point d’orgue reste à ce jour la disparition de Lehmann Brothers et de leurs dirigeants ; la marée noire occasionnée par BP qui a embourbé son patron, l’affaire Kerviel guillotine de la superbe carrière de M. Bouton, et qu’adviendra t-il dans quelques jours, quelques semaines, de Carlos Ghosn, le patron de Renault.

Le marketing de combat offre des outils, des règles, des mécaniques pour apprivoiser un monde qui ne peut plus l’être, tellement il évolue rapidement. Si les penseurs Sceptiques, Edgar Morin et sa passion pour la complexité, Mandelbrot et autre Talleb reconnus pour leurs critiques de la crise des Subprime reviennent en odeur de Sainteté, pour appréhender comme il se doit une crise et la gérer au mieux, requiert avant tout un esprit cartésien. Mais il faut se souvenir que pour un esprit cartésien les certitudes reposaient sur le doute. Pour gérer la crise il faut donc douter ; c’est-à-dire casser les certitudes et les habitudes avant d’envisager une communication à même de recréer la confiance.

Stéphanie Bastide – Jacky Isabello Directeurs associés en charge du département crise chez Wellcom.

Construire et structurer une démarche Compétences

Microsoft et TalentSoft organisent une conférence autour du thème « Comment construire et structurer les compétences d’une entreprise ? », le jeudi 14 avril, chez Ladurée, Paris Champs Elysées, de 8h30 à 10h30.

Leader de la Gestion Intégrée des Talents, TalentSoft, dont wellcom assure les relations média s’est associé à Microsoft pour offrir aux DRH des entreprises françaises et internationales une suite logicielle collaborative, hautement disponible et sécurisée, sous forme de services hébergés par sa Plateforme-as-a-Service Microsoft Windows Azure (Cloud/ PaaS).
Lors de ce petit déjeuner, Bata France, marque internationale leader de la vente de chaussures partagera l’expérience de sa collaboration avec TalentSoft.

Les participants peuvent découvrir comment gérer, diffuser et exploiter les compétences dans une organisation multi-sites, comment impulser des méthodes et outils RH favorisant le développement durable du capital humain , et les solutions pour garantir la souplesse des processus RH en impliquant tous les collaborateurs et en augmentant la productivité .

En savoir plus : www.talentsoft.fr

-

Gabrielle de la Ville-Baugé, Directrice du développement de Wellcom !

Enthousiaste, Gabrielle de la Ville-Baugé rejoint Wellcom en qualité de Directrice du Développement. Ses principales missions : intensifier la politique commerciale de l’agence et permettre aux grandes entreprises d’identifier le potentiel de Wellcom.

« Je suis fière de rejoindre Wellcom et ses équipes à la fois très professionnelles et fortement impliquées. Je me retrouve pleinement dans les valeurs de cette agence reconnue pour la haute satisfaction de ses clients, et récompensée par plusieurs prix d’excellence. Wellcom possède tous les atouts nécessaires pour accompagner les grandes entreprises dans leurs stratégies de communication. Et c’est avec énergie et conviction que je relève ce défi ! », déclare Gabrielle de la Ville-Baugé.

Diplômée de l’Institut Supérieur Commercial et Administratif de Paris, et enrichie d’un parcours professionnel diversifié, Gabrielle de la Ville Baugé tire aujourd’hui profit de ses expériences pour mener à bien ses nouvelles missions. Les dix années passées au sein du cabinet Gibory Consultants, spécialisé dans le conseil en choix d’agence, ont permis à Gabrielle de la Ville-Baugé d’acquérir une vision globale du marché de la communication, en intégrant à la fois les problématiques des entreprises, et les enjeux des agences. Par la suite, ses collaborations avec les agences de communication Beau Fixe et Prunelle ont renforcé ses compétences en termes de conseil.

The Everest Poker ONE : Tout nouveau tournoi de poker live

The Everest Poker ONE est le tout dernier tournoi de poker organisé par Everest Poker, l’un des leaders des salles de poker online en France, dont Wellcom assure les relations presse. Cet événement unique offrira du 21 au 24 avril prochains le meilleur du poker dans un lieu prestigieux du jeu en Europe : la Salle des Palmiers du Sporting Monte-Carlo. Avec à la clé une cagnotte garantie d’1 million d’euros, The Everest Poker One propose de nombreuses possibilités de qualifications, un accueil VIP, ainsi qu’un vaste éventail de tournois parallèles et parties passionnantes : autant de bonnes raisons pour tenter sa chance et devenir THE ONE, le Champion de The Everest Poker ONE 2011 !

Dès le 22 avril 2011, les passionnés du jeu se retrouveront pour disputer le Main Event (tournoi principal) de The Everest Poker ONE, avec un buy-in de 5 300€.

« The Everest Poker ONE est bien plus qu’un simple tournoi : c’est le reflet des valeurs d’Everest Poker et un hommage à la relation étroite que nous entretenons avec Monte-Carlo. Grâce à son cadre intimiste, à une très belle structure « deep stack » et au service sur mesure qui fait la réputation de Monte-Carlo, nous sommes convaincus que ce nouveau tournoi comptera à l’avenir parmi les plus grands rendez-vous mondiaux du poker », déclare Aymeric Vigneras, Président-directeur général d’Everest Poker.

Axel Hoppenot, Directeur marketing et commercial de la SBM de Monte-Carlo, se dit « ravi d’accueillir la première édition du tournoi The Everest Poker ONE dans le cadre prestigieux de Monte-Carlo. Nous sommes fiers d’offrir à Everest Poker et à ses joueurs l’occasion de vivre un tournoi véritablement mémorable ».
Les qualifications sont d’ores et déjà ouvertes sur le site Everestpoker.fr, qui a mis en place des tournois satellites quotidiens et des entrées directes chaque mardi pour tenter de gagner l’un des packages exceptionnels d’une valeur de 7 000 €.

Découvrez la vidéo ici :

Plus d’informations, cliquez ici.

Réseaux sociaux : un profond changement de la relation à l’entreprise

A l’occasion du Top Com Corporate organisé du 7 au 9 février 2011, autour du thème de l’e-réputation, TNS Sofres a analysé l’impact des réseaux sociaux sur la réputation des entreprises du CAC 40.

67% des utilisateurs de réseaux sociaux pensent que la toile a profondément changé la manière dont ils s’informent sur les entreprises, et 44 % disent « aimer » utiliser Internet pour tenter de peser sur le comportement des entreprises.

Par rapport à une précédente enquête TNS – Top Com conduite en 2008, constate une extension des interpellations à la marque corporate, au-delà des simples dimensions commerciales. 9% des utilisateurs des réseaux sociaux y ont d’ailleurs déjà critiqué un patron ou un dirigeant d’entreprise, et 21 % y ont critiqué des entreprises ayant mal agi à leurs yeux.

A n’en pas douter ce sondage confirme bien le fait que nous assistons depuis quelques années à un changement de paradigme dont nous devons tenir compte. Il est important de toujours mieux comprendre, identifier et analyser ces nouveaux usages et comportements.

Consciente de cette réalité, Wellcom vient de lancer guidesocialmedia.com, un blog consacré aux médias sociaux dont l’objectif sera de proposer régulièrement des informations pratiques, techniques, le tout dans une approche pratique, didactique et pédagogique.

Déplacer et stocker sans bouger de chez soi !

De nombreux français sont confrontés à des problématiques d’espace : travaux de rénovation, mobilier encombrant, longs séjours à l’étranger, archives importantes,… Ajoutez à cela une mobilité française conséquente (1 français sur 10 a changé de département entre 2004 et 2008) et vous obtiendrez de véritables contraintes de stockage, sur des durées variables.
Pratique et à la carte : la solution MOBILBOX

Premier opérateur de self-stockage mobile, MOBILBOX, dont wellcom assure les relations presse, propose des solutions adaptées à chaque questionnement lié aux besoins de stockage. Entrepreneurs comme particuliers ont déjà été séduits par cette offre.
« La vocation de MOBILBOX est de répondre aux nouveaux besoins de mobilité des français, qu’ils soient professionnels ou particuliers. Notre force ? Nous faisons gagner du temps et de l’argent à nos clients. Du temps : grâce à notre solution qui se déplace jusqu’au pas de leur porte, les clients n’ont plus qu’à charger leurs biens. De l’argent, grâce à nos prix très compétitifs» explique Sandrine Boillot – Directrice de MOBILBOX.

Faire appel à Mobilbox ? Rien de plus simple ! En 4 étapes, le tour est joué. Grâce à un simple appel Mobilbox Livre au client un(des) box(es) de stockage embarqué(s) dans une remorque au plus près de chez lui. Le client charge le(s) box(es). S’il le souhaite, il peut solliciter MOBILBOX pour bénéficier d’un service professionnel de manutention Mobilbox stocke le(s) box(es) dans un entrepôt totalement sécurisé Mobilbox restitue le(s) box(es) à l’adresse indiquée par le client dans une des villes du réseau Mobilbox.

Plus d’informations.